Tu sais que tu es ambulancier quand… #2

Tu sais que tu es ambulancier quand… #2

Tu sais que tu es ambulancier quand …

tableau_humour_ambulanciers

Les phrases cultes, les moments cultes que tout ambulancier a au moins entendu, vécu au cours de sa carrière courte ou longue. Ces éternels moments de solitude où le sourire vient au lèvre à la lecture de ces phrases connues et vécues. Je n’ai pas pu m’empêcher de les partager ici pour vous les faire découvrir ou re-découvrir. On en ri mais ça fait partie intégrante de notre quotidien. A consommer sans modération et à enrichir sur la page Facebook  “Tu es Ambulancier(e)s si”

Pour ceux qui n’auraient pas encore lu le premier article issu de la page Ambulances en colère c’est ici : Tu sais que tu es ambulancier quand …

  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu arrives sur un 15 à deux filles et que le monsieur regarde derrière toi en disant: « Mais vous êtes que toutes les deux ? » Oui oui monsieur on va s’en sortir hein !
  • Si tu sais que quand tu passes une porte avec un brancard tu penses à enlever tes doigts des poignées ou du moins tu fais attention à pas les laisser trainer.
  • Tu emmènes le téléphone de garde aux toilettes …au cas où…
  • Si tu bouillonnes quand on refuse de te donner des éléments concernant l’état de santé du patient sous prétexte qu’il y a “le secret médical”!  ‪#‎continuitédessoins ‪#‎professionneldesanté ‪#‎ambulancier
  • Si comme la semaine dernière tu te fais encore appeler “chauffeur” ou “brancardier” par un médecin !!!
  • Quand ton patron te dis “rentre au local tu désinfecte ton ambu et tu coupes” et que une fois dans ta voiture….. Il te rappelle pour un 15 qui vient de tomber…
  • Quand tu répètes une petite centaine de fois par jour : « Madame, monsieur, GARDEZ LES MAINS SUR VOUS!!!!!! GRrrrrr »
  • Si tu sais faire attention à tes doigts quand tu tournes le brancard contre un mur parce que tu t’es déjà fait râper, coincer, érafler plus d’une fois à tes débuts.
  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu pars sur un Samu pour X raisons et arrivé sur place tu trouves la personne pour qui tu t’es déplacé, qui t’attend devant la porte avec la valise à côté et tu n’as pas fini de te garer qu’elle saute déjà dans l’ambulance.
  • Quand pendant un petit rapat de 4h de route le patient téléphone à sa femme et fait préparer le repas du midi pour nous tous et qu’en plus tu repars avec 1 bouteille de muscadet de son « pays ».
  • Quand tu as ton patient sur la chaise porteuse et que dans l’escalier tu lui répète 15 fois « croisez les bras s’il vous plait, ne vous tenez pas à la rampe s’il vous plait…. »
  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu emmènes un patient de plus de 90 kg pour une consultation où ce n’est ni accessible pour te garer et ni avec le brancard en équipage de filles.
  • Tu es ambulancière quand, en montant un patient de 100 kg au 3ème étage, ton collègue qui est à la tête loupe la marche et que toi tu finis à genoux, la tête entre les jambes du patient … Oups … Fou rire garanti malgré un arrêt de travail de 3 semaines pour mon collègue qui s’est fait une entorse.
  • Si tu arrives sur un 15 pour douleur tho et que le médecin sur place te dit: « Hé ben je vous attendais pas si vite ».
  • Tu es ambulancier quand tu gonfles un ballon et dessine un visage dessus pour rassurer un enfant et le divertir pendant le trajet et qu’il rit aux éclats….
  • Quand t’arrives dans la chambre et que le patient n’est pas prêt et le médecin n’est toujours pas passé.
  • Quand tu commences à 6h du mat, que tu arrives chez ton patient et que le rendez-vous est pour le lendemain!!!!!!!
  • Si tu demandes au moins 10 fois par jour « Vous avez votre carte vitale ? »
  • Si tu arrives pour faire une urgence dans une cité au 6eme étage et que l’ascenseur est en panne depuis…. ce matin…
  • Si tu ne peux pas t’empêcher de rigoler ou d’esquisser un sourire quand les patients te demandent à quelle heure tu finis le soir.
  • Si tu demandes à ton patient dans l’ambu « vous avez chaud ? Vous voulez que je mette la climatisation ? » et qu’il te répond « Non non c’est bien comme ça ! », alors qu’il fait 45°c dans la cellule et que tu transpires à grosses gouttes…
  • Si la prof de ton fils le harcèle pour avoir un rendez-vous avec moi et que le petit lui répond : « maman elle n’a pas le temps de venir aux réunions, elle sauve des vies, elle ! »
  • Tu arrives au domicile d’un patient et qu’il vous dit « Mais vous n’êtes pas les pompiers ? »
  • Quand tu as fini ta journée le vendredi mis ton heure de fin et que tu dois repartir parce qu’il y a un transfert des urgences pour un Hôpital à plus de 60 km et qu’il n’y a aucun équipage pour assurer.
  • Quand une dame âgéee de 90ans te dit après l’avoir déposé sur son lit « J’ai failli vous attraper la quiquette… »
  • Si dans une salle d’attente tu lis un magazine datant de 2009.
  • Quand tu passes ton bilan et qu’arrivé aux urgences la patiente te ressort des symptômes qui auraient pu avoir leur importance !
  • Quand tu redoubles d’équilibre dans la cellule…!!!
  • Si tu apprends encore des raccourcis a ton mari alors qu’il est aussi sur la route toute la journée.
  • Si tu connais le prix des cafés dans tous les hôpitaux de ta région.
  • Si tu es dans ton bain avec le shampoing sur la tête et qu’on t’appelles pour te demande :  « Serais tu disponible par hasard ? » Et tu dis oui oui pas de problème.
  • Si ta patiente déjà inquiète est perdue face à de nombreuses démarches administratives à faire, et qu’elle retrouve le sourire quand tu lui dit : « ne vous inquiétez pas madame, je m’occupe de tout. »
  • Si après un départ à 6h, les bouchons sur les boulevards, 50 km à espérer que tu vas être à l‘heure, l’épreuve parking + guichets, que tu fais 3 étages de l’immense CHU de Bordeaux pour trouver le bon service de ton patient, que tu te rends compte que finalement celui-ci avait rdv pour son HDJ à l’hôpital qui est à 10 km de chez lui. Zen…
  • Si tu passes 1 heure à expliquer à ton patient que non, il ne peut pas être à 100% pour tout.
  • Si tu répètes inlassablement à la personne qui est sur ton brancard ” rentrez bien les coudes” quand tu le rentres dans l’ambulance.
  • Tu es ambulancier si tu es capable de téléphoner tout en écrivant tes annexes et surveiller ton patient alors que le véhicule roule.
shoot_paramed

Merci à tous les contributeurs grâce à qui cette liste Tu sais que tu es ambulancier quand existe ! Merci à eux de nous faire sourire à la lecture de ces moments connus de tous.

Mickael Blindord : Quand t’es ambulancier #2 !

Mickael Blindord : Quand t’es ambulancier #2 !

Mickael Blindford : quand t’es ambulancier

Rappelez vous il y a quelques temps de cela je vous partageais en exclusivité une vidéo originale, bourrée d’humour “Quand t’es ambulancier” réalisée par Mickael Blindford. Ancien ambulancier il s’était pris au jeu des clichés du métier avec brio. Il nous avait amusé avec ces mises en scènes sympa, que chaque ambulancier connait et a déjà vécu au quotidien. Je l’avais contacté pour lui demander si il comptait s’arrêter là ou si il allait retenter l’expérience avec un nouvel épisode. Le succès avait été pour cette première tentative assez important car la vidéo cumule à ce jour pas loin de 22 000 vues ce qui est quand même un joli score et démontre le succès de cette réalisation. N’hésitez pas à découvrir ses autres vidéos sur des thèmes complètement différent du métier d’ambulancier.

Quand t’es ambulancier chapitre 2

Cette fois ci il revient avec une nouvelle vidéo, un peu plus longue d’une vingtaine de minutes. Au programme : de tout ! De l’ambulancier au régulateur, en passant par le patron ou l’indispensable lèche botte de la boite. Les plannings à rallonge, la journée type ou encore la course contre la montre. J’avoue que je me suis bien marré à certains moments car on arrive à deviner l’issue de la scène tellement ça sent le vécu. Alors attention, il faut regarder ça au second degré et avec une envie de se détendre et d’auto dérision du métier. Les accrocs aux reportages bien cadrés et fidèles à l’image passez votre chemin ceci est tout sauf politiquement correct mais j’aime et ça fait du bien. Chaque ambulancier s’y retrouvera et on sent vraiment le vécu dans chaque mise en scène.

Quand l’humour fait du bien

C’est le moment de se détendre, de débrancher le cerveau deux minutes et de rigoler un peu. Ce sont des clichés tellement connu de tous qu’on s’y croirait. Reste à espérer que cette vidéo aura autant de succès que la précédente pour motiver Mickael a nous concocter un troisième épisode. A ce jour peu de vidéos de ce type existent et j’avoue ça fait aussi du bien. Alors à défaut de vous proposer un reportage structuré, sérieux, réaliste sur le métier je vous propose de découvrir son opposé total que seuls les ambulanciers comprendront de façon subtile. Bon visionnage !

La vidéo Quand t’es ambulancier #2

Retrouvez Michael Blindford sur Chaine Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCEI-LT6tJv9GOhH44ePccOw

Quand t’es ambulancier

Quand t’es ambulancier

Quand t’es ambulancier…

Je vous présente une petite vidéo très sympa à prendre avec humour au second degré, je précise pour certains qui se méprendraient. C’est réaliste, ce sont des clichés du quotidien. C’est sûr que ça ne reflète pas un ensemble général mais ce sont des scènes vécues au moins une voire plusieurs fois par nos collègues ici ou là.

