Concours ambulancier – L’oral de sélection

Concours ambulancier – L’oral de sélection

L’oral du concours ambulancier

croix_vie_3

La question est souvent posée maintes fois et pour pallier à ce problème je vais tenter d’apporter des réponses à ce sujet l’oral du concours ambulancier.  Je reçois beaucoup de mails à ce sujet. J’ai eu beau créer une suite d’article reprenant l’ensemble ça ne suffit pas.  Je ne vais pas vous donner de solutions miracles mais essayer de vous aiguiller sur des pistes de travail.

Les étapes pour accéder à l’oral de sélection au concours ambulancier

Pour accéder à la seconde partie des sélections orales vous devez dans un premier temps avoir réussi avec succès les sélections écrites dites épreuves d’admissibilité. Mais, il y a un mais, certains d’entre vous pourront accéder directement à cette seconde partie :

  • Titulaire d’un Diplôme de niveau IV
  • Titulaire d’un diplôme Sanitaire et Socila de niveau V
  • Titulaire d’un diplôme étranger permettant l’accès universitaire
  • Admis en formation d’auxiliaires médicaux
  • Auxilaire ambulancier avec un an d’exercice au cours des cinq dernières années

Pour les autres candidats l’épreuve d’admissibilité devra être réalisée avec pour objectif la moyenne minimum de 10/20.

Déroulement de la sélection du concours d’ambulancier

Le jury de l’épreuve sera constitué : d’un chef d’entreprise de transport sanitaire, du directeur de l’école de formation ou un représentant et d’un enseignant. Vous aurez un sujet d’actualité sanitaire et sociale à tirer au sort ou encore un texte avec en fin de page des questions/argumentaire. Le but : démontrer que vous êtes à même de comprendre des consignes, de coordonner vos idées de façon cohérente et de savoir vous exprimer. Tous ces éléments sont indispensables pour évaluer votre capacité à entrer en formation.

Organiser son exposé pour l’oral du concours ambulancier

Vous tirez au sort votre sujet ou lisez votre texte. Un temps de préparation vous est alors accordé. Suivez les conseils donnés dans les précédents articles de la rubrique : bien préparer ses révisions pour l’oral et bien réussir son oral. Durant ce temps de préparation profitez en pour vous calmer, vous détendre. Faites ressortir vos connaissances en rapport avec le sujet et ressortez sur papier les mots clés.

Créez un plan sur votre feuille de brouillon et ordonnez vos idées de façon cohérente et hiérarchisée. Plus vous organiserez vos idées plus vous aurez de facilités à exposer votre sujet grâce à ces points de repères.  Respirez un grand coup, faites de courtes pauses et évitez de débiter un exposé trop vite et sans respirer . Détendez vous le jury n’est pas là pour vous déstabiliser.

Surtout ne vous engagez pas dans des voies que vous ne maitrisez pas pour ne pas ensuite, subir le piège des questions. Restez basique et reposez vous sur vos connaissances de l’actualité. A la fin de votre exposé il est fort possible que le jury vous interroge ou soulève certains points oubliés ou évoqués durant l’exposé. Prenez le temps de réfléchir à votre réponse. Faites répéter ou reformuler la question si vous avez mal compris.

Les questions de motivations et connaissance de la formation

Pour cette seconde partie vous trouverez un article : les questions de motivation, qui vous renseignera sur les questions courantes. Préparez vous à l’avance et entrainez vous à y répondre. C’est un très bon exercice qui facilite la prise de parole et vous entrainera à éviter des blancs, des balbutiements ou autre joyeusetés qui vous feront encore plus stresser. Et surtout : apprenez le contenu de la formation. Ne vous contentez pas de faire du par coeur : informez vous dans les grandes lignes sur le contenu des modules. On ne vous demande pas de savoir ce que l’on va vous enseigner mais de démontrer que vous vous êtes intéressé au contenu.

Financement de la formation d’ambulancier

Le sujet sera abordé pour évaluer votre situation. En effet ne vous leurrez pas les écoles d’ambulanciers doivent privilégier des étudiants capable de posséder un financement solide. La formation a un coût et intégrer un élève avec un financement bancal entrainera un arrêt de la formation ou vous obligera à payer la totalité de votre poche.

