violence

Les ambulanciers Francs Comtois à la rédaction !

Aujourd’hui je cède ma place de rédacteur à Jérôme, de l’association “Les ambulanciers Francs Comtois“, que vous pourrez découvrir à cette adresse :  http://www.ambulanciers-francs-comtois.fr Une fois n’est pas coutume et après mon appel à l’aide pour m’aider à enrichir le contenu de ce site, j’ai accueilli avec grand plaisir son tout premier article. Soyez sympa, l’exercice est complexe mais c’est grâce à des gens comme lui que les choses avancent et je ne saurais vous motiver à en faire de même. Voici donc la toute première partie de l’article “La violence dans le cadre du travail d’un ambulancier” qui exposera aujourd’hui le contexte, les problèmes et sera suivi donc de la seconde partie : apporter les solutions et les outils pour s’adapter à cette violence de plus en plus présente en intervention.

Les raisons de cette violence

Quel ambulancier ou ambulancière n’a jamais été confronté à la violence, qu’elle soit verbale ou physique ? Je pense qu’il se compte sur les doigts de la main, et encore la main d’un menuisier serait plus réaliste. Il paraît alors logique d’en parler, que chacun puisse se dire «  il n’y pas que moi » et surtout « qu’est-ce que je dois faire ou qu’aurai-je dû faire ? »

Pour bien comprendre cette animosité, nous allons nous intéresser dans ce premier article aux raisons de cette violence, et elles sont nombreuses. Dans le second article, je proposerai des idées pour éviter la montée en puissance de l’agressivité et des conduites à adaptées en fonction des différentes causes de violences. Ces solutions ne sont que des conseils, en aucun cas une solution miracle. L’ambulancier doit toujours s’adapter à son patient/victime. Bonne lecture et restons zen !

Les règles simples de la politesse et de la courtoisie 

La violence envers les personnels de secours peut avoir lieu dans de nombreux cas. Elle est souvent plus verbale que physique, fort heureusement. Quand on parle d’agression verbale, on peut finalement inclure dès le début la mauvaise humeur et les incivilités que l’on rencontre. Combien de fois arrive-t-on dans un service ou même à domicile et comme seul retour à notre « bonjour », nous obtenons un « Vous êtes en retard ». C’est une petite chose mais répétée 10 fois dans la journée, ça devient pesant.

Ah la politesse, ça n’est plus ce que c’était !

Et oui ce retard (indépendant de la volonté de l’ambulancier) est souvent la cause de nombreux conflits et d’une hausse du volume sonore. Les conflits familiaux dans lesquels l’ambulancier peut parfois se retrouver sont aussi sources de dérapages verbales, il vaut mieux ne pas trop prendre parti et ramener la conversation sur notre action pour désamorcer la situation de conflit.

Bien entendu, il y a d’autres raisons qui vont amener les gens à utiliser des noms d’oiseaux pour vous parler. La simple présence d’une ambulance en urgence sur la route va provoquer une volée de mots (et gestes) désagréables à attendre. C’est la loi de la route ! La seule chose à faire, continuer sa route sans se retourner et se concentrer sur son itinéraire. Il ne faut pas oublier que la priorité reste le patient installé dans la cellule.

L’alcool, les drogues et leurs ravages 

Malgré tout, cela n’atteint  pas la violence verbale que l’on rencontre lors d’interventions où l’alcool est présent. L’alcool désinhibe et fait souvent ressortir le mauvais côté des gens. Que cela soit occasionnel ou bien chronique, l’alcoolisation provoque un changement du comportement, entraînant souvent un état d’euphorie et une perte des repères (moraux et physiques). C’est dans ces moments-là que l’action du secouriste va être mal reçue par la victime. En effet, nous venons l’empêcher de s’amuser et cela nous rends «antipathique ». Les insultes et les provocations vont alors fuser obligeant l’ambulancier à rester stoïque devant tant d’animosité (et de vapeurs d’alcool). Les personnes sous l’influence de substances illicites (drogues) auront les mêmes conséquences mais provoqueront, pour certaines, des effets plus violents sur la victime, tel des hallucinations (visuelles et auditives) et une augmentation de la résistance physique. Parfois la présence de nombreuses personnes n’aident en rien si celles-ci sont aussi sous l’influence de l’alcool ou avec la présence d’un conflit installé avant l’arrivée de l’équipage.

Les pathologies psychiatriques 

Pour finir sur les causes de l’agressivité verbale, il reste les problèmes psychiatriques. La déformation de la réalité (à cause des symptômes de la maladie) est très fréquente. Par exemple, une paranoïa entraîne des dérèglements de la pensée incluant un délire de persécution dans lequel l’ambulancier aura une place toute particulière. Il est celui qui vient le chercher et donc, il est un danger. De nombreuses autres pathologies présentent des situations conflictuelles et demandent donc une attitude professionnelle et surtout une bonne maitrise de sa communication. 

Cas particulier, le malaise hypoglycémique 

On peut aussi rajouter un cas particulier auquel il faut faire attention. Il concerne les malaises hypoglycémiques chez le patient diabétique. Ils provoquent parfois des symptômes neuroglycopéniques, liés à la souffrance du système nerveux central, comme une confusion aiguë, une agitation, des troubles de l’humeur et du comportement, un état pseudo-ébrieux… Tout ceci peut amener une agressivité de la part de la victime. Il faudra alors tout faire pour la rassurer tout en lui prodiguant les premiers soins.

Commentaires ?

N’hésitez pas à apporter dans les commentaires votre vécu, votre ressenti, vos expériences passées. Que vous est il arrivé ? Comment cela s’est déroulé ? Apportez vos témoignages ils seront utiles à tous je vous l’assure. La suite de cet article présentera les solutions qui se présentent à l’ambulancier pour résoudre ces problèmes parfois épineux et éviter de mettre en danger son patient, son équipage et l’entourage.

3 réponses
    • Jérôme
      Jérôme dit :

      Bonjour
      Dites, vous vous êtes levé ce matin en vous disant “tiens et si j’insultais un corps de métier en me basant sur ce qui s’est passé dans un hôpital ?”
      Je ne doute pas que vous ayez croisé des idiots mais est ce une raison de penser que les gens nous détestent ? Utilisez l’expression “beaucoup de gens” veut souvent dire “moi” d’ailleurs.
      Je ne sais pas votre métier mais je pense que vous n’aimeriez pas qu’on dise la même chose sur votre emploi.
      Cet article n’a pas pour but de dire que nous sommes irréprochables, loin de là mais d’amener une réflexion sur la manière de se comporter dans le cadre d’une “agression”.
      D’ailleurs il commence sur un principe simple, la politesse !
      Alors après vous avoir dit bonjour, je vous dirai aurevoir et vous direz simplement de vous renseigner sur ce métier, sur les contraintes et la patience qu’il faut pour le faire.

      Répondre
  1. Tob
    Tob dit :

    Bonjour, je rejoins Alex, et les agressions verbales envers les patients on en parle?!
    Certes, pas tous les ambulanciers, mais c’est devenu malheureusement récurrent.
    Le minimum lors des retard, est , déjà bonjour, excusez nous pour le retard, et y aurait pas de mauvaise humeur.
    Lorsqu’il arrive de manquer ses rendez-vous médicaux 4 jours sur 5 dans la semaine, et que c’est leurs derniers de leur soucis en disant par exemple ” l’important c’est d’être arrivé “pour que le patient attende une heure en salle d’attente bêtement pour repartir, et faire une de nouveau une heure de route pour rentrer sans soins!
    j’ose espérer qu’il y a un module “savoir vivre” dans votre formation
    Y’en aurait tellement à raconter…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.