Je vous invite donc à découvrir cette vidéo et son contenu. Posez vous quelques minutes avec le pop corn c’est parti pour un petit moment de détente 🙂

Quand t’es ambulancier par Michael Blindford

Introduction de l’auteur :

Bonjour , voici mon 1er podcast sur un métier que j’ai bien connue 🙂 ,
n’hésitez pas à commenter , aimer , partager et vous abonnez bien sur 😉 , thanks for watching !

facebook : https://www.facebook.com/Mickael.Blindford

60 règles à connaitre pour être un bon ambulancier – 2ème partie

60 règles à connaitre pour être un bon ambulancier – 2ème partie

60 règles à connaitre pour être un bon ambulancier – 2 ème partie

Vous avez adoré les 48 règles à connaitre pour être un bon ambulancier ? J’ai voulu vous faire plaisir en vous proposant un second et dernier volume. J’en ai passé du temps à les trier, à traduire. Et oui mon anglais n’est pas impeccable au point de tout traduire comme ça. Les trier puisque je le rappelle, à la base toutes ces règles sont issus des EMT Paramedic  aux Etats Unis donc certaines ne peuvent être utilisées ici pour des raisons de compréhension et de contexte. Excusez par avance les doublons sur cette liste ou en parallèle avec la première. Donc voici un petit florilège.

o2 L' Ambulancier : le site de référence 60 règles à connaitre pour être un bon ambulancier - 2ème partie

Les règles indispensables

  1. La gravité de la lésion (s) est directement proportionnelle à la difficulté d’accès, ainsi que le poids de la patiente.
  2. Les grenades à main et des tourelles de mitrailleuses fonctionnent généralement mieux que les lumières et les sirènes.
  3. Il est généralement peu recommandé d’utiliser les mots « put… de m… » sur scène, en référence à l’état ​​du patient.
  4. Ce n’est pas juste parce que quelqu’un est totalement immobilisé que cela signifie qu’il ne peut pas être violent.
  5. Ne montez jamais dans à l’avant de l’ambulance avec quelqu’un qui est plus courageux que vous.
  6. Les algorithmes n’ont jamais survécu aux trente premières secondes de contact avec le patient.
  7. Honorez toujours une menace.
  8. Les choses importantes sont toujours simples.
  9. Les choses simples sont toujours difficiles.
  10. Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde tout le temps.
  11. La douleur n’a jamais tué personne.
  12. Toutes les fièvres finissent par tomber à température ambiante.
  13. Un garrot autour du cou résout tous les problèmes.
  14. Les morts ne s’amélioreront jamais, d’autre part ils ne s’aggravent jamais.
  15. En cas de difficulté, en cas de doute, courir en rond, crier et crier.
  16. Règles : 1) Ne pas se salir, 2) Ne courez pas, vous pouvez violer la règle n ° 1, 3) Si il semble que vous pourriez vous salir en faisant quelque chose laissez le nouveau faire.
  17. S’il y a peu à gagner, il y a peu à perdre. S’il y a beaucoup à gagner, il y a beaucoup à perdre.
  18. La mort est une stabilisation de l’état du patient.
  19. Vous êtes toujours appelé pour une intervention soit pendant le dîner, soit pendant que vous êtes sur les toilettes, ou à 2h00 au milieu d’un grand rêve.
  20. Les débutants cherchent toujours de grandes choses dans les petits compartiments et vice versa.
  21. Les débutants ont leur propre façon de faire les choses.
  22. Quand il s’agit de seringues, il vaut mieux donner que recevoir.
  23. Pour tous les 25 appels que vous réaliserez, seul  1 sera passionnant.
  24. Être ambulancier signifie que vous pouvez vous exposer à de rares, exotiques et passionnantes nouvelles maladies.
  25. Vous tombez, vous appelez, nous transportons, c’est tout.
  26. Le bon sens n’est pas.
  27. Murphy était un optimiste.
  28. L’adresse n’est jamais clairement marquée.
  29. Ne vous énervez pas si vous voyez du sang, sauf si c’est le votre
  30. Si rien n’a mal tourné, de toute évidence vous ne comprenez pas la situation.
  31. Vous devez toujours arrêter la réanimation après le deuxième aïe !
  32. Plus grande est la maison plus le patient sera éloigné de la porte. En général : toujours dans la chambre la plus au fond.
  33. Le mobilier sera toujours disposé de façon que le brancard ou la chaise portoir ne puissent jamais s’adapter facilement.
  34. Juste au moment où vous dites : « Vous savez, je n’ai jamais eu un accrochage …. «, vous en aurez un.
  35. Le seul moment où vous devez péter, c’est quand vous avez votre patient sur le brancard ou la chaise dans l’ascenseur.
  36. Peu importe combien de temps et la manière dont vous posez les questions aux patients, l’histoire sera toujours changée une fois que vous arrivez au service d’accueil des urgences pour vous faire passer pour un âne.
  37. En cas de doute sur la maison vous avez été appelé, cherchez celle avec des escaliers.
  38. Si le patient  vous dit qu’il / elle va mourir, le croire il a probablement raison.
  39. Vous pouvez avoir la circulation sans la respiration, mais vous ne pouvez pas avoir la respiration sans circulation.
  40. Message aux débutants : Les gens vont tomber malades, les gens vont se blesser, et les gens vont mourir. Ce n’est pas un travail à choix multiples. Vous devez être capable de gérer l’ensemble de ce qui précède !
  41. Certaines personnes peuvent faire ce travail et d’autres ne peuvent pas. Priez pour que vous soyez avec le collègue qui soit celui qui peut.
  42. Si Dieu avait voulu que vous ayez une réponse rapide à l’appel, vous auriez été garé en face du lieu d’intervention.
  43. Dès que vous avez terminé le nettoyage de l’ambulance vous aurez à conduire 10 kilomètres sur une route remplie de flaques de boue pour une difficulté à respirer.
  44. Essayez de garder votre pouls inférieur à celui de votre patient
  45. A la question” Pouvez-vous marcher ?”, le patient répond systématiquement non. Pensez à ajouter : “Avez-vous essayé ? “
  46. Les morts deviennent très rarement mieux, mais ils ne sont jamais pires.
  47. S’il y a un Dieu, vous n’êtes pas lui. Cela s’applique même aux ambulanciers.
  48. Le besoin de soins médicaux du patient est inversement proportionnel à la quantité de bruit qu’il / elle fait.
  49. Si elle dit que le bébé arrive, croyez- là.
  50. Tous les spectateurs, et la majorité de vos patients, ont plus d’expérience et de connaissances que vous. Et ils n’hésitent jamais à donner des conseils
  51. La quantité de vomissures produite est toujours supérieure à la taille du conteneur par au moins un facteur de 2.
  52. Si le patient vomit, essayez de tenir la tête sur le côté de l’ambulance avec le matériel le moins difficile à nettoyer.
  53. Il y aura des problèmes.
  54. La gravité de la lésion est directement proportionnelle à la difficulté d’accès, ainsi que le poids de la patiente.
  55. La douleur n’a jamais tué personne.
  56. Le poids d’un patient est directement proportionnel à la probabilité que l’ascenseur sera non- fonctionnel.
  57. La mort est une stabilisation de l’état du patient.
  58. La formation c’est d’apprendre les règles, l’expérience apprend les exceptions.
  59. Le bon jugement vient de l’expérience, et l’expérience vient du mauvais jugement.
  60. Il y a très peu d’ambulanciers avec 20 ans d’expérience. Il y a des milliers d’ambulanciers avec 1 an d’expérience, répétée 20 fois.

Mes sources

http://www.emsnewbie.com/2010/08/rules-of-ems-part-one/

http://www.emsnewbie.com/2010/08/rules-of-ems-part-two/

http://www.thelunatick.com/ems/rules.html

Annotation

Vous excuserez la traduction parfois maladroite mais ce n’est pas toujours simple à réaliser. Je suis aussi preneur de toutes les corrections ou adaptation pour un volume 3 ;=)

Tu sais que tu es ambulancier quand…

Tu sais que tu es ambulancier quand…

Les “tu sais que tu es ambulancier quand…”

Je partage un texte trouvé sur la page Facebook Ambulances en colère. A lire sans modération et à prendre au second degré bien entendu ! C’est du vécu ! N’hésitez pas à ajouter vos idées pour continuer cette liste. Je me doute que chaque ambulancier qui lira cette liste ne pourra que sourire à chaque ligne. Réalité quand tu nous rattrapes ;=)

  • Tu de demandes bien ce que c’est de bosser en « horaire de bureau »…
  • A 4h du matin quand tout le monde dors, toi tu fais une intervention évacuation du 3 ème étage d’un col du fémur dans un matelas coquille …
  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu connais les heures de prise de poste mais quand tu ne sais pas quand tu vas finir…
  • Tu sais que t’es ambulancier quand tu arrives à lire et écrire en roulant sans être malade…
  • Ta femme est jalouse des infirmières, ton homme des médecins que tu croise tous les jours au boulot.
  • Dès que tu gares l’ambulance pour une intervention, il y a toujours une petite vieille derrière son rideau pour t’observer…
  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu as pleins d’idées à soumettre au type de la voirie…
  • Tu en as marre d’entendre par tous les passants curieux « mais qu’est-ce qui se passe ?
  • Vous devenez fou à lier quand quelqu’un vous traites de ”chauffeur d’ambulance”.
  • “Comment ça va ?” est une question que vous ne connaissez pas… parce qu’ÉVIDEMENT ça ne va pas bien quand on fait appel à vous…
  • Vous adorez sortir pour la …X ème fois pour le patient bien connu de toute les garde d’urgence du secteur… et une fois que vous l’aurez apporté? Restera moins de 1 heure à l’hôpital…
  • Tu sais que tu es ambulancier quand la régulation te dit de rentrer à 16h et qu’à 19h30 elle te renvoie sur un SAMU alors que tu dois finir à 20h.
  • Tu en as marre d’arriver sur intervention et que le patient se plaint de maux de tête depuis 3 semaines ou qu’il est 3h du matin et il te dit « je n’arrive pas à dormir »…
  • Il est aussi interdit de demander une ambulance pour une cloque au pied…
  • Tu aimes voir un lieu d’intervention plein de feux bleus…
  • Tu maîtrises la recherche de l’heure d’appel sur ton GSM…
  • Tu sais combien de minutes il te faut pour aller d’un point A à un point B et tu connais tous les noms des rues à prendre…
  • Tu te dis que les infirmières vont t’arracher les yeux en te voyant arriver pour la 4 ème fois alors qu’il n’est même pas encore minuit…
  • Tu sais comment traiter rapidement une crise de tétanie et tu le repère à 3 km…
  • Tu en a marre de voir le personnel de maison de retraite faire un massage cardiaque sur un patient dans un lit à ressort…
  • Tu sais qu’à 4h du matin, il n’y a que « pèche & nature & découverte » à regarder à la TV…
  • Tu sais que tu es ambulancier, quand tu répètes pour la 90 ème fois sur 2 étages, quand tu portes quelqu’un avec la chaise porteuse : << monsieur laissez les mains sur le ventre, ne vous accrochez pas à la rambarde ! ! ! >>
  • L’alerte de 6h30 du matin, ça ne sent généralement pas bon surtout si le SMUR est en route…
  • Tu sais que tu es ambulancier quand une infirmière te regarde en disant “voilà les brancardiers” ou qu’elle te demande si tu as besoin d’un BON de transport, ou quand tu arrives sur une urgence on te demande si tu es pompier ou médecin…
  • Tu sais que tu es ambulancier quand tu passes plus de temps avec ton collègue dans l’ambulance qu’avec ta famille !
  • Tu sais quand tu es ambulancier quand tu vois sur ta fiche de paye que toutes les heures que tu as faites ne te sont pas payées… ou pas à leur juste valeur…
  • Réparer l’ambulance avec une bande et un peu de sparadrap est un jeu d’enfant pour toi…
  • Tu sais ce que signifie « AVC » « AVP » «TS »….
  • Et pour finir, tu te dis quand même que c’est un des plus MERVEILLEUX métier du monde et que tu ne pourrais pas faire autre chose…
paul combs 2 L' Ambulancier : le site de référence Tu sais que tu es ambulancier quand...

