Home » COURS » REGLES ET VALEURS PROFESSIONNELLES » Stagiaire découverte : le rôle du référent

Stagiaire découverte : le rôle du référent

Le stagiaire découverte

Le stage découverte d’une durée de 140 heures en entreprise de transport sanitaire est un passage obligatoire pour tout candidat désireux de se présenter au concours d’entrée en école d’ambulancier. C’est ce que qu’on appelle plus communément un stage d’observation. Mais quel est votre rôle en tant qu’ambulancier et référent et comment bien appréhender la présence de ce stagiaire. Quelques éléments de réponses basés sur mon expérience personnelle.

Il peut faire quoi

Il est primordial de savoir que cet observateur ne peut être pleinement actif au sein de l’équipe. Pas question de le mettre au volant ou de le laisser seul avec un patient, ou travailler en binôme. Il est en ambulance le 3ème membre d’équipage. Il peut vous aider (porter des sacs, ouvrir une porte etc.) mais ne peut se substituer à un membre qualifié. Je conseille de l’inclure dans l’équipe pour une participation active mais sans prise de risque. Il peut très bien lors d’un transfert à deux, se mettre au pied du lit pour faire suivre l’extrémité du drap et les pieds du patient, ou encore vous aider à porter le matériel, tenir la perf le temps du transfert vers le brancard, ouvrir une porte, porter des sacs etc. Un observateur n’est pas non plus condamné à rester planté sans rien faire. Le faire participer est aussi valorisant et facilite l’intégration.

Pas d’idées reçues ou de stéréotypes

Avant toute présentation surtout ne partez pas bille en tête : c’est encore un stagiaire découverte. N’oubliez pas que vous êtes tous passé par là. N’oubliez pas que c’est un possible futur collègue. Ne jugez pas sans connaitre. Ne vous basez pas sur des premières impressions (timidité, inconnu etc.). Soyez impartial dans vos jugements et laissez-lui une chance de se découvrir. Chaque stagiaire est différent. Il n’existe pas de profil type et il est important de laisser le temps à chacun de découvrir et/ou mesurer l’impact de ses choix.

L’accueil

Tout d’abord aller à la rencontre de ce nouveau stagiaire est la chose la plus importante. Se présenter et sympathiser permet de nouer un premier contact et lui permettre d’avoir un premier repère au sein de l’entreprise. En effet il arrive dans un milieu inconnu et va croiser l’ensemble des collègues. Nouveau métier, nouvelles personnes, nouvelles pratiques cela a le don d’être vite perturbant. Faire le premier pas est donc une façon de pouvoir mettre en confiance. Je me présente, j’explique mon parcours dans les grandes lignes, je me renseigne sur lui/elle afin de savoir qui il est, et briser la glace. Je cherche rapidement à connaitre son parcours professionnel et ce qui l’a amené à arriver jusque-là. Pour moi c’est un repère obligatoire pour la suite. J’avoue que je sonde profondément afin de connaitre rapidement les motivations de chacun. C’est aussi une façon de voir s’il possède ou non une expérience du milieu médical et/ou paramédical.

Visite et présentation

La première chose à faire est de faire visiter les installations, découverte brève des véhicules et des locaux. On lui remet sa tenue et on l’emmène se changer afin d’être opérationnel. En effet sa présence ne va pas forcément influencer le planning du jour. Nous ne sommes pas dans un schéma de formation d’élève ambulancier. Il est là en tant qu’observateur et non en tant que personnel actif donc il va devoir « suivre » le rythme. Il va devoir se présenter x fois à chaque collègue donc c’est rapidement perturbant pour lui. Il va devoir vous suivre et « percuter » vite. Pas toujours facile pour un néophyte de s’adapter rapidement à votre emploi du temps, vos habitudes. Donc patience, rassurez et surtout ne l’oubliez pas en partant 😉

VSL ou Ambulance ?

