Comment intégrer la formation paramedic au Québec

Situer le Québec sur une carte

Bonjour à tous je reviens cette fois ci pour vous parler de la procédure pour intégrer concrètement la formation québécoise pour devenir paramedic.

Avant toute chose cette décision s’adresse d’abord à ceux qui savent situer le Québec sur une carte et, en bonus, qui peuvent citer une autre ville au Québec que Montréal… Bref il est plutôt conseillé de se renseigner un minimum sur la province avant d’y passer vos trois prochaines années ça pourrait vous éviter pas mal de déconvenues.

Il faut savoir que le Québec est donc une province canadienne. Le Canada qui est un pays fédéral (à l’instar des US) dont le chef n’est autre que sa majesté la reine Elizabeth II, elle-même…

En matière d’immigration, vous allez devoir « traverser » trois étapes où chaque institution a son mot à dire :

  • Le CEGEP (Voir l’article sur la formation au Québec)
  • Le Québec
  • Le Canada

Trouver son école : CEGEP

La toute première étape, après savoir positionner le Québec sur la carte, c’est donc de trouver l’école qui nous correspond. Il n’y a pas de méthode miracle, la différence tient surtout dans la localisation du CEGEP. Aucun n’était « meilleur » ou « moins bon » qu’un autre, à part chez ceux qui aiment se trouver des admirateurs…

Certains CEGEP acceptent des étudiants internationaux, d’autres non. Il est donc utile de se renseigner sur leur site internet au préalable si vous avez un CEGEP précis en tête…

Certains CEGEP sont privés, d’autres sont publics, et pour l’admission certains utilisent une plateforme commune à plusieurs CÉGEP et d’autres une procédure d’admission directement entre l’institution et vous.

Le coût d’une session diffère également en fonction des écoles ! Ça peut aller d’environ 150$CA à environ 5000$CA pour certaines institutions privées…(ces montants concernent les étudiants de nationalité française). Renseignez-vous sur le site internet du CEGEP en question !

Pour ma part, j’étudie au CEGEP de Val d’Or, un campus qui fait partie du CEGEP de l’Abitibi-Témiscamingue, du nom de la région où il se situe. Ce CEGEP a une procédure d’admission par plateforme (le SRAM – https://www.sram.qc.ca ) où la demande peut être faite en ligne entièrement (délais d’environ 3 semaines pour recevoir chez vous la lettre d’admission). Pour ceux qui se poseraient la question il est nécessaire de pouvoir justifier de la réussite de la classe de 1ère, et de pouvoir fournir ses notes depuis la seconde (des arrangements peuvent être trouvés en cas de perte). Des cours de mise à niveau peuvent également être demandés par le CEGEP en cas de niveau faible dans certaines matières (principalement le français).

Bon, vous avez votre lettre d’admission de votre CEGEP préféré, vous savez où aller au Québec, vous êtes renseigné un minimum sur la vie sur place… Il est maintenant temps de demander à la province l’autorisation de venir étudier sur son territoire !

Obtenir les documents

Avec votre lettre d’admission, vous allez devoir demander un CAQ, pour Certification d’Acceptation du Québec pour études. Ce nom barbare n’est ni plus ni moins que l’autorisation de la province de vous laisser étudier pendant 3 ans sur son territoire…

Pour se faire, le Québec a quelques exigences. Vous allez devoir vous rendre sur le site du MIFI (Ministère de l’Immigration, Francisation et Intégration du Québec –  https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/services/caq-electronique/index.html ) pour demander votre CAQ.

Le Québec exigera que vous prouviez votre capacité financière qui permettra de vous prendre en charge sur place (et donc ne pas dépendre des aides gouvernementales…). Les montants à justifier son consultables ici : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/etudiants/obtenir-autorisations/conditions-requises/capacite-financiere.html

Ils sont exprimés en $CA donc n’oubliez pas de faire la conversion ! 12 971$CA pour une personne seule correspondent à 8503€ par exemple.

Le délai pour recevoir le CAQ dans votre boîte aux lettres est variable mais comptez environ 3 semaines à 1 mois pour recevoir le précieux sésame.

Une fois le CAQ en poche, il va falloir demander l’autorisation au Canada de pouvoir rentrer à l’intérieur de ses frontières. C’est à ce niveau que va vous être délivré le visa final, sous la forme d’un permis d’études.

Pour demander un permis d’études, on passe à l’échelon fédéral ici : https://www.cic.gc.ca/francais/information/demandes/etudiant.asp

Le permis d’études va nécessiter que vous fournissiez à nouveau les preuves de capacité financière que vous aviez fournie au Québec, et quelques documents comme votre passeport et autres formulaires à remplir détaillant votre parcours professionnel.

A cette étape, il n’y a aucune raison que vous n’obteniez pas votre permis d’études si vous avez eu votre CAQ sauf si :

  • Vous avez été condamné et avez un casier judiciaire

Ou

  • Vous avez une maladie constituant un danger pour le Québec ou représentant un fardeau excessif pour le système de santé québécois

Le Canada vous demandera de passer une visite médicale auprès d’un médecin désigné par citoyenneté & immigration Canada, il y en a 8 en France cette année mais le nombre évolue régulièrement (la liste ici : https://secure.cic.gc.ca/pp-md/liste-md.aspx )

Enfin le Canada vous demandera vos données biométriques (vos empreintes digitales) afin de s’assurer que vous n’êtes pas recherché par un quelconque pays. La liste des centres est disponible ici : https://www.cic.gc.ca/francais/information/ou-fournir-donnees-biometriques.asp

Pouvoir travailler

Suite à cela vous recevrez un mail environ 15 jours après avoir fourni votre dossier complet, dans ce mail se trouve une pièce-jointe à imprimer et à fournir aux services d’immigration de l’aéroport qui vous délivreront le permis d’études en tant que tel. Félicitations !

Petit aparté : votre permis d’études vous permettra de travailler 20H/semaine pendant vos sessions et en illimité pendant les vacances. Un permis de travail est lié à votre demande puisque les stages en milieu professionnel sont obligatoires dans la formation, mais les conditions de votre permis d’études s’appliquent. Il ne permet donc pas de travailler autant que vous voulez comme un permis de travail « classique ».

Voilà pour la procédure vous savez tout, je reviendrai prochainement avec un nouvel article sur la formation de paramedic au Québec.

Alexandre Sarthe

Alexandre Sarthe

Alexandre, 29 ans, ex ambulancier français maintenant étudiant paramedic en 3ème année au Québec. Je contribue régulièrement à informer les ambulanciers de France pour les encourager à sauter le pas, et à venir se former ici où le recrutement est constant et la pénurie de paramedics palpable

La France et le Paramédic

La France et le Paramédic

Je suis... Paramedic On le constate de plus en plus, c'est un phénomène qui a prit de l'ampleur ces deux ou trois dernières années : de plus en plus d'ambulanciers ou même...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La librairie de l'ambulancier

Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

L'ambulancier recrute

L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…