Parce que j’ai choisi de devenir ambulancier

Parce que j’ai choisi de devenir ambulancier

L’ambulancier et la complainte du parce que…

equipage

Parce que j’ai choisi de devenir ambulancier car j’ai voulu une profession critiquée et mal aimée,

Parce que j’ai toujours voulu bosser comme un malade pour des clopinettes (ben oui travailler plus pour gagner moins, tu bosses 10h t’es payé 8h),

Parce que j’adore qu’on classifie ma profession avec un vulgaire “taxi pousse-mamie” (quelle poésie), mais j’ai voulu devenir ambulancier

Par ce que j’ai adoré bosser comme un chien en cours pour un diplôme complet et qu’au final on nous considère encore comme des bon à rien,

Parce que j’ai voulu choisir un métier en idéalisant le fait que l’évolution de la profession se mettait en route parce que parce que…

Parce que je voulais apporter quelque chose…

Parce que j’ai voulu me mettre au service des gens pour les servir et non me servir,

Parce que je me sens utile et que je peux apporter des choses, du réconfort, une aide, être un lien social auprès de patient qui en ont besoin. J’ai voulu devenir ambulancier.

Parce que malgré l’image pousse-mamie il y a bien d’autres nombreuses choses que personne ne voit et n’imagine,

Parce que je vois la misère sociale jusqu’au bas du plancher quand je me rends au domicile des patients et qu’on se met à changer sa façon de voir le monde,

Parce que l’on constate à quel point on peut apporter un peu de gentillesse dans ce fichu monde égoïste : un sourire, un service, une parole… Certes c’est pas un job fait pour tout le monde. Tu le choisis pas pour devenir riche (un billet de loto te donnera plus de chances) mais tu le choisis par passion, par envie, par choix. J’ai donc voulu devenir ambulancier.

Et ça tu t’en rends compte quand tes patients te remercient, sont heureux de te voir à leur porte car même si tu viens pour quelque chose qui ne va pas forcément être une partie de plaisir  ils savent que tu vas bien t’occuper d’eux. Qu’ils vont se faire chouchouter et accompagner.

Mais aussi que durant ce court temps de trajet ils vont pouvoir se confier, vider leur sac, passer leurs humeurs sur toi, te raconter leur galères et leurs joies. Et ça leur fait du bien. C’est pas toujours simple de garder ce masque : souriant, droit, poli quand tu t’en prends plein le grade à peine la porte ouverte mais on est un peu la soupape de sûreté pour certains qui cumulent les problèmes médicaux et pour rien au monde tu n’échangerais ta place avec eux.

Mais comme tu les comprends tu restes patient et tu fais tout pour les soulager quelques minutes jusqu’à la porte du service. Et en échanges tu récoltes un sourire, un regard qui réchauffe ta journée. Tu rentres chez toi le soir tu es rincé, le dos en miette et le moral dans les chaussettes. Mais au moins tu as une satisfaction personnelle : celle d’avoir apporté quelque chose à quelqu’un dans cette journée, avoir redonné le sourire, ou chassé les idées noires de certains. Mais tu rentres chez toi et tu te dis que tu as une put… de chance d’être là tranquille sans ennuis de santé pour le moment.

Parce que je voulais être intégré à la chaîne de soins et de secours comme dans mon livre de formation…

Parce que l’ambulancier ça reste le gars en blouse et jean crade, qui te balance une lettre de toubib non ouverte sur le bureau d’une infirmière avant de déverser le patient sur un brancard et repartir dans son fourgon de livrais… pardon son ambulance avec en poche son diplôme vieux de 20 ans et qui n’a jamais touché un bouquin de formation ou de GSU depuis sa sortie de l’école.

Parce que j’adore ce type de cliché et que chaque jour je me dis en enfilant ma tenue de travail que j’adore mon job car c’est un combat de tous les jours pour prouver à la quasi totalité de décérébrés que l’ambulancier est un professionnel de santé formé, que, en France à ce jour il existe de plus en plus une majorité de gars comme moi qui se battent pour exister en tant que professionnels, qui se battent pour démontrer qu’ils sont formés et qu’il savent bosser. Mais j’ai quand même voulu devenir ambulancier.

Que ce qu’on leur a inculqué en cours ils l’appliquent, ils le révisent chez eux le soir de temps en temps ou lors d’un doute… Que chaque matin ils sont motivés et ils ont encore le mince espoir de démontrer qu’ils ont une vraie place dans la chaîne de soin et de secours…

Parce que tu fais le maximum pour t’assurer que ta prise en charge sera la meilleure, parce que tu te remets en question après l’inter’ et que tu analyses pour voir ce que tu aurais pu améliorer afin d’être plus efficace la fois suivante.

Parce que tu t’acharnes à faire tes transmissions de façon complète même si en face tu n’ as pas de bol et tu tombes face à une personne qui t’écoutera d’une oreille ou qui n’en a rien à cirer… Mais quand tu tombes face à un quelqu’un qui t’écoutes tu sais que ça valais la peine de prendre le temps de chercher l’info et que ça contribuera peut être à faciliter à la prise en charge du patient installé dans le box des urg’.

Parce j’ai besoin de pognon…

Parce que l’ambulancier privé ça bosse pour le fric et rien d’autres, un appel 15 c’est juste une facture  avec supplément.

Parce que ça commence à me chauffer le bourrichon qu’on raisonne de cette manière en hurlant que le secours doit rester gratuit et ne doit pas être privatisé…. C’est vrai on est juste des bouffeurs de pognons, les autres acteurs sont bénévoles on le sait…

Parce que je sais que sur mon put… de bulletin de paie les charges retenues retourneront à la case départ. Oui oui celle qui a justement versée les indemnités de transport. La sécu ? Qui c’est la sécu ? Ben oui l’état bien sûr ! La sécu va payer la boite qui va payer des impôts et des charges qui vont retourner dans la même escarcelle qu’au départ. Que le secours n’est pas gratuit c’est juste que tu ne reçois pas la facture de la même façon. La facture elle s’appelle impôt…

Tout le monde finance les secours de manière indirecte. Ben tiens moi employé et mon patron on finance aussi non ? Les salaires il sortent bien de quelque part ? Les véhicules ils sont gratuits ? Donc non le secours gratos ça n’existe pas… Ah excusez moi je dois présenter la facture à mon patient, oui le gars qui présente une suspicion d’infarct’ et que je viens de ramener depuis son domicile…

Ah pardon il vient de faire un arrêt à la vue de la facture ? Pas de soucis je vais allez demander à sa dame de me signer le chèque… Et puis par la même occase je lui proposerais le service funé’ de ma boite, on a un pack “son et lumière” à moins 50% en ce moment… J’oubliais que je suis un privé…

Parce que le secours public sera toujours là pour sauver l’innocent du vilain ambulancier privé qui dépense honteusement l’argent de la sécu.

Parce que quand je vois comment sont utilisé les budgets de subventions public dans certains endroits ça m’offusque encore plus surtout quand on vient nous chercher la pti’te bébète

Parce que si ils prenaient exemple sur les privés ils auraient une autre façon de jeter le pognon par les fenêtres. Ah c’est vrai une entreprise c’est là pour générer du chiffre.  Allez dire ça à la nouvelle génération de patrons ambulanciers qui s’investissent jour après jours pour garder leurs boite à flot et sauvegarder les emplois…

Qui surveillent leurs dépenses, et investissent de façon intelligente. et qui passent les 3/4 de leurs budgets en frais de gazole et de charges… Les patrons vivent bien !!! Ben oui mais ils bossent dur pour ça… Ils font pas du 8h-17h pour aller émarger à 3k5 €  avec voiture de fonction, avantages en natures etc comme d’autres… chuuut faut pas dire…

Parce que chaque matin moi ambulancier privé (employé) je me lève en me disant : allez on va aller faire du fric aujourd’hui ça ira dans ma poche en partie.

Parce qu’une fois encore des abrutis généralisent et mettent tout le monde dans le même sac c’est tellement plus simple. Un patron qui fraude et c’est l’ensemble des ambulanciers français (employés compris) qui tapent dans la caisse. je me demandais aussi comment j’avais pu acheter ma résidence secondaire à saint trop’… C’est vrai dans le public ça n’existe pas… Qui a dit médecins, kiné, hôpitaux, pharmacie qui fraudent/se loupent/sur-facturent ? zut on doit pas avoir accès aux mêmes actualités.

Parce que certains généralisent après vu un ambulancier raté, ben oui c’est connu les autres métiers de la santé et du secours ne sont pas concernés. Chez eux tout le monde il est parfait. Je pense que je devrais consulter pour les troubles auditifs et de la vision que j’ai eu parfois en les regardant travailler ou après les avoir écoutés.

Parce que ce soir j’en avais ras le bol, un trop plein d’idées noires qui couvaient. Mais c’est pas si grave demain matin je me lèverais de bonne humeur et avec le sourire parce que j’aime mon job et que je fais tout pour le faire du mieux possible. Parce que je crois encore en certaines idées qui ne sont que des utopies certes mais qui me font avancer.

Parce que sous ces lignes revendicatives d’autres personnes partagent leurs réponses sur le thème : Pourquoi avez vous choisi ce métier ?

  • Margot : J’ai choisi ce métier pour me sentir utile et ce que j’aime par dessus tout, c’est redonner le sourire aux patients…!!
  • Ludovic : j’ai choisi ce métier pour être au plus proche des gens les écouter et essayer des les aider en restant a mon niveau… Ce que je préfère c’est la prise en charge de différentes générations chaque jour, il n’y a jamais 2 fois  la même douleur tout les jours est différent… De la bobologie,  à la prise en charge avec une équipe médicale
  • Samuel :  l’urgence , aider les gens , bavarder avec les gens ( comme a l’école lol )
  • David : Moi au départ ( à 6 ans) faire comme papa ” sauver les gens ” ; second degré;  je m y suis oriente pour ça das un premier temps et c’est devenu une passion une drogue tout me plait , mais l’urgence par dessus tout … Le dialogue, l’approche avec des gens de tous milieux de toute nature, nos ” papys mamies ” qu’on aiment tant … L’adrénaline sur certains cas parfois dramatique mais c’est aussi ça notre boulot … Et je pense que beaucoup sont comme moi : ambulancier c’est 6 mois ou pour la vie … L’ambulance ma drogue, mon plaisir , mon métier … Ambulancier et fier de l’être.

Parce qu’il est temps de conclure ce billet…

Merci d’être passé au bureau des pleurs, ce billet dramatico-pleurnichard est volontairement axé sur du second degré. Que ceux qui n’arrivent pas à comprendre le sens de cet article reprennent sa lecture ou passent à autre chose (merci d’être venu, veuillez libérer l’espace et éviter de polluer cet espace d’expression). Non ce n’est pas un épanchement d’un ambulancier qui fait oui-ouin (j’ai des kleenex c’est bon).

Je vous rassure ma santé mentale et psychique est très bonne (enfin je crois ^_^). C’est juste que de temps en temps ça fait pas de mal de rédiger ce genre de choses tellement la part de vérité contenue ici est importante.

Parce que heureusement mon quotidien n’est pas toujours comme ça et que je cotoie des professionnels de santé qui savent reconnaître mon travail quand il est bien réalisé et aussi me faire remarquer mes erreurs avec pédagogie et manière, me donner les bons conseils qui vont bien. et aussi reconnaître que notre profession a sa place et son importance.

Et je n’oublie pas mes patients qui, avant tout et au quotidien, me remercient d’être là, pour eux… Et c’est d’abord et avant tout pour eux que je continue. Parce que malgré toutes ces lignes j’ai choisi et je pratique mon job pour eux et qu’ils passent avant toute chose, querelle ou autre. Parce que j’ai voulu devenir ambulancier.

Harlem Shake : les ambulanciers de dijon

Harlem Shake : les ambulanciers de dijon

Les ambulanciers touchés aussi par le Harlem Shake

tableau_humour_ambulanciersAlors avec le buzz du harlem shake qui, petite définition pour les non initiés : Un « Harlem shake » est une vidéo présentant un groupe de personnes , souvent vêtues de costumes , dansant de manière loufoque sur le morceau Harlem Shake du compositeur de musique électronique Baauer. L’expression trouve son origine du mème internet homonyme ayant fait le buzz en février 2013 sur le site de vidéopartage YouTube.

Les paroles de la musique utilisée sur les vidéos Harlem Shake se composent de deux phrases dont Con los terroristas (prononcé /kon loh te.roˈɾis.ta/) signifiant littéralement « Avec les terroristes » en espagnol. Cette phrase est extraite du singleMalades (sorti en 2006) du musicien Hector el Father, depuis reconverti en prêtre évangélique4.

La quasi totalité des créateurs de vidéo Harlem Shake se sont alignés sur la mise en scène établie par The Harlem Shake v1, à savoir une vidéo d’une trentaine de secondes partagée en deux temps, chacune durant en général 15 secondes. D’abord apparaît une personne, souvent casquée ou masquée, danse seule au milieu d’un groupe qui se livre à ses occupations habituelles. Après un plan de coupe, l’ensemble des personnes, soudainement déguisées de façon grotesque ou bien au contraire dénudéesdansent ou s’agitent frénétiquement, souvent en utilisant des objets ou du mobilier de façon détournée, parfois en mimant des actes sexuels. De courts ralentis ponctuent parfois la séquence.

Merci à wikipédia. Donc qui dit harlem shake dit tout le monde s’y met. Petite vidéo très sympa from Dijon et par des ambulanciers privés 🙂 ! Merci à florent pour son partage.

Si vous aussi vous avez réalisé votre Harlem Shake n’hésitez pas à me contacter pour publier votre vidéo et la partager !

 

48 règles à connaître pour être un bon ambulancier

48 règles à connaître pour être un bon ambulancier

Abulancier : ces règles à connaître pour être un bon professionnel

shoot_paramed

C’est une version traduite de l’original destiné à la base aux Paramedic du monde entier, je me suis dit que certains points étaient vraiment en adéquation avec notre quotidien. A la base il y a environ 65 règles mais j’ai fait le ménage dans celles qui se révélaient peu parlante pour nous Français. A ne pas prendre au pied de la lettre car certaines sont incohérente avec notre cursus et doivent encore trainer ici et là. Attention humour US inside 😀  ! Merci à Jean L. pour m’avoir traduit ces lignes. A vrai dire sans lui le site ne serait peut être pas ce qu’il est actuellement…

  1. les signes cutanés en disent long
  2. Les gens vraiment malades ne se plaignent pas
  3. L’air entre et sort, le sang tourne en circuit fermé: chaque variation de ce principe est mauvais signe
  4. Si vous faites tomber le bébé, ramassez-le
  5. Lorsque vous parlez avec des victimes, votre supérieur hiérarchique ou de simples citoyens, si ça vous a fait du bien de dire que vous êtes ambulancier, ce n’était pas la chose à dire
  6. Toute hémorragie s’arrête… Tôt ou tard
  7. Tout le monde finit par mourir, quoique vous fassiez
  8. Si un enfant est calme, inquiétez-vous
  9. Suivez toujours les règles, mais ayez la sagesse de les oublier de temps en temps
  10. Si quelqu’un meurt d’un danger chimique, électrique ou d’un autre danger sur place, ça doit être la victime, pas vous
  11. Il y aura toujours des problèmes
  12. On ne peut guérir les imbéciles
  13. Si c’est mouillé et poisseux et que ce n’est pas à toi, LÂCHE ÇA IMMÉDIATEMENT !
  14. Le paradis protège les imbéciles et les poivrots
  15. La gravité d’une blessure est directement proportionnelle aux difficultés d’accès à la victime et à son poids
  16. Les ambulanciers sauvent des vies, mais ce sont les compétences de secouriste qui sauvent les ambulanciers
  17. Si une victime vomit, assurez-vous qu’elle vise bien les badauds qui restent là à regarder
  18. S’il n’y a pas de poivrot après une méga-teuf après minuit, cherche bien: quelqu’un a disparu !
  19. Si c’est stupide mais que ça marche, alors ce n’est pas stupide
  20. Les choses importantes sont toujours simples, et les choses simples sont toujours difficiles
  21. La plupart des victimes sont en meilleur état que vous
  22. L’adresse n’est jamais exacte
  23. Si la victime à l’air mal, elle est mal
  24. Réponds toujours aux questions d’un bitos (tu as posé les mêmes à une époque)
  25. Quand tu réponds à un appel, souviens-toi toujours que ton ambulance a été construite au rabais
  26. La douleur n’a jamais tué personne
  27. S’entraîner c’est apprendre les règles, l’expérience c’est apprendre les exceptions
  28. Le volume de l’autoradio doit toujours être plus fort que celui de la sirène
  29. Un ambulancier dont le diplôme a été validé avant le tien ne fait pas de lui un meilleur ambulancier
  30. Des mitrailleuses montées sur tourelles seront toujours plus efficaces que des sirènes
  31. Parfois c’est mieux de demander pardon après-coup que d’obtenir une permission
  32. Ils ont dit: “Souriez, ça aurait pu être pire”. Nous avons souri et c’est devenu pire
  33. Les ambulanciers ont appris que les mecs armés étaient les mecs de la situation (les flics). FAUX ! Quand les pompiers sont sur place, c’est le mec à la lance qui est le mec de la situation. La lance te fera valdinguer bien plus douloureusement en bas de la rue avant qu’un flic ne songe à te tirer dessus
  34. On peut aussi dégager une victime discrètement par petits morceaux
  35. Éthylotest simple: éloignez vos mains de 15 cm l’une de l’autre, index contre pouce. Demandez ensuite à la victime de quelle couleur est le fil que vous tenez. S’il elle t’indique une couleur, le test est positif
  36. Qu’importe la politique, les portes du sas s’ouvrent toujours et les ambulances sortent
  37. Si une victime a été déplacée par la famille, ce sera toujours pour te faire grimper des marches en plus
  38. Qu’importe le moment, un appel urgent attendra toujours que tu t’apprêtes à manger pour tomber.
  39. Corollaire 1: Peu d’accidents se produisent si les ambulanciers ne mangent pas.
  40. Corollaire 2: Commandez toujours un repas à emporter
  41. Si tu trouves un flic en train de rire sur le gazon devant l’entrée, INQUIÈTE-TOI !
  42. Quand tu arrives sur une inter, vérifie d’abord ton propre pouls. Si tu le perçois, tout sera plus facile
  43. Il n’y aura pas de morts ou de reproduction dans mon ambulance: Les morts et les naissances, c’est soit à la maison, soit à l’hosto
  44. Si tu doutes, souviens-toi que la victime est mal et que ton ASSU a des roues: SERS T’EN !
  45. Ce n’est pas notre urgence. C’est celle de la victime.
  46. Si ta victime est violente, l’oxygénothérapie est indiquée (une ogive d’O2 en travers de la tronche a un fort pouvoir relaxant)
  47. Il faut toujours arrêter une RCP après le deuxième “AÏE !” de la victime
  48. Les supérieurs hiérarchiques le deviennent parce que personne ne les regrettera sur le terrain

Si vous en voulez d’autres, attention anglophones uniquement

http://www.emsnewbie.com/2010/08/rules-of-ems-part-one/

http://www.emsnewbie.com/2010/08/rules-of-ems-part-two/

http://www.111emergency.co.nz/A-C/50Rules.htm

http://www.thelunatick.com/ems/rules.html

Les traducteurs sont les bienvenus et je les invite cordialement à m’envoyer la version traduite pour publication ;=)

ambulancier-48-regles
Ambulancier et… interventions insolite !

Ambulancier et… interventions insolite !

Les ambulanciers et les interventions parfois très insolite

Les ambulanciers c’est comme toutes professions de santé on a tous nos anecdotes. Histoire rocambolesque, appels abusifs et j’en passe. Voici un petit florilège raconté par des collègues ambulanciers qui ont accepté de partager leurs souvenirs de leurs interventions insolites.

Les interventions pas comme les autres

  • Chakib : Sortie pour un jeune homme qui en éternuant s’est bloqué le dos avec douleur +++
  • Laurent : 31 décembre soir, personne âgée de 86 ans qui s’est bloqué la mâchoire en mangeant une pomme….
  • Catherine : Un homme en dépression alcoolisé, qui veux mettre fin à ces jours , bagage près de lui bien sur , je lui demande pourquoi le 15. “Bien j’aurais pu faire n’importe quoi le 16 le 20 le 18 , j’ai pas réfléchi”. Il voulait tous simplement avoir un taxi pour l’emmener à son endroit choisi par lui. 

    Mais la déception  nous l’emmenons à l’opposé. Mais il me dit “quand vous aurez 5 mn passez boire un café, car vous avez bien le temps ?” , je ne  lui ais pas répondu , mais c’est vrai que pour une urgence pareil on n’est plus à 5 mn pour faire le taxi.
  • Rémi : Appel samu pour femme 30 ans qui c’est cogné le gros orteil… Voiture devant la maison. Mais ses enfants mangeaient donc elle a appelé le samu…
  • Catherine : Appel samu 23h30 pour un panari, personne qui loge à 5 mn à pied de l’hosto. C’était pour avoir une dispense pour le sport, pas mal !!!!!!!!!
  • Laetitia : Quand j’étais adolescente, le SAMU est venu dans mon quartier. Plus tard, on m’a dit que le couple qui faisait l’amour, est resté coincé…euh comment dire…..”l’un dans l’autre”…
  • Jérôme :  Appel Samu pour une femme de 40 ans dont l’appareil dentaire a explosé et a embroché la langue et la gencive. Je vous avoue que là je savais pas trop quoi faire.

    Sinon j’ai aussi un monsieur âgé, avec gangrène du pied et totalement délirant, faire une inspection de la plaie avec l’odeur plus un monsieur qui vous explique qu’il a construit un réacteur à fission pouvant alimenter une ville complète, qu’il a aussi rencontrer des extraterrestres qui vont l’aider à repousser l’invasion des musulmans.

    Je vous jure vous trouvez le temps long surtout quand vous entendez votre collègue dire, “ah mince je me suis gouré sur le bilan, faut que je recommence “.
  • Karim : Appel 15 pour un bilan rapide : trauma de l’oeil chez un enfant de 6 ans. A l’ arrivée c’ était deux frère qui chahutaient et l’un d’entre eux à pris le doigt dans l’oeil… o_O
  • Chris : Il y a quelques années, appel pour un mec d’une tite quarantaine, délirant, et pour cause : d’après ses dires, il s’était fait tirer dessus par des snipers sur l’immeuble d’en face (qui au demeurant était une maison de plain pied), s’était recousu à la Rambo, voyait sa tante (décédée) faire des “trucs” avec un inconnu face à sa fenêtre, et a accepté de nous suivre parce qu’il en avait marre des guêpes électroniques (si si je vous jure) qui l’attaquaient dans son salon. Mémorable. Je sais pas ce qu’il avait pris mais…. c’était violent !!!

    Ou un autre, complètement saoul, qui était rentré par effraction chez son ex. Il s’était totalement dessapé et avait enfilé un body string en dentelle de cette dernière avant de se coucher ds son lit…. Je vous laisse imaginer le spectacle. Il a quand même fallut insister pour lui faire enfilé au moins un Jean avant le transport.
  • Audrey :  Des collègues ont fait tout aussi bien , ils ont décalé chez une dame car elle n’arrivait pas a garer sa voiture dans le garage, c’etait bien la première fois que ça lui arrivait donc le samu a voulus verifier si elle ne perdait pas la tête
  • Francis : 21h, appel 15 : suspicion de fracture poignet. Nous arrivons chez la patiente, alitée, 72 ans qui explique qu’ elle est tombée sur la main et qu’elle pense s’être cassé le poignet. C’est aussi l’avis de son mari. A l’examen : pas de déformation, pas d’hématome ni de paresthésies, rien !

    Quand je lui demande l’EVa : 0 ! Intrigué, je la questionne sur le pourquoi du comment et là elle me répond : « Ah mais non, j’ai pris un Doliprane 500, 5 minutes avant votre arrivée, c’est pour ça que j’ai plus mal ». Le 15 nous demande de transporter et dans l’ambu elle m’avouera qu’elle ne voulais pas rester avec son mari  “parce qu’il a toujours raison…” ! 
  • Marshall : Appel 15 pour Tampax coincé dans le vagin
  • Marion : Appel 15 pour un homme bloqué du dos… On arrive au domicile, l’homme était bloqué du dos effectivement mais sur ses chiottes… Impossible de le relever car douleur ++. Evidemment, tout petit wc exigu… On a réussi à le sortir de là, le slip sur les chevilles.

    Ensuite, ben je l’ai coquillé assis, pas banal mais pas le choix. J’ai oublié de dire que nous étions deux ambulancières… Monsieur était plus que gêné, sa femme aussi mais j’ai réussi à dérider tout le monde. La position sur le brancard, coquillé quasi-assis ça valait son pesant de cacahuètes…
  • Chakib : Une sortie pour une personne avec douleur aux dents qui aurait avalé 9 Doliprane. Donc mon DEA m’explique qu’il y a un risque d’intoxication sévère … Arrivé sur les lieux la prise des 9 doliprane était sur plusieurs jours […] et cerise sur le gâteau, la personne a mis de la Lysopaïne ( pour les maux de gorge) sur sa dent douloureuse ! On était mort de rire…
  • Christophe : Plaie de la verge … Mademoiselle avait un appareil dentaire et …lors d’une fellation…couic….

Un grand merci pour le partage

Un très grand Merci à tous les membres du groupe facebook « Ambulancier de A à Z » pour m’avoir permis de lister toutes ces lignes. Rassurez vous tout n’est pas là : entre ce qu’il reste de côté et celle à venir… N’hésitez pas à partager vos anecdotes, histoires ou autre promis je les publierais 🙂

humour-ambulanciers-interventions-insolites
Ambulancier, les idées reçues ont la vie dure…

Ambulancier, les idées reçues ont la vie dure…

Petit florilège des idées reçues sur les ambulanciers

croix_vie_2

A travers ce billet coup de gueule voici une liste peu exhaustive de ce que je peux entendre au quotidien. Je vous avoue que je commence à être blindé. Mais entre-nous : ça devient vraiment usant de voir que les stéréotypes ont la vie dure… Alors opposons un peu la réalité à l’ambulancier et ses idées reçues.

Tiens vla votre taxi m’ame bertrand !

Il faut savoir différencier le chauffeur de taxi détenteur d’une formation spécifique : Certificat de Capacité Professionnelle du Conducteur de Taxi (CCPCT) et l’ambulancier issu d’un autre cursus : Diplôme d’Etat d’Ambulancier (DEA). Ce n’est pas la même formation ni les mêmes fonctions. Si on compare en terme de véhicule le Véhicule Sanitaire Léger ne remplis pas tout à fait les même critères non plus sur certains points.

Bien que certaines licences de taxi possèdent un agrément de la Sécurité Sociale pour des transports médicaux les personnels possèdent des fonctions et des qualifications radicalement différentes. Mais cela n’empêche que beaucoup de collègue possèdent l’ensemble de ces qualifications. et sont à même de faire partie de l’équipage d’une ambulance un jour et le lendemain être au volant d’un taxi. Les modes de facturations sont aussi différents, les tarifs aussi bref ce n’est pas tout à fait la même chose.

Les ambulanciers de toute façon ça bosse que pour le fric

Et oui une entreprise de transport sanitaire reste une entreprise donc pour payer ses charges, ses impôts, ses salaires etc il faut bien générer un chiffre d’affaire. Les pompiers ne travaillent pas gratuitement non plus puisque les budgets des SDIS sont issus des communes et régions et donc des …impôts ! Entre autre les impôts des sociétés ou des particuliers. Donc au final oui l’entreprise gagne de l’argent mais en reverse aussi… 

Pour continuer il existe en France des entreprises qui innovent et travaillent aussi pour la passion du métier ! Nombre de ces entreprises investissent considérablement dans le matériel et la formation, et assurent une disponibilité sans faille. Certes ce n’est pas un cas général mais ça existe. Donc oui elles gagnent mais en retour et elles investissent et ce au final dans l’intérêt du patient.

Alors oui il y a des abus mais dans la grande majorité l’entreprise est tellement surveillée par la Sécurité Sociale que pour frauder il faut avoir une grosse paire de c… Je souhaite très fort que la loi se durcisse pour ces gens là et que la suppression d’agrément devienne presque systématique.

A savoir aussi que la SS surveille mais se trompe aussi en accusant injustement certaines entreprises qui doivent prouver leur innocence (déjà vu); souvent pour des fautes reprochées comme cet exemple de type ratures ou surcharges sur les documents remplis à chaque transport (le bureau de l’ambulancier c’est sa voiture ou son ambulance et je mets au défi qui que ce soit de ne pas faire de ratures en remplissant un document dans un véhicule type ambulance qui roule car ça secoue un minimum, oui c’est l’équipier qui est dans la cellule qui écrit pas le collègue qui conduit…). Vive l’administration française !!! Mais je m’égare…

Ce sont des transporteurs

Définition du transport sanitaire : L’article L6312-1 du Code de la santé publique définit la notion de transport sanitaire : « Constitue un transport sanitaire, tout transport d’une personne malade, blessée ou parturiente [femme enceinte], pour des raisons de soins ou de diagnostic, sur prescription médicale ou en cas d’urgence médicale, effectué à l’aide de moyens de transports terrestres, aériens ou maritimes, spécialement adaptés à cet effet “.

Nous sommes missionnés pour effectuer du Transport Sanitaire et non du transport de colis bien que pour certaines entreprises la tendance serais au colisage de patient mais ça c’est autre chose. Je pense que certains ont dû se tromper entre l’entreprise Maitre Cochon ou transport petit colis 24/24 et le transports de patients.

Les brebis galeuses il en existe partout dans tous les corps de métiers, médical ou non, public ou non et oui si je pouvais je sortirais ma baguette magique. Et en effet nous sommes sous la convention collective du ministère des transports. Cherchez l’erreur… Diplôme de la santé, convention des transports routiers. Non je ne suis pas un transporteur je suis un A.M.B.U.L.A.N.C.I.E.R. D’ailleurs je vais déplacer mon 44t qui est mal garé il claque je lui ais mis une rampe bleue et un deux ton SAMU …

Les ambulances de toute façon ne sont pas prioritaires !

Vrai et Faux. Dans le cadre de la garde ambulancière (garde préfectorale) ou encore sur une mission régulée par le centre 15 l’ambulance “privée” devient Véhicule d’Intérêt Général Prioritaire au même titre que les forces de police, pompiers et j’en passe. Dans le cas contraire l’ambulance est un véhicule qui peut demander des facilités de passage avec usage des dispositifs sonores et lumineux. Ce dernier est utilisée lors des transports en général demandés par un médecin, non régulés par le centre 15 mais qui peut revêtir un caractère plus ou moins urgent suivant l’état du patient. Sur le papier il est vrai que toute urgence doit être régulée par le centre 15 mais dans la réalité…

A la base une jurisprudence est à l’origine du changement. Suite à un procès un juge de la cour de Limoges a tranché en faveur d’un ambulancier qui était sur un transport régulé par le centre 15 et verbalisé par les forces de l’ordre pour je ne sais plus quelle raison. Le code de la route a donc été modifié en ce sens en 2007. Ensuite dans la réalité les forces de l’ordre agissent selon l’humeur du moment (non ce n’est pas une légende urbaine).

Pour le grand public et donc certains agents des FDO les ambulanciers n’ont pas vocation à faire des transports urgent… Au passage pour les sceptiques je vous renvois à la définition de transport sanitaire donné par le code de santé publique ! Euh moi j’ai fais quoi ce midi ? ah oui un appel samu pour Homme de 85 ans, chute avec plaie frontale de 5*2 cm, perte de connaissance etc. J’aurais dû l’engueuler et lui dire de prendre sa voiture et de se rendre aux urgences ? Meuh non si c’était urgent on aurait envoyé les pompiers ! Mais zut qui m’a envoyé chez ce monsieur ?

Pour les légendes urbaines que le grand public adore; surtout pour commenter les articles de presse lors d’accident ou autre comprenant une ambulance; j’ajoute que le devenir d’une ambulance en VIGP n’est pas juste valable qu’en présence d’un médecin ou équipe SMUR. Pour les commentaires du type : “Que si c’était urgent le SMUR se déplacerait” : à savoir que tous les hôpitaux de France n’ont pas des équipes médicales à foison et que toutes les urgences ne justifient pas une équipe d’urgentistes…

La preuve c’est le service d’aide médicale urgente avec un médecin régulateur qui décide des moyens adaptés suivant le degré d’urgence. Donc avant de commenter (j’en ais lu des vertes et des pas mûres, je me suis bien poilé aussi quoique pas toujours vu le degré de bêtise) renseignez vous !

Pour la case pompiers le SAMU envoie les SP sur certaines urgences plus souvent que les ambulanciers pour différentes raisons : maillage plus important, disponibilité plus rapide (enfin pas partout) etc. Dans certaines régions les Ambulanciers Privés sont aussi réactif que les pompiers et tout ausi bien équipé, je dis ça mais je ne dis rien…

Mais je n’oublie pas que dans d’autres régions c’est aussi par ce que certaines entreprises ne veulent même pas se casser le popotin, pour rester poli, à s’intégrer au sein de l’Aide Médicale Urgente et que niveau matos entre l’aspirateur à mucosité à pédale de grand papa, la trousse de toilette avec un pôv tensio fatigué et sans batteries c’est loin d’être suffisant… Perso je refuse de travailler pour ce genre d’entreprise (et oui faut faire un choix !)