Les deux ! Si on souhaite montrer l’étendue du métier il faut faire le tour de tout. Chaque prise en charge qu’elle soit assise ou allongée apporte des informations différentes. Chaque type de transport a son importance et le but est de montrer un éventail assez large pour qu’il se fasse une idée globale. Ne faire que de l’ambulance cachera l’étendue du travail assis, tout comme les difficultés ou la différence du relationnel, de la prise en charge et j’en passe. Chaque type de transport a ses spécificités. Il doit donc pouvoir les évaluer. Il est là pour découvrir et affiner son choix sur son orientation professionnelle. Donc il est important de voir avec la régulation pour l’intégrer au mieux dans les plannings. Tenter d’équilibrer un maximum les types de transport afin de lui permettre de voir divers aspects : consultations, urgences, transport en série, simultané, longue distance etc.

De même il est impératif de l’intégrer et le faire participer activement aux taches annexes : nettoyage, désinfection, inventaires des ambulances, remise en condition etc. On doit faire en sorte qu’il puisse se faire une idée d’ensemble de tout le travail quotidien. Pour comprendre il faut « vivre » ce métier.

Découverte et non pas apprentissage

Durant ce stage le stagiaire découverte est là pour découvrir et non pas apprendre, du moins pas au sens littéral. Donc ne soyez pas trop technique sauf s’il est demandeur. Pour quelqu’un qui découvre le milieu ambulancier mais aussi le milieu médical c’est une masse d’information incroyable à assimiler donc autant rester simple. L’école apportera le contenu technique. Cependant rien n’empêche d’expliquer ses gestes, ses techniques afin de créer une culture personnelle utilisable lors des entretiens du candidat avec le jury. Découverte ne veut pas dire juste observer. On peut apprendre sans aller au cœur du sujet. Vous êtes d’abord présent pour faire découvrir le métier et non pas pour former un élève ambulancier.

Evaluer la curiosité, l’intérêt

Clairement je sais que la majeure partie des ambulanciers qui accueillent un stagiaire le mettent très rapidement au pied du mur en lui mettant en face les réalités du métier : salaires, conditions de travail etc. Est-ce pédagogique ? Oui et non. Avec le temps je me dis que c’est une manière aussi de tester la motivation, d’évaluer rapidement si le stagiaire sait pourquoi il est là et dans quoi il s’engage. Découverte ne veut pas dire non informé. On ne dépasse pas le cap du stage si on n’est pas un minimum informé et renseigné sur le métier que l’on souhaite pratiquer. Ce qui veut dire aussi une préparation personnelle aux conditions de ce métier et à ses inconvénients. L’avantage, si je puis dire, de cette méthode c’est de tester la capacité du stagiaire à argumenter ses choix, ses motivations. Evaluer avec lui s’il a pris mesure de l’implication que ce métier va lui demander ainsi que ses conséquences sur son environnement personnel. En règle générale on écrème très vite les sujets qui manifestent de l’intérêt. Ceux-là sont informés, renseignés et peuvent sans soucis vous expliquer ce qu’ils ont mis en place ou étudié pour mener à bien leur projet. Les autres vont devoir se remettre en question rapidement et vous êtes là pour les guider. J’ai dit guider pas dégouter. Il faut être clair. Un choix doit se faire de façon posée et non pas de façon influencée. Pensez aussi à leur laisser du temps ! Vous disposez de 140 heures pour votre évaluation donc patience. Parfois certains ont besoin d’un « déclic » qui ne se fait pas les premiers jours.