Ce qui peut se révéler coûteux suivant votre situation. Donc ayez en tête la situation. Il faudra être en mesure d’expliquer qui finance, comment ça se passe, est ce qu’il y a des garanties ne serait ce qu’orales ou écrites. Vous devez connaitre votre dossier sur le bout des doigts. C’est aussi un bon moyen de savoir si vous êtes motivés et si vous avez mis toutes les chances de votre côté pour atteindre votre objectif. Si vous êtes du genre à répondre : “euh pôle emploi m’a dit de venir, ils m’ont dit qu’ils allient payer avec je sais pas qui, donc pour garder mes allocs je suis venu”…. => la porte est pas loin hein ^_^ !

En conclusion

Devenir ambulancier c’est d’abord apprendre à être curieux. Informez vous sur le métier, informez vous sur l’actualité santé, sur la formation, sur ce que l’on va vous apprendre. On ne vous demande pas de maitriser le contenu mais de savoir pourquoi vous êtes là et si vous êtes un tantinet curieux pour connaitre ce vous allez apprendre durant les six prochains mois.

Le critère de sélection : c’est quelqu’un de motivé, qui sait ce qu’il veut et a des arguments solides. On ne rentre pas à l’école d’ambulancier car on a vu une lumière. On est là car on est pleinement conscient de notre décision d’orientation. Si ce n’est pas le cas : évitez de faire perdre du temps au jury ou encore laissez votre place à ceux qui veulent vraiment réussir.

Bibliographie

Retrouvez les idées d’ouvrages pour préparer le concours sur cette page  :

La libaririe de l’ambulancier

Texte de référence

Le diplôme d’ambulancier est régi par le texte suivant : Arrêté du 26 janvier 2006 relatif aux conditions de formation de l’auxiliaire ambulancier et au diplôme d’ambulancier

Ambulancier, de l’orientation à la pratique professionnelle – 2

Ambulancier, de l’orientation à la pratique professionnelle – 2

De l’orientation à la pratique professionnelle partie 2

us_5

Suite logique de la première partie de la série d’article ambulancier : de l’orientation à la pratique professionnelle. Pour cet article vous allez découvrir en partie, comment affiner sa préparation pour l’entrée en formation.

S’informer sur le cursus

Informez vous sur les cursus  car deux catégories d’emploi existent dans la profession : auxiliaire ambulancier et ambulancier diplômé. Deux formations avec des coûts et une durée différente. J’aime à dire que si vous voulez découvrir mais que vous n’êtes pas assurément certain de votre choix : suivez le cursus d’auxiliaire. Il dure quinze jours, forme à la base des techniques et gestes d’urgence et vous permets d’entrer en activité rapidement.

A l’issue des quinze jours une validation des acquis est réalisée et vous serez titulaire de l’attestation de formation indispensable. Vous pourrez donc travailler en binôme avec un ambulancier diplômé et plus tard, si vous le souhaitez, vous présenter au sélections du DEA.  Certes ce n’est pas le cursus le plus recruté mais vous aurez un aperçu du quotidien assez vite et si ça vous plait vous pourrez évoluer vers la formation d’ambulancier diplômé en suivant la formation. Reste le problème du financement mais j’en parlerais plus tard.

La formation d’ambulancier diplômé dure +/- six mois, ponctuée de stages en entreprise, en structure hospitalière, aux urgences etc. avec une bonne grosse dose de théorie et de cas concret. C’est en mode bourrage de crâne donc pour quelqu’un n’ayant aucunes notions médicales ou de secours et malgré tout est plus ou moins difficile au départ. Mais pour quelqu’un de motivé : rien n’est impossible. Une formation organisée sous la forme de 8 modules de formations distinct que l’on peut intégrer après avoir réussi les sélections.

Vous découvrirez des cours d’anatomie physiologie, des cours sur les gestes d’urgence, des cours sur les pathologies, apprentissage des techniques d’ergonomie pour les transferts de patients et préserver votre corps, l’apprentissage de la communication verbale et non verbale, la réglementation, l’hygiène et j’en passe. Beaucoup de choses en assez peu de temps donc il va falloir bosser dur surtout si on est en activité et sorti du cursus scolaire depuis quelques temps. Il faudra donc retrouver la courbe classique de l’apprentissage.

Malgré tout, j’avoue que personnellement je me suis régalé. Pas facile tous les jours, beaucoup de travail personnel, une tête qui a failli exploser avec la masse d’informations ingérées sur une durée très courte mais aussi beaucoup de plaisir avec le contenu des cours et la qualité des intervenants (médecin du SMUR, ambulancier, infirmiers, chef d’entreprise etc.). Donc renseignez vous pour voir quel est la meilleure voie qui vous convienne en fonction de vos choix et de vos certitudes. Prenez votre temps avant de vous lancer tête baissée.

Identifier le lieu de formation

C’est un détail que l’on néglige mais qui a son importance. Identifiez les lieux de formations : les Instituts de Formation des Ambulancier public ou les structures privées. Dans le désordre on trouve les IFA intégrées aux hôpitaux, les structures de formation de la Croix Rouge française, l’Ordre de Malte, les AFT-IFTIM etc.

Suivant votre localité géographique et vos possibilités ou non de vous déplacer, déménager c’est un point assez important. Second point à ne pas négliger : le coût de formation. Désolé pour vous mais les coûts de formation sont totalement différents d’un organisme à l’autre. Ce coût de formation est en général validé par les conseils d’administration et révisés chaque année. Demandez des devis vous aurez des surprises.

C’est un point indispensable surtout lorsqu’il va falloir monter le dossier de financement. Je prends mon exemple personnel : j’avais dû fournir à mon organisme de financement trois devis. J’ai reçu trois propositions complètement différente avec des écarts plus ou moins important. Donc à ne pas négliger surtout si c’est un financement personnel.

Troisième point, renseignez vous sur le nombre de sessions de formation à l’année, le nombre moyen de places disponibles. Suivant l’urgence de votre projet c’est important. Un exemple vous êtes dans la dernière année où vous avez le droit aux indemnités chômage ; vous n’allez pas planifier votre formation dans deux ans sinon vous allez avoir quelques soucis ou devoir trouver une alternative de revenus durant la formation. Ce n’est qu’un exemple. Il peut y avoir plusieurs notions d’urgence comme une date butoir pour un financement etc.

Si vous êtes mobile maximisez vos chances en déposant un dossier d’inscription dans différents organismes. Vous serez à même de présenter les sélections dans plusieurs endroits et faciliter vos chances d’être pris en formation. Mais attention : les frais d’inscriptions sont souvent remboursés uniquement si vous entrez en formation. Si vous plantez les sélections ce sera de l’argent perdu. Renseignez vous sur ce détail. La liste complémentaire : si je vous conseille une inscription auprès de divers instituts c’est aussi à cause du risque d’inscription sur liste complémentaire.

En effet la liste des personnes admis en formation fait l’objet de deux listes. Une première liste principale listant les personnes admises et une seconde liste dite liste complémentaire avec les personnes reçues en liste d’attente. Cette seconde liste offre, dans l’ordre de parution, une place en formation en cas de désistement d’une personne inscrite sur liste principale (financement qui lâche à la dernière minute, désistement volontaire, maladie, accident etc). Si vous vous retrouvez inscrit sur cette liste il faudra être attentif à votre position. De plus vous n’aurez aucunes garanties jusqu’au début de la formation voire en cours de route où on peut encore vous proposer une place. Pour la liste des IFA c’est ici :

https://www.ambulancier.fr/liste-des-ifa-3/

Le dossier d’inscription

Alors abordons une partie très très importante du chemin d’accès aux sélections. Votre choix de devenir ambulancier est verrouillé. Vous êtes certain de votre orientation, motivé et gonflé à bloc. Voici le moment venu de faire prendre forme à votre projet professionnel.

Vous avez donc retenu un ou plusieurs organismes de formation auprès desquels vous allez vous inscrire. Il va donc falloir retirer un dossier d’inscription auprès de chacun. Chaque dossier est unique. Chaque organisme possède des documents relatifs à sa propre organisation. Il n’existe pas de standard réel donc pensez bien à réclamer un dossier auprès de chaque institut et bien regarder les éléments demandés.

En règle général les pièces à forunir sont les suivantes :

  • attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l’article R. 221-10 du code de la route;
  • certificat médical de non contre-indication à la profession d’ambulancier délivré par un médecin agréé (absence de problèmes locomateurs, psychiques, d’un handicap incompatible avec la profession : handicap visuel, auditif, amputation d’un membre…);
  • certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France;
  • attestation, en cours de validité, de formation aux gestes et soins d’urgence de niveau 1 ou d’un certificat équivalent reconnu par le ministère chargé de la santé.
  • Le candidat en exercice depuis au moins un mois comme auxiliaire ambulancier est dispensé de fournir les documents mentionnés ci-dessus. Il devra néanmoins fournir l’attestation de l’employeur.
  • Le candidat souhaitant accèder à la formation dans le cadre d’un cursus continu doit s’être préinscrit dans la formation;
  • disposer d’un permis de conduire conforme à la législation en vigueur et en état de validité et ne pas être en péridode probatoire (3 ans de détention du permis obligatoire)
  • Le candidat relevant de la formation par alternance doit disposer d’un contrat de formation en alternance.

En ce qui concerne l’AFGSU1 c’est optionnel suivant les institut de formation. Tout dépend de la politique appliquée : obtention de l’AFGSU de niveau 1 avant ou pendant la formation. Si l’obtention est demandée avant le dépôt de dossier il vous faudra aussi planifier cette formation de quelques jours. Pensez aussi à son financement car ce n’est pas gratuit. N’oubliez pas de vous renseigner sur les dates de formation pour l’AFGSU1.

Si vous négligez cet aspect vous vous retrouverez bloqué. Préparez vous bien à l’avance pour constituer ce dossier et réunir l’ensemble des éléments. Petit détail qui aussi son importance : l’attestation médicale et l’attestation préfectorale ont un coût. Si vous ajoutez les frais d’inscriptions, les frais de l’AFGSU1 etc. ça représente un investissement minimum. Donc attention !!! Respectez bien les dates limites de dépôt des dossiers. Si vous arrivez trop tard ou si lors du controle des pièces il vous manque un élément vous serez bon pour revenir pour la session suivante.

A suivre la partie III :

banniere librairie small L' Ambulancier : le site de référence Ambulancier, de l'orientation à la pratique professionnelle - 2
Croix Rouge Française : ambulanciers et communication

Croix Rouge Française : ambulanciers et communication

Vidéo réalisée par des élèves de l’Institut de Formation d’Ambulancier  de la Croix Rouge Ile de France dans le cadre d’un travail de groupe sur la communication.

Pour information les ambulanciers disposent au cours de leur cursus d’un module, le numéro 5, dénommé « Etablir une communication adaptée au patient et à son entourage ». Ci-après un extrait du contenu du module de formation en question :

Objectifs de formation :

Etre capable de 

  • Ecouter le patient et son entourage et prendre en compte les signes non verbaux de communication sans porter de jugement ;
  • S’exprimer et échanger en adaptant son niveau de langage, dans le respect du patient et avec discrétion ;
  • Expliquer le transport réalisé, les raisons d’un geste professionnel et apporter des conseils adaptés ;
  • Faire exprimer les besoins et les attentes du patient, les reformuler et proposer des modalités adaptées de prise en charge ;
  • Apporter des informations pratiques adaptées lors de l’accueil dans le service ;
  • Identifier les limites de son champ d’intervention dans des situations de crise, de violence en prenant du recul par rapport au patient et à sa situation.

Evaluation

  • Critères de résultat :
  •  Une relation de confiance est établie ;
  • La communication est adaptée en fonction de l’état de santé du patient / de sa douleur ;
  • L’information donnée est comprise par le patient et par son entourage ;
  • Les attentes du patient sont écoutées, entendues avec respect et prises en compte ;
  • Des limites sont posées dans les situations d’agressivité, de crise ou de violence.
Croix Rouge Française : ambulanciers et communication

Les jeudis du transport sanitaire

Les jeudis du transports sanitaires : L’hygiène, un enjeu du transport sanitaire


Jeudi 8 décembre 2011 de 19h à 21h à l’amphitéâtre rue didot à Paris.


Description

– Véhicule, vecteur de transport, vecteur de contamination
– Les recommandations actuelles
– Les nouveaux procédés et produits de désinfection
– Impact économique et écologique
– Outils pédagogique pour la promotion de l’hygiène

Conférencier : Mr Majorel – Groupe D.M.D. Anios

Dans le cadre de cette intervention Anios proposera des tarifs promotionnels sur place. (jusqu’à -35 % de remises)

 

Pour toutes informations rejoignez le groupe facebook :

http://www.facebook.com/groups/364933102912/?ref=ts#!/event.php?eid=128623020580634

 

L’affiche est disponible en pièce jointe de l’article.

Premiers secours, une vidéo originale

Premiers secours, une vidéo originale

La croix Blanche : une vidéo dédiée au premiers secours

Aujourd’hui je tiens à faire partager cette vidéo réalisée par la croix blanche de Marseille sur le thème des premiers secours que m’a fait partager Lionel un ambulancier du ch’nord. Vu son originalité vis à vis des traditionnelles vidéos assez ennuyante pour les ados celle ci a de quoi interpeller de façon ludique et surtout d’avoir beaucoup plus de style.