Le décret n°2007-786 du 10 mai 2007 relatif aux véhicules d’intérêt général et modifiant l’article R311-1 du code de la route prévoit en particulier :

  • Que les véhicules affectés exclusivement, à la demande du SAMU, à l’intervention des unités mobiles hospitalières font partie des véhicules d’intérêt général prioritaires;
  • Que les ambulances de transport sanitaire appartiennent à la catégorie des véhicules d’intérêt général bénéficiant de facilités de passages.

Le code de la route limite ainsi le qualitatif de Véhicule d’intérêt général (VIG) prioritaire, et toutes les prérogatives afférentes, à certains véhicules en fonction de leur statut.

Courrier DHOS aux ARS

Cependant, comme l’a rappelé la Direction de l’Hospitalisation et de l’Offre de Soins (DHOS) du ministère de la Santé dans un courriel du 20 avril dernier adressé à la DDASS de la Sarthe, la jurisprudence a fait considérablement évoluer cette situation au cours des dernières années. En effet, dans un arrêt de la cour d’appel de Limoges en date du 7 mars 2007, le juge a considéré comme VIG prioritaire une ambulance privée qui intervenait dans le cadre de la garde ambulancière, sur demande du SAMU.

Cette mission de service public (dixit le juge), urgente, confère à une ambulance privée, intervenant dans le cadre de la garde ambulancière, le droit de ne pas s’arrêter à un feu rouge et d’utiliser un avertisseur sonore 2 tons. En ce qui concerne le cas ou une ambulance privée intervient sur demande du SAMU, en dehors des tranches horaires réservées à la garde ambulancière, la DHOS souligne dans son courriel précité du 20 avril 2009 que la jurisprudence a considéré qu’une demande d’intervention du SAMU adressée à l’ambulancier valait réquisition, ce qui confère le statut de mission de service public. 

Par conséquent, la qualification VIG prioritaire peut légitiment être étendue aux ambulances de transport sanitaire qui interviennent à la demande du SAMU, en dehors des tranches horaires réservées à la garde ambulancière.

Extrait du référentiel SAMU/SDIS/Ambulanciers : La régulation par le SAMU-Centre 15 est systématique. Elle a pour but de déterminer et de déclencher dans les meilleurs délais la réponse adaptée à la situation décrite par l’appelant. Cette mission incombe au SAMU-Centre 15 des établissements publics de santé. 

Lorsqu’un appel d’urgence parvient au SAMU-Centre 15, la régulation décide du moyen le plus approprié pour répondre à l’état médical du patient (intervention SMUR, moyen ambulancier ou moyen SIS suivis ou non d’un SMUR), étant entendu que les ambulanciers, professionnels de santé, ont vocation à être missionnés par la régulation du SAMU-Centre 15 pour participer à la prise en charge des urgences vitales, dans l’intérêt du patient.

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Referentiel_SAMU-TS.pdf mais aussi le référentiel “ORGANISATION DE LA REPONSE AMBULANCIERE A L’URGENCE PRE-HOSPITALIERE”

Les ambulanciers c’est juste des pousse-brancard !

Notez que l’expression pousse brancard fut donnée par un charmant inconnu sur un commentaire d’un article de presse, cette personne est d’une culture à toute épreuve sur les ambulanciers je n’en doute pas.
Faux l’ambulancier est qualifié avec une formation diplômante délivrée par le Ministère de la Santé.

D’une durée de 600 heures sur 8 modules de formations (urgences, état clinique, hygiène, ergonomie, communication, sécurité routière etc) avec des stages dans différentes unités hospitalières (samu, smur, court et moyen séjour, entreprises de transport sanitaire) elle est dispensée par des médecins urgentistes, formateurs (IDE, IADE, ambulanciers, kinéstérapeuthe…).

A savoir que les pompiers, en dehors de leurs formations feu, secours routier etc doivent suivre un programme moins important (+/-70 heures pour les PSE). La seule différence se situe dans le recyclage de formation où les pompiers se maintiennent à jour plus souvent et le contenu de la formation (ministère santé pour les ambulancier, ministère intérieur pour les pompiers oui oui c’est normal la logique à la française).

Pour les ambulanciers le recyclage c’est tous les 5 ans. La faute aux textes de lois et aux questions d’argent aussi… et sûrement à l’ingénieur technocrate qui a pondu cette connerie ! Reste que cela n’empêche en rien de se recycler soi même en maintenant ses connaissances à jour… Mais bon reste que comme partout il y a des abrutis incompétent aussi qui ne savent/veulent pas lire/se documenter en cours de route avant d’attendre les 5 ans.

Mais très important il faut savoir que chaque partie blanche ou rouge est tout aussi qualifiée l’ une comme l’ autre. Pas de meilleur que… Les deux entités restent des secouristes capable d’intervenir sur une détresse vitale ou non. Que celui qui me disent le contraire m’avance de bons arguments je suis prêt à dégainer 🙂 Pour les incompétents c’est du hors concours.

Les ambulanciers c’est tous des cow-boy

Vrai et Faux. On passe nos journées sur la route, on prend en charge de nombreux patients, on enchaine de nombreux transports et quelque fois quand il faut gérer de nombreux transports avec des impondérables (accident, feux, déviations, bouchons) avec l’heure du rendez vous et bien on se dépêche. A ça se rajoute le fait que les ambulances ne sont pas aussi nombreuses que ça, vsl compris.

Explication : Le numérus clausus est une formule de calcul imposée par la loi. En fonction de la population d’une commune ou ville est définie un nombre maximum d’ambulances pour ce lieu. Pas plus. Ce chiffre est révisé etc etc mais au final on se retrouve avec un nombre maxi et une population vieillissante sans cesse grandissante. A un moment ça coince…

Il n’y a plus assez de véhicules pour satisfaire la demande sans cesse grandissante de transport para médicalisé… sachant qu’une ambulance donne le droit à une entreprise de posséder deux VSL donc là aussi restriction… Refuser les transports ? oui pour les passer à qui ? Quand les “concurrents” sont eux aussi débordés ça coince et donc les ambulanciers exigeant sur la ponctualité se dépêchent pour que personne ne soit lésé !

A ceci on ajoute les médecins qui ne respectent pas les rendez vous sur le plan horaire, le manque d’informations au niveau des centres hospitaliers sur les retards éventuels, la perte de temps engendrée par le passage quasi obligatoire pour la paperasse à l’hôpital (malgré le fait que les formalités administratives ne sont pas du ressort de l’ambulancier mais de la structure de soin.

Mais les structures font leur sauce et on final on inverse les rôles), les patients qui sont encore au petit dej’ ou pas habillés parce que la structure de soin ne comporte pas assez de personnels pour s’occuper de leurs résidents et donc quand l’ambulancier arrive à l’heure avec son grand sourire niais pour emmener monsieur dupont à sa chimio ça coince ! ….

Je ne dis pas que les entreprises n’ont rien à se reprocher loin de là : régulation mal optimisée, patient oubliés, retard volontaire pour effectuer d’autres transports etc etc. La liste est aussi longue de ce côté. Heuresement ce n’est pas le cas partout mais il faut savoir que ce n’est pas forcément volontaire et qu’il existe aussi des impondérables.

Et que nous aussi on prend cher : on se fait allumer par les secrétaires, par les patients, par les médecins, par la régul’, on mange quand on a le temps (pour certains c’est pas toujours acquis) et on court et on court et on court et on court et on court toute la sainte journée… Vis ma vie d’ambulancier et … on en reparle 🙂 Oui c’est un choix ! Oui j’étais au courant avant de signer…

Après c’est pareil partout : sur la route on voit des cinglés toute la journée, certains collègues se prennent pour Shumacher. A partir du moment où il y a prise en charge du patient il y a aussi adaptation mais ça certains n’ont pas tout compris et roulent comme des c… (je veux dire par là sans se soucier du confort du patient !)

Mais je vous rassure j’ai vu aussi ce genre de comportement ailleurs comme par exemple des véhicules de secours, ceux qui sont les “vrais” rouler comme des tambours, traverser le feu rouge au carrefour à 90 sans ralentir…. (ah c’est vrai ils sont prioritaires… prioritaires aussi pour mettre en danger d’autres usagers ?)

Attention je ne dis pas que je suis le saint usager de la route qui respecte son code de la route avec son code rousseau sur les genoux toute la journée. je suis comme tout le monde et je m’adapte aussi. Mais je n’oublie pas que : mon permis c’est mon job, que à côté/ou derrière moi j’ai du monde et pas forcément en pleine forme, que je vais vers une structure de soin pour une consultation pour mon patient et non pas pour de la traumatologie pour nous deux.

Que lorsque je suis au volant de mon ambulance j’adapte ma conduite en fonction de l’état du patient, de sa ou ses douleurs, de l’importance de l’emmener plus ou moins rapidement vers l’accueil des urgences pour qu’il soit pris en charge au plus vite par l’équipe médicale etc etc

Après c’est au patient, titulaire du libre choix du transporteur de s’adresser ailleurs vers une entreprise plus respectueuse sur la qualité de sa prise en charge si il juge que l’ambuancier se prend pour alain prost au volant de son vsl ou de son ambu.

Une idée, des recommandations

Si vous avez d’autres sujets de choix à ajouter sur l’ambulancier et les idées reçues contactez moi. Ah oui pour ceux qui auront lu jusqu’en bas de l’article au lieu de le survoler sachez que certaines phrases sont à prendre au second degré : j’adore mon job malgré ses difficultés. Oui je pense que le système a besoin de changer et qu’il faudrait faire du nettoyage dans la profession…

Je suis lucide en fin j’espère… J’ajoute aussi que je n’ai rien contre les pompiers (que je cite à plusieurs reprises) je respecte la qualité de leur travail et leur professionnalisme (hormis ceux qui ont le melon trop gonflé au point de me snober sans répondre quand je leurs dis bonjour dans le sas des urgences… oui je suis très sérieux et non ce n’est pas du second degré cette fois ci).

