Le secours à personnes et véhicules prioritaires : un sujet qui n’en finit pas de faire couler de l’encre. Petit billet de l’été suite au séisme que provoque l’article du dernier secours mag relatif aux véhicules prioritaires avec entre autre la place des ambulances de transport sanitaire dans la réglementation. En effet ce débat dure depuis des décennies et il persiste encore et toujours à faire couler de l’encre et à noircir des pages sur le web et les réseaux

Point de juridique dans cet article

Je ne me risquerais pas à vous couvrir de références juridiques à outrance comme on peut souvent le lire ou lu par le passé. Une déferlante de références à des textes obscurs qui donnent libre cours à des interprétations toute aussi fabuleuses les unes que les autres par des personnes qui s’auto proclament juriste. Non car je ne suis pas juriste, non car je laisse cela à des spécialistes, des professionnels du droit. Ces mêmes spécialistes qui un jour vous défendront peut-être dans le cadre de litige routier suite à l’utilisation dite abusive des signaux sonores et lumineux ou des abus de priorités. Quand je parle de litige je songe à des procès-verbaux que dressent dans certaines régions les force de l’ordre seule force régalienne autorisée à constater de telles infractions. Quand je dis abus c’est que j’utilise ironiquement ces termes péjoratifs utilisés pour nous faire comprendre que nous sommes dans la soi-disant illégalité. On ne parle pas d’utilité bien entendu vous l’aurez bien compris.

Trèves de bisbilles et tenter de raisonner l’agent des forces de l’ordre

Ici comme ailleurs on a donné libre cours à nos croyances, à nos interprétations. Mais ici comme peut-être pas ailleurs nous avons clairement annoncé une chose : la discussion reste la solution. Vous faire arrêter pour des faits susceptibles de vous condamner à des amendes ou autres ne doit pas vous faire perdre du temps sur vos missions. Il est bien entendu indispensable de faire comprendre aux forces de l’ordre que votre mission n’est pas arrivée à son terme. Je vous invite donc à vous faire accompagner puis à régler ou tenter de régler le litige après mission.

Mais revenons à nos moutons. Imaginons que le désaccord persiste et que vous vous retrouvez amendé, que le samu de votre région vous rit au nez et que la seule solution viable reste d’ester en justice. Seul un avocat compétent pourra alors faire valoir vos droits ou non et analyser finement les textes. C’est pour ces raisons qu’il existe un problème monumental : les textes laissant place à l’interprétation. A gauche c’est passé, à droite on me dit que non condamné, au centre ah le samu a couvert, en bas les forces de l’ordre sont souples, mais en haut on me dit que les lois sont appliquées texto de facto. Vive l’équilibre.

Cet article le dit clairement : interprétation et ambulances c’est le mal

Comme on a tous tendance à lire en diagonale on oublie d’une que l’auteur n’est pas totalement inconnu au système législatif et possède de solides références en matière de droit, il a une expérience d’ambulancier, et œuvre pour les sapeurs-pompiers. Dire qu’il a parti pris est un raccourci un peu rapide même si on peut en effet se demander si influence il y a. Mais comme tout être a droit à la présomption d’innocence il faut laisser ce doute de côté et se concentrer plutôt sur la conclusion de son article. J’ai honte d’écrire de douter mais certains le feront donc j’anticipe.

Cette même conclusion que beaucoup trop ont pris de court et jeté à la poubelle. Exiger de ce magazine un droit de réponse non argumenté n’est pas la solution à tous nos maux. Surtout quand l’article en question soulève ouvertement dans sa conclusion le réel nœud du problème. Surtout que dans cet article l’auteur soulève franchement et directement les dangers de l’interprétation, des questions au sénat et j’en passe. Toutes ces choses qu’on pense être un faire-valoir alors qu’au final ce n’est que peau de chagrin face à l’institution en charge de l’application des lois : toute chose en dehors des textes de lois ne valent pas beaucoup si le magistrat refuse d’en tenir compte. Et c’est là la question intéressante à débatttre.

L’uniformisation des lois sur les véhicules prioritaires

Le problème soulevé et j’en suis fort heureux que ce monsieur l’ai fait, c’est de soulever la spécialité française d’avoir des lois pour tous mais qui s’appliquent un peu en fonction de la louche du cuisinier. Un peu pour toi, un peu beaucoup pour lui et du rab pour les autres. Pas une seule fois les lois qui devraient réglementer les us et coutumes des véhicules de secours dans leur ensemble ne sont cohérente. On a de tout : du pompier, des ambulances, des douanes, SOS Gaz, etc.

Mais quand on y regarde de plus près et que l’on compare enfin les missions de chacun on se rend compte que blanc ou rouge c’est du pareil au même. Mais nous les blancs on est comparé dans la loi à SOS  gaz ou aux déneigeuses c’est juste fantastique ! Pourtant nos missions sont identiques (aux pompiers hein pas aux déneigeuses) sauf sur certains points aux équipages VSAV. : transporter des patients pour nous, des victimes pour eux.

Mais Ambulancier quand vas-tu enfin te réveiller ?

Alors quand est-ce qu’une fédération/association/syndicat d’entreprises va enfin faire quelque chose d’utile au lieu de se contenter de s’écharper pour gagner quelques euros pour des clopinettes. Déjà que la tendance de certains groupes gargantuesque de par l’appétit  est pour que la place de l’ambulancier dans le système d’urgence disparaisse pour faute de soi-disant rentabilité. Oui le patient n’est qu’un simple prion sur l’échiquier de de certains décideurs.

Quand est-ce qu’au lieu de se battre pour des places de parking les organisations vont enfin faire front pour apporter un dossier constitué et solide auprès des représentants  du gouvernement ? Quand est ce que les ambulanciers vont s’unir pour faire changer les choses au lieu de snapchatter et se coller des oreilles de chats sur des selfies grotesques.

Vous l’aurez deviné ce billet est rédigé au vitriol pour une bonne raison : rappeler à chacun qu’au lieu de se cacher derrière un écran pour fustiger un article sans apporter de réelle avancée ou arguments solides il serait bon ton de se prendre par la main et de s’unir pour réaliser des choses plus intéressantes que de fustiger des pompiers ou râler sur les secrétaires médicales.

Les réseaux sont pollués par des discussions stériles et non constructives. Pourtant de nombreux sujets pertinent sont publiés et amènent à débattre sur des idées innovantes, intéressantes. Là aussi l’article de Secours Mag rappelle une chose : l’ambulancier a encore de sérieuse difficulté à justifier qu’il est un professionnel de santé aguerri et empreint de sérieux capable de débattre et faire ressortir des idées intéressantes. Alors il est encore temps de sortir de votre coquille et faire de ce métier un vrai débouché solide et pertinent.

Franck, ambulancier DE et webmaster enragé depuis 10 ans

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.