L’ADOPTION

L’ADOPTION

Thèmes sanitaires et sociaux : l’adoption

Nouvelle fiche de révision pour vous préparer au concours d’entrée en école d’ambulancier, aujourd’hui nous abordons l’adoption. L’enfant ne va plus vivre dans sa famille biologique amis dans une autre famille, Les demandes de couples adoptants sont plus nombreuses que le nombre d’enfants à adopter. 

L’adoption en chiffres

Le nombre d’adoptions internationales à quadruplé en 25 ans. Les enfants proviennent de 77 pays différents. Les pays qui connaissent le meilleur développement économique se ferment à l’adoption en privilégiant l’adoption nationale. Il en est ainsi de la Thaïlande. Presque ¼ des enfants adoptés en France viennent d’Haïti. Éthiopie, Vietnam et Russie sont les pays d’origine les plus fréquents pur les enfants adoptés en France en 2009, Près d’1 enfant sur 5 a moins de 12 ans lors de son adoption. 1 enfant sur 5 a entre 1 et 2 ans. Les enfants de + de 7 ans représentent 12% des enfants adoptés en 2009,

Les démarches d’adoption

Elles prennent souvent plusieurs années. 2 temps : agrément en France puis une demande à l’étranger. Agrément en France est délivré par le Conseil général après une procédure de 11 mois en principe. Le couple doit faire des démarches administratives et rencontrer des professionnels spécialisés. Sont vérifiées la volonté d’adoption et l’aptitude à accueillir un enfant au sein du foyer. L’agrément d »livré par une commission est valable 5 ans. Quand il est refusé, les futurs adoptants peuvent faire un appel de la décision, Si le refus est confirmé ils peuvent faire un recours devant le tribunal administratif.

Une fois l’agrément obtenu, les futurs adoptants peuvent adopter un enfant déclaré adoptable en France. Enfant dont le père, la mère ou le conseil de famille ont consenti à l’adoption ainsi que les enfants déclarés abandonnés par décision de justice. Les futurs adoptants peuvent aussi se tourner vers l’étranger par le biais des organismes autorisés pour l’adoption internationale (OAA). Les conditions sont fixées par le pays d’origine des enfants et diffèrent largement d’un pays à l’autre Lorsque l’enfant est dans sa famille, le tribunal de grande instance prononce l’adoption. En cas d’adoption plénière les liens juridiques avec la famille d’adoption remplacent totalement ceux existants avec a famille d’origine.

Les risques encourus par les enfants en cours d’adoption

Déséquilibre mondial entre nombre d’enfants adoptables et nombre de parents adoptants. Trafics d’enfants : on propose aux parents pauvres d’acheter leur enfant. Dans l’adoption internationale une participation financière est souvent demandée sous forme de dons. L’enfant adopté dans son nouvel environnement

Sa venue dans le foyer n’est pas toujours synonyme de sérénité. L’enfant adopté ne correspond pas toujours aux projections que les parents adoptants avaient construites. Le passé de l’enfant est rarement connu avec précision. Traumatismes physiques, psychologiques. Cela dépende de son âge, de ses conditions de vie dans son pays d’origine. L’enfant doit s’adapter à son nouvel environnement. Changement de mode de vie, accepter les nouvelles personnes qu’il va côtoyer, etc. En cas de scolarisation : s’approprier ce nouveau lieu et son fonctionnement.

Question des origines : CNAOP : Conseil National pour l’accès aux origines personnelles est l’organisme qui aide dans cette recherche. Si le parent décide de lever le secret, une rencontre peut avoir lieu entre parent naturel et enfant.

Pour vous aider dans vos révisions pensez à commander cet ouvrage :  https://www.ambulancier.fr/grand-themes-sanitaires-et-sociaux/

PALS : Pediatric Advanced life Support

PALS : Pediatric Advanced life Support

Pediatric Advanced life Support(PALS) : la formation

Le célèbre cours PALS de l’American Academy of Pediatrics et de l’American Heart Association, conforme aux recommandations de l’ILCOR, est enfin disponible en France.

 Public

Ce cours s’adresse aux médecins (urgentistes, pédiatres, médecins de famille), infirmiers, et à tous les autres professionnels de la santé qui veulent faire la mise à jour de leurs connaissances et veulent maîtriser leurs habilités techniques en réanimation pédiatrique. Les ambulanciers pourront trouver un intérêt pédagogique à cette formation en terme de connaissances.

 Programme et méthode

Ces sessions se veulent avant tout basées sur une pratique intense, à travers des ateliers de simulation clinique. L’apprentissage est basé sur la prise en charge des premières minutes face à une urgence pédiatrique : arrêt cardio-respiratoire, détresse ventilatoire, traumatisme, réanimation du nouveau-né. Toutes les techniques de soins sont pratiquées en y incluant la pharmacologie et les aspects éthiques de la réanimation. 

Cette formation dure deux jours et donne lieu à une épreuve écrite qui permet l’obtention d’un certificat en cas de réussite, reconnu internationalement. Tous les trois ans une remise à jour des connaissances de quelques heures doit être effectuée pour conserver sa validité. En effet, le contenu du PALS évolue avec l’avancement des connaissances et des données  scientifiques, par conséquent, tous les cinq ans de nouvelles lignes directrices peuvent être établies en fonction des derniers acquis de la recherche.

Comité scientifique

Directeur de cours: Pr Marc André DUGAS, Pédiatre intensiviste, chef de service des soins intensifs, CHU Laval, Québec
Co directeur: Dr Emmanuelle DEFRANCESCHI, Anesthésiste Réanimateur, DAR SUD APHM
Dr Anne Pascale WASIER, Pédiatre intensiviste, Réanimation CHU Timone et responsable du SMUR Néonatal SAMU 13
Dr Sophie Ariane HASSID, Pédiatre intensiviste, Réanimation néonatale CHU Nord
Dr Arnaud CHARPENTIER, Pédiatre intensiviste, Réanimation CHU Timone

Inscriptions et info

http://www.ims-org.com/