PATIENTS

PATIENTS

41hEeKfP4+L._SL500_AA300_Grand corps malde, “Patients”

Aujourd’hui je ne vais pas vous faire le portrait d’un ambulancier ou encore relater le détail de la prise en charge de l’avc par un ambulancier ou encore râler pour un énième article ou reportage malsain et mal renseigné sur la profession. Ajourd’hui je vais vous faire part de ma lecture : Patients

Patients c’est un bouquin écrit par un grand échalas d’un mètre quatre vingt quatorze qui devient “tétraplégique incomplet” après un accident qu’il décrit comme “un plongeon à pic dans une piscine pas assez remplie… Au terme d’une longue rééducation au bout de laquelle il retrouve ses fonctions motrices, tout du moins en partie, il découvre le “slam”, spectacle de poésie orale je vous passe les détails je préfère vous laisser découvrir vous mêmes ses textes , sa bio et sa discographie : Grand Corps Malade

Bref après ses prouesses verbale, ses textes riches et surprenant, il a écrit ce bouquin. Loin des standards à l’eau de rose ou destinés à ceux qui aiment pleurer à chaque page sur le triste sort du personnage ou auteur, des bios dramatique à souhaits, il est vif, acide, réaliste, poétique et attachant, marrant. Il a une façon de vous faire découvrir ce que vivent au quotidien et depuis le départ tous nos patients handicapés dans les centre de rééducation. On aime on aime pas, personnellement j’ai adoré cette façon de mettre des mots sur des choses qui existent mais que souvent on relègue. On ne voit plus les choses sous le même angle après… On retrouve des choses, des sujets qu’on voit au quotidien dans notre job, des situations…

Fini les portraits adoucis qui puent la guimauve, le quotidien enchanteur du monde des bisounours on est plongé dans la vraie vie. C’est l’histoire d’un mec qui raconte ce qu’il voit, ce qui l’entoure, de ses voisins de “fauteuil”, il ne palabre pas sur ses malheurs, sur son quotidien mais il a un regard sur ce monde qui apporte une bouffée d’air frais et qui remet les choses en place…

Alors si entre deux “consultes” qui durent vous avez de l’attente, au lieu de vous gaver de café et de clopes et de journaux périmés qui dorment sur la table de la salle d’attente je vous assure mettez ça au fond de votre poche ou installez une application android pour ebook (type kindle) pour le lire sur votre smartphone ou iphone et laissez vous portez… Gaffe quand même quand vous commencez vous pourriez oublier que votre patient vous attends depuis trois plombes et que votre “régul” essaie de vous appeler depuis 15’…

 

http://www.furet.com/cafe/agenda/patients-grand-corps-malade/

http://www.grandcorpsmalade.fr/

http://www.amazon.fr/Patients-ebook/dp/B009ITKO1Y

Ambulancier, souvenir de début de carrière

Ambulancier, souvenir de début de carrière

Souvenir de début de carrière, moi l’ambulancier…

interieur_ambulance

Vous vous souvenez de vos débuts en tant qu’ambulancier? Moi je m’en souviens très bien, quelle fierté de porter cette combinaison blanche (ca a son importance dans la suite du récit), d’arriver sur une intervention toutes sirènes hurlante et de pouvoir donner un peu de réconfort à la victime et tout ça sous les yeux attentionnés des passants qui admirent le dévouement des équipes de secours qui sont disponibles 24/24H 7j/7.

Malheureusement certaines interventions se passent un peu plus mal…pour nous…et notre ego. Je me souviendrais toujours de cette soirée d’hiver j’étais alors encore un jeune ”BNS’‘. Il avait plu tout la journée (ca a aussi son importance dans la suite) et la nuit venait de tomber lorsque j’entendis la sonnerie stridente du bipper qui venait troubler le calme de la salle de garde. Un rapide coup d’œil sur l’écran de celui ci et les 3 premières lettres qui se détachaient clairement du reste du message me firent comprendre qu’il n’était plus temps de bailler aux corneilles.

SMU ces 3 lettres indiquait que notre véhicule devait sortir sur un appel de la régulation du SAMU pour une urgence. Je pris rapidement la radio et j’apercevais déjà mon CCA (ambulancier titulaire) entrain de se diriger vers le véhicule. Nous venions à peine de quitter le centre que déjà la radio crachota le motif de l’appel: 745(indicatif fictif) Femme 40ans malaise sur la voie publique, pas de pc, place Kléber. En moins de 5 min nous étions sur le lieu de l’intervention, un fourgon secours des pompiers nous avait précédé (facile leur caserne est à 500m)…Ils protégeaient tant bien que mal la victime du froid et de la pluie.

Nous avions encore nos anciens ASSU qui permettait de passer du poste de conduite à la cellule arrière sans sortir du véhicule, et alors que mon collègue sortait de l’ ambulance pour aller vers notre patiente, je tentais de glisser mon petit 1m86 à travers ce fin passage afin de récupérer le sac d’intervention, mais je vois mon CCA ouvrir la porte arrière de l’ASSU pour récupérer une bouteille d’oxygène.

Je me demande d’un coup si l’intervention ne serait pas entrain de se compliquer… Et alors que je me dirige vers l’arrière de l’ambulance je remarque que la place est noir de monde et il est illusoire de croire que personne n’a remarqué les gyrophares qui tournaient au dessus de ma tête et alors que j’arrive au seuil de la cellule je me remémore cette série ou on voit un sauveteur avec son short rouge courir sur une plage pour sauver les malheureux baigneur de la vaguelette de 3cm et j’ai même la chanson qui me titille les oreilles alors que je descend mon pied vers le marche pied…

Et pour paraphraser Jean dans son récit En chier avec dudule..!!

C’est là que TOUT a foiré !

J’ai senti mon pied vouloir aller plus vite que la musique et pour une obscure raison il est même remonté à l’horizontale…!!!  Je regrette à ce moment d’avoir cru en la pub de mes chaussures de montagne Columbia (qui d’après l’inscription utilisent la technologie ULTRA MEGA GRIP only snow) Only snow qui est bien entendu écrit en tout petit, en fait cette ”technologie” est une vaste fumisterie qui permet de faire doubler le prix de la chaussure….’foiré..!!!

En fait le caoutchouc de la chaussure n’apprécie pas du tout le contact avec l’aluminium mouillé du marche pied…gggrrrmmmmbbbbblllll Bref alors que je suis encore entrain de pester dans ma tête une pensée m’effleure l’esprit et je me remémore tout d’un coup de certains de mes cours de physique et en particulier le cours de la pomme dû au théorème d’un certain Newton. Isaac de son prénom.

Deux corps ponctuels de masse MA et MB s’attirent avec une force proportionnelle à chacune des masses, et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. Cette force a pour direction la droite passant par le centre de gravité de ces deux corps.

La force exercée sur le corps B par le corps A est vectorielle-ment donnée par newton. Voyons la gravité à Strasbourg est de 9.81..Fichtre si je ne me tenais pas je me serais écrasé par terre devant toute cette foule…. Soudainement un éclair de lucidité me traverse…mais oui tiens à quoi est ce que je me tiens d’ailleurs……la sentence tombe rapidement: Ben à rien mon gars..!!!

Et alors que je suis encore entrain de débattre dans ma tête de ce fameux théorème et de pester sur le fait que s’il n’existait pas on tomberait peut être un peu moins vite…je suis rappelé à la réalité par une douleur aiguë qui remonte le long de ma colonne….

Douleur due à l’impact et la rencontre entre mon postérieur et notre bonne vielle planète..!! C’est dans ce genre de moment qu’on aimerait trouver un petit trou ou se cacher et ne plus en sortir…. Et entre nous vous avez déjà essayé de faire un relevage devant 200 personnes en combinaison blanche avec le postérieur trempé, parce que vous vous êtes rétamé comme une buse en glissant sur ce !%&#!! de marche pied???

Corollaire: Les jours de pluie le marche pied tu n’utiliseras pas

Jean Laengy

C’est le métier qui rentre qu’il disait l’autre… J’aurais voulu le voir à ma place le rigolo qui a inventé ce proverbe..!!!

Histoires et perles de régulation SAMU volume 2

Histoires et perles de régulation SAMU volume 2

Perles de régulation du SAMU, pardon appels… insolites volume 2

Voila quelques histoires vraie entendues durant des appels au SAMU ou lors d’interventions…. Et oui les assistants de régulation médicale en entendent des vertes et des pas mûres !

  • Voilà je vous appelle parce que j’ai une petite fille de 15 jours et comme il fait beau je voudrai la sortir… vous me conseillez de lui mettre quoi des chaussettes ou des collants ?
  • Aïe aïe aïe, la tétanie me mange les muscles !
  • VIIITTEEE mon ami fait une crise de pilepsie
  • vous voulez dire une crise d’épilepsie ?
  • ohhhh! je sais quand même ce que je dit: il a même un traitement ! c’est une crise de pilepsie !!!!
  • Que vous arrive-t-il ?
  • J’ai mal au ventre
  • Avez vous un risque d’être enceinte ?
  • heu peut être j’ai un retard de règle.
  • Bilan : Une femme de 25ans qui semblerait en 3eme trimestre de grossesse et qui contracte depuis environ 8h, qui a perdue les eaux depuis 1h30 et qui a envie de pousser… Une heure après la douleur abdo s’est transformée en joli bébé.
  • Mon frère est suivi par un traitement.
  • Voilà mon mari a eu une crise hémorroïdaire, comme il soufrait beaucoup il a voulu se soulager un peu avec une cuillère à confiture… il l’a rentré trop loin et le crochet pour le rebord du pot fait hameçon…
  • PARM: La personne est elle consciente ?
  • TEMOIN: Non elle est inconsciente.
  • PARM: elle répond à vos questions ?
  • TEMOIN: non elle ne répond pas…
  • PARM: Elle ouvre les yeux lorsque vous lui parlez ?
  • TEMOIN: Non je vous dit qu’elle est INCONSCIENTE…
  • oh! elle veux prendre une cigarette, il faut pas hein ? je l’en empêche ?
  • PARM: Allô ? Bonjour monsieur, vous pelez les pompiers ?
  • PARM: Oui, les pompiers sont partis, que ce baise-t-il ?
  • PARM: Est ce que la personne répond à vos questions ?
  • TEMOIN: non
  • PARM: Allez la voir et secouillez la…
  • TEMOIN: OUI ma femme a un malaise 1 et 2 et 3 et 4 (…)
  • PARM: Mais qu’est ce que vous faites ?
  • TEMOIN: Bein un massage cardiaque
  • PARM: c’est elle que j’entend vous demander d’arrêter derrière ?
  • TEMOIN: oui…
  • PARM: STOOOOOOOOOP !
  • PARM: (départ pompier pour douleur thoraxique)Bonjour monsieur , vous avez appelé les pompiers ?
  • TEMOIN: OUI
  • PARM: que vous arrive-t-il ?
  • TEMOIN: Heu… je me suis masturbé et je me suis enfoncé mon sexe dans le cul, il est coincé, j’ai un peu mal au dos et dans la poitrine !!!
  • BILAN: Un homme de 58 ans présentant un godemichet coincé dans l’anus.
  • PARM: Bonjour madame, les pompiers arrivent, que se passe-t-il ?
  • TEMOIN: C’est le petit couvreur qu’est tombé du toit, environ 4 à 5 mètres, il a mal au dos alors j’l’ai assis et j’lui ai fait une friction avec du synthol, ca va un peu mieux maintenant !
  • PARM: Bonjour madame, que vous arrive-t-il ?
  • TEMOIN: Bein j’me suis levée ce matin et mon coeur l’était encore un peu endormi alors boum ! j’ai fait un malaise et j’suis tombé.
  • PARM: Votre femme a elle une douleur dans la poitrine ?
  • TEMOIN: La poitrine ? pfff elle est plate comme une limande !
  • PARM: La personne est consciente ?
  • TEMOIN: non non, mais le coeur respire.
Ambulanciers : de la rigueur siouplé !

Ambulanciers : de la rigueur siouplé !

Ambulanciers : définition de la rigueur

Pour commencer cet article dédié aux ambulanciers et la rigueur qu’ils devraient appliquer sur ses transmissions un petit rappel de la définition pour bien remettre le mot dans le contexte :

  • Caractère, manière d’agir de quelqu’un qui se montre sévère et inflexible : Craindre la rigueur d’un tribunal.
  • Dureté extrême d’une règle, d’une obligation, d’une action : Morale d’une rigueur excessive.
  • Caractère de ce qui est dur à supporter, et notamment des conditions atmosphériques : Froid d’une rigueur exceptionnelle.
  • Caractère de quelqu’un, de quelque chose qui se distingue par une exactitude, une logique, une précision parfaites : Rigueur d’une argumentation.

Ayez un peu de rigueur dans vos transmissions les ambulanciers !

On en a déjà parlé dans le passé: lors des transmissions au SAMU-Centre 15 ou à l’équipe du plateau technique hospitalier, soyez rigoureux dans vos transmissions. Ne serait-ce que pour éviter d’avoir l’air con et de faire passer toute la profession pour un ramassis de cons. Il y en a assez comme ça dans le PAF (Paysage Ambulancier de France) sans en rajouter… Oui-oui, j’ai classé cet article dans la catégorie “Porte-couille” aussi. Parce que beaucoup d’ambulanciers, même DE, continuent de faire des transmissions comme un boeuf te chie sa bouse matinale dans la pimpante rosée de l’aube fraîche…

Entendu:

« La madame, elle a fait caca du sang noir qui pue vraiment beaucoup ! Et alors sa tension hein, dans les chaussettes ! »

Devant une Infirmière d’Accueil et d’Orientation… On peut donc imaginer que le bilan transmis au SAMU aura été du même niveau, et que le PARM ou le MR se seront bien fendu la gueule en pensant à cette connasse d’ADE qui se la pète mais qui ne sait pas parler le langage “Ambulancier”…

Oh, ça n’aura empêché aucun professionnel d’y voir là le tableau clinique d’un méléna, on est d’accord. Ce qu’elle voulait probablement dire et écrire sur sa fiche devait être un truc du genre « Rectorragies, selles noires, goudronneuses, nauséabondes, avec une PA Systolique à “x” mmHg »
Mais enfin, « La madame, elle a fait caca du sang noir… », franchement, ça fait pas vraiment professionnel pour des gens qui se réclament de professionnels de la Santé. C’est très drôle pour le ou la malheureux(se) qui lit ça, IDE, Interne ou Praticien Hospitalier, mais bon, l’humour sur un méléna…, c’est limite, pas vrai ?

Professionnels de la Santé ?

Lu aussi sur une fiche de liaison ambulancière

« La madame se plaint d’une douleur localisisée à gauche… » – Véridique !!!

Ouais, elle se plaint de quel type de douleur ? Loca-quoi ? A gauche de quoi: de la Tour Montparnasse ? De son rétroviseur ? A gauche de son bras ? A gauche de sa tête ?

Je t’explique ce qu’elle voulait dire, cette simili-ambulancière diplômée d’état : « Douleur à type coup de poignard, localisée hypochondre gauche… »

Entendu, encore – et inscrit sur la fiche de liaison

« Le monsieur, il a très mal la tête ! »

… Ouais, il a une putain de céphalée, quoi ! En revanche, pas de chiffrage sur l’EVA, pas de notion des circonstances d’apparition de la douleur, de sa durée, de son “trajet”… RIEN. Même pas le fondamental: la prise d’une tension artérielle !

Ambulanciers, ce qu’attendent les victimes

Ambulanciers, ce qu’attendent les victimes

Qu’est ce que les victimes attendent des ambulanciers ? Une question qu’on oublie souvent de se poser tellement nous sommes concentrés sur la prise en charge, concentré sur le bilan. Au point que sans le vouloir nous passons parfois à côté de certains aspect important : l’attente de la victime.

La victime attend quelque chose de la part des ambulanciers

Sur intervention – a fortiori requise par le SAMU – il ne s’agit pas de se précipiter comme un sourd et de jouer au cowboy, Stetson™ ou Resistol™ vissé sur la tête et plein de certitudes. Ce que les requérants attendent des secouristes, c’est diligence, calme et efficacité. On évoquait hier les déboires de Porte-couille #1. Les traits de l’article d’hier, bien qu’exposés à la manière d’une historiette pour enfants, ne sont en aucun cas exagérés. N’est pas ambulancier qui veut. Ou alors un très mauvais ambulancier que le dispositif départemental AMU (Aide Médicale Urgente) mettra tôt ou tard au rencard.

Les Porte-couilles sont légions à peu près partout en France métropolitaine ou outre-mer. Cela dit, ils ne font en général pas de vieux os. Un jour sur une intervention particulièrement chaude, ils commettent LE “Faux-pas” qui leur coûtera un licenciement – et comme les patrons des compagnies d’ambulances se connaissent tous et parlent entre eux, la porte se fermera à chaque demande d’embauche… Ça marche comme ça dans ce job : sélection naturelle.

Certains prétendants Ambulanciers Diplômé d’Etat réussissent toutefois à franchir les barrières des tests de pré-sélection indispensables pour entrer en IFA (Institut de Formation d’Ambulanciers) — et certains parviennent même, malgré un programme en général bien plus complexe qu’ils ne le pensaient a priori, à décrocher leur Diplôme d’Etat. Cela dit, un diplôme, fut-il d’état, ne garantit pas l’excellence de son titulaire. JAMAIS. Même si on sort major de promo !

La rudesse de certaines interventions ou encore la charge émotionnelle afférente, sont autant de facteurs parmi bien d’autres qui en général se chargent “d’épurer” l’effectif départemental engagé sur interventions SAMU. On entre toujours en IFA pour des raisons qui nous sont propres. Qu’il s’agisse de vocation, de sacerdoce pour certains, dont le dévouement à autrui est tel qu’il rappelle forcément celui de Mère Thérésa – ou qu’il s’agisse de soif de reconnaissance, de vouloir jouer à Bruce Willis, ce sont les motivations de cet instant-là qui seront déterminantes pour l’«apprenant».

Une fois lâchés sur le terrain avec un binôme expérimenté ou un Auxiliaire maladroit qui n’a sa place que dans un VSL – et encore, pas tous ! – c’est là que l’ADE (Ambulancier Diplômé d’Etat) fraîchement émoulu pourra sortir ses tripes et montrer ce qu’il a réellement dans le falzar. Qu’il “en ait” ou pas, son comportement face à une victime et à sa famille – il y a toujours une famille qui “observe”, anxieuse – sera le gage de la légitimité de sa place dans le dispositif AMU.

Stresser c’est bien, mais stresser sain

Un ambulancier DE qui commence à transpirer dès que le l’alerte est donnée en lisant le motif de l’intervention est possiblement un “bon” ambulancier – son stress est potentiellement sain. Un ambulancier qui part “la fleur au fusil” est potentiellement un danger public ! Un ambulancier qui part “tendu” mais les idées claires, sans forfanterie ni trouille au ventre SERA un bon ambulancier – du moins en termes de comportement.

Parce que le comportement n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Derrière le comportement in situ, il y a le maintien des acquis, l’expérience, et surtout la curiosité. Les sources d’informations sont nombreuses pour qui veut se tenir au courant. Mais encore faut-il aller “chercher l’information” au lieu de se contenter de faire ses 210 heures mensuelles. Là encore, il existe de nombreuses disparités d’un ambulancier à un autre.

La recherche d’information théorique, la réflexion sur les divers champs d’applications avec laquelle cette information est en adéquation…, tout cela ne se fait pas tout seul. Ça prend de l’effort et de la curiosité – on y revient – que tous ne sont pas forcément prêts à investir pour devenir meilleur chaque jour. C’est là qu’on différencie les ambulanciers dévoués à leur métier – ce qui, à ce stade relève plus de la passion – des autres, les “ambulanciers-fonctionnaires” au demeurant fort nombreux, hélas…

C’est pareil chez les Pompiers, volontaires ou professionnels: il y en a pour qui tout ceci n’est qu’une sorte de phantasme de gamin enfin aboutit, tandis que pour d’autres, le leitmotiv “Courage et dévouement” revêt un sens profond, presque une “art de vivre”…

Je mépriserai toujours cette catégorie d’ambulanciers se contentant de leurs formations, de faire leurs heures et se fichant royalement de leur présentation physique (bagouzes aux doigts, ongle crades, cheveux longs en catogan…). Mais mon respect ira toujours vers mon semblable sans cesse à la recherche de l’information sur tel ou tel nouveau protocole, celui qui sait qu’au-delà de 80 ans on ne thrombolyse plus un AVC, celui qui cherche l’info, toujours et encore,… celui qui se pointe sur une intervention calme en apparence, mais dopé d’un “bon stress” à l’intérieur…

Parce que ce qu’attendent les victimes c’est bien ça: un homme ou une femme inspirant confiance, ne ramenant pas sa pseudo-science, sachant hiérarchiser ses priorités et prendre rapidement la bonne décision au bon moment. Un homme ou une femme sur qui la victime peut se “reposer” et voir ses craintes apaisées.

Ambulancier et… interventions insolite !

Alors tu seras ambulancier mon fils…

“Lettre ouverte d’un ambulancier à un impossible fils que j’aurais tant aimé avoir…”

Rire jaune et serrer les fesses chaque jour en exerçant un métier qu’on aime mais un métier de CON quand même, ça inspire…

Quand tu ne craindras pas d’enfiler des kilomètres et des kilomètres pour des conneries,

Quand tu ne craindras pas de te coltiner certaines infirmières cons comme des balais,

Quand tu ne craindras pas de te taper des journées de 12 heures sans rien manger,

Quand tu ne craindras pas de faire ta semaine sur seulement 3 jours…

Si tu supportes l’idée de savoir que personne ne fait rien pour améliorer le sort de ceux qui vont mourir,

Si tu supportes l’inertie des pouvoirs publics et leur démagogie,

Si tu supportes l’idée qu’on te considère comme un “TAXI” malgré ton cursus de professionnel de la Santé Diplômé d’Etat,

Si tu supportes l’idée qu’on parle de toi comme d’un “brancardier”…

Quand tu auras accepté que seulement 90 % de ton temps de travail soit rémunéré, ou 75 quand tu bosses la nuit

Quand tu auras accepté que les 10 % restants ou les 25% sont juste pour une putain de “Gloire” à deux balles,

Quand tu auras cessé de croire en un idéal, celui qui faisait avancer ton père,

Quand tu auras accepté l’idée que seuls quelques “Manitous” font la pluie et le beau temps sur ce métier de CON,

Quand tu auras accepté l’idée que ce métier EST un métier de CON…

Si tu supportes l’odeur des “Vieux”, celle de la vieille pisse rance et de la “Mort”,

Si tu supportes l’odeur de la merde, du vomi et la vue du sang,

Si tu supportes l’idée de devoir subir des automobilistes dangereux parce qu’ils ne savent pas conduire,

Si tu supportes de renoncer à une vie DIGNE de ce nom,

Si tu supportes l’arrogance des internes cons comme des balais,

Si tu supportes le mépris des médecins qui te dédaignent…,

Si tu supportes les jérémiades de fonctionnaires hospitaliers et leurs 35 heures à la con…

Quand tu auras compris que ce métier n’est pas fait pour les faibles,

Quand tu auras compris qu’il te faudra puiser dans TOUTES tes ressources pour lui survivre et ne pas y laisser ta Santé ou TA PEAU…

Quand tu auras compris que TON PÈRE AIMANT est dégoûté d’être obligé de te citer tout ça pour éveiller ta conscience à la réalité de ce métier…

… ALORS TU SERAS UN AMBULANCIER, MON FILS !

Texte d’origine

de Jean LAENGY