Le binôme ambulancier

Le Binôme ambulancier : plus qu’un duo c’est un ensemble

Le binôme ambulancier c’est un sujet qu’on aborde peu et pourtant il est bien présent. Certaines entreprises permettent le travail en binôme fixe de part de leur philosophie ou tout simplement pour une facilité d’organisation. Beaucoup d’avantages pour peu d’inconvénients. En effet, un binôme « efficace » reste une valeurs sur pour une entreprise, de part l’image transmis sur intervention ou bien dans les services.

On reconnaît un binôme qui marche avec des signes bien précis : les sourires, les prises en charges sans discuter, avec juste des regards, la complicité. Cela apporte du réconfort, du professionnalisme sur intervention que ce soit avec les patients, la famille, les autres intervenants (HAD, infirmièr(e)s à domicile, soignants hospitaliers…) ou les équipes médicales et paramédicales que ce soit en SMUR ou même en rapatriement sanitaire.

La transmission du savoir

Une autre facette de ce binôme si celui-ci est bien composé et bien réfléchi, c’est la transmission. Qu’elle soit dans l’intérêt de l’entreprise ou du métier en mélangeant des anciens avec des nouveaux venus, je ne parle pas de l’âge, mais de l’expérience dans le métier. Il est important d’avoir un “tuteur” surtout quand on sort de l’IFA que ce soit avec le DE ou le AA en poche.

Les formations sont courtes et n’englobent qu’une partie du métier. La conduite d’un véhicule type fourgon que ce soit en urgence ou en mode consultation, s’apprend sur le terrain avec les sensations, les conseils et le savoir-faire des anciens.

Il y a aussi le côté important : le patient allongé sur le brancard qui ressent les ronds points, les freinages, les accélérations. Et pour tout cela on doit imaginer que c’est un membre de notre famille afin d’être efficace et avec une extrême douceur. Il y a aussi la transmission sur des prises en charges spécifiques avec du matériel tout aussi spécifique comme la télémédecine, le transport bariatrique, pédiatrique, tractions….

Il y a le secteur : les hôpitaux et cliniques, les bouchons bref une multitudes de vecteurs qu’il faut prendre en compte et qui appartient au terrain. On peut aussi parler des formalités administratives d’entrée et de sortie (oups excusez moi, je me suis légèrement emporté) je voulais dire de transmettre les textes qui régissent notre profession, comme la Circulaire DHOS/SDO/O 1 n° 2003-277 du 10 juin 2003.

Philosophie de l’entreprise et optimisation

Pour ce qui concerne l’intérêt de l’entreprise, on peut y voir la transmission de la philosophie de cette dernière dans sa politique interne, dans sa façon de faire et d’intégrer ces spécificités si cela est présent, de présenter les nouveaux arrivants aux partenaires (SOS Médecins, Médecins généralistes, HAD, équipes du SAMU, Infirmiers(e)s à domicile ou SOS infirmiers, collègues ambulanciers…).

Les valeurs de l’entreprise sont transmise dans de bonnes conditions et les partenaires sont rassurés et continuent ainsi à faire confiance aux équipes. Il y a aussi l’utilisation du matériel : une équipe « déballant » son matériel pour une prise en charge optimal avec une sérénité, une assurance et un savoir-faire apporte un côté plus que professionnel et surtout rassurant dans son attitude.

On peut même pousser le principe jusqu’aux équipementiers ou fournisseurs de matériel qui vont récupérer les désidératas des binômes habitués à utiliser tel ou tel type de matériel ou type d’aménagement. Il est important d’avoir le retour des femmes et des hommes de terrain afin d’améliorer le matériel ou l’aménagement des ambulances.

Un côté plus terre à terre c’est la rentabilité. Un binôme qui fonctionne bien est un binôme efficace et rentable dans ses prises en charge, on perd moins de temps quand on se connaît puisque les rôles sont dispatchés et le savoir, l’aisance de l’un ou de l’autre peut-être avantageux sur certaines prises en charges ou situations.

Pour rappel, l’ancienneté et les pratiques ne remplacent aucunement la remise à niveau, la formation continue, l’œil novateur des « nouveaux arrivants », le nouveau matériel, les nouvelles recommandations nationales. Il est toujours important d’ajuster son métier selon les facteurs qui le font évoluer, que ce soit de façon personnelle ou de façon obligatoire.

Dans l’intérêt du métier on peut aborder l’image de l’ambulancier et surtout l’image retranscrite aux autres professionnel de santé ou aux autres collègues. Encore une fois un binôme qui possède le dynamisme, l’envie, le sourire, la tenue réglementaire sans « chichi », la déontologie, apportent une image positive de notre profession.

Et dieu sait que cette dernière souffre d’une mauvaise image transmise par des pratiques archaïques, par des défauts de tenue, par un manque de remise à niveaux, par une pensée de gestion de transport logistique et non de patient, par mettre des équipages non compatibles qui reflètent la mauvaise santé de l’entreprise voir du groupe.

Des joies, des peines et des frustrations

Un binôme partage ses joies, ses peines, ses débriefing sur des situations de prise en charges tout en sachant qu’ils partagent 8, 10, 12 voir 14 heures ensembles, beaucoup plus que sa compagne ou son compagnon. Cela apporte une relation ponctuée d’amitié, d’amour, de professionnalisme ou de haine car la vie enfermée dans un quotidien est parfois difficile à affronter. Un binôme est comme un couple, il faut savoir écouter, débriefer, parler et se remettre en question afin d’avancer dans sa profession.

Les inconvénients des binômes est principalement la lassitude, le fait de ne plus apprendre de l’autre, la fatigue peut provoquer aussi des tensions. C’est comme dans un couple de la vie civile, il faut savoir faire des concessions pour mieux avancer. Ces coups de mou de l’un peut entraîner l’autre avec des comportements un peu négatif et une baisse de la qualité des prises en charges.

Vous l’aurez compris un équipage c’est plus qu’un simple duo. On est vraiment sur la base d’une équipe soudée. Ce besoin est indispensable afin de pouvoir optimiser la productivité dans une journée de travail classique mais surtout et avant toute chose offrit au patient la meilleure qualité de prise en charge possible. Un binôme c’est des joies, des rires, des moments difficiles partagés ensemble. Et si vous aussi vous vous reconnaissez là dedans c’est que votre duo fonctionne !

Nicolas Dejoie

Nicolas Dejoie

Nicolas DEJOIE ambulancier diplômé d’état depuis 2001 (le CCA à cette époque) il obtient le PHTLS en 2011, la spécialisation en transport sanitaire pédiatrique en 2012. Depuis 2014, il évolue chez Assistance Ambulance Nantes.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La librairie de l'ambulancier

Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

L'ambulancier recrute

L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…