La curiosité premier facteur d’évaluation

Un ambulancier se doit d’être curieux. Pour ma part un stagiaire, silencieux, renfermé qui ne pose pas de questions ou ne s’intéresse pas est pour moi une perte de temps. Perte de temps car tenter de partager sa passion et ses connaissances avec quelqu’un qui vous écoute d’une oreille distraite, baille et passe son temps à fumer sa clope est destiné à retourner chez lui avant la fin. Candidat refusé. Par contre être à l’écoute d’un candidat qui s’intéresse est un facteur primordial. Il a soif de connaissances, a besoin d’évaluer, lister les fonctions et tâches, qualités requises, fonctionnement etc. Vous devez donc être présent et combler ses manques, répondre à ses questions. Testez sa capacité à observer et à analyser. Certes il n’a pas de formation mais rien ne l’empêche de faire travailler ses capacités personnelles : relationnel, analyse de situation, risques, problèmes etc. tout en restant dans son champ de compétence d’observateur.

Chaque soir évaluer

Chaque fin de journée est propice à l’analyse de la journée. On voit ensemble ce qu’il a vu, si des questions sont restées sans réponses. On discute de ce qu’il a appris, apprécié ou détesté. On fait le point sur son intégration au sein de l’équipe. Etc. Pour lui c’est une façon de voir avec son référent si tout va bien, s’il souhaite continuer et surtout qu’il ne rencontre aucun frein ou problèmes. On a tous des collègues qui ne sont pas pédagogues. Donc ne pas toujours incriminer le stagiaire et voir ensemble ce qui a posé problème ou non et comment le résoudre, voir le faire rouler avec d’autres collègues plus adapté à encadrer l’observateur.

Evaluation finale

Chaque fin de stage je joue franc jeu. On fait un bilan de ces 140 heures de stage afin de voir ce qu’il en retire. Discuter ensemble de son choix d’aller jusqu’au concours ou non.  Discuter ensemble de ses impressions sur la profession mais aussi l’entreprise et même la relation élève/référent. Pour moi il est important de savoir si mon travail fut utile ou si certains points négatifs sont à relever. Ce, dans un  but d’amélioration future. A la fin je lui donne mon ressenti sur lui. Ce que je juge bon, moins bon et sur mon évaluation de son profil. Evaluation qui sera retranscrite sur sa fiche de notation. Pas de surprises, pas d’hypocrisie. C’est une façon honnête de le pousser vers la profession ou au contraire de l’orienter vers un autre domaine professionnel. J’apelle ça de l’honnêteté. Pas question de faire de grands sourires devant et l’assassiner après sur l’évaluation. Il est mauvais ? Non il ne possède pas le profil et il faut être en mesure d’argumenter et de lui expliquer pourquoi. Etc.

Vous avez un rôle primordial : tant au niveau de l’orientation que du conseil. Vous êtes un des premiers remparts avant le concours. Le candidat sera évalué lors des entretiens oraux mais votre évaluation sera prise en compte. D’où l’importance d’évaluer de façon juste et équilibrée. Bien évaluer un candidat n’ayant aucun potentiel ne lui rendra pas service. Ni à vous ni à la profession. Pareil pour un bon candidat à fort potentiel. Si vous le jugez équilibré, intéressé et avec un profil parfait marquez le ! N’oublions jamais d’où nous venons, n’oublions pas que nous avons un jour été stagiaire. Et que ce candidat est potentiellement un futur collègue… ou non.

Are you in the right job ?

Votre travail est important : pour lui comme pour vous. Le but est de pouvoir le guider. Est il dans la bonne orientation et a-t’il choisi le bon job ? J’ai illustré cet article avec une pub de monster.com qui illustre parodiquement ce choix important. Votre expérience dans ce métier peut aider quelqu’un à s’orienter ou non vers la profession d’ambulancier. Mais ce job demande des qualités indispensables et un mental particulier. Tout le monde ne peut pas devenir ambulancier c’est faux. On ne parle pas de capacité d’apprentissage mais de qualités humaines avant toutes choses. Donc, évaluez mais évaluez bien et ne négligez pas cet observateur.

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

ambulancier_veste

Ambulancier, pourquoi une tenue professionnelle ?

La tenue de l’ambulancier c’est pas juste pour faire joli Durant de longues années il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *