Home » COURS » LES DOSSIERS DE L'AMBULANCIER POUR LES NULS » Régulation médicale du SAMU – Centre 15
regulation

Régulation médicale du SAMU – Centre 15

Création de la régulation médicale

La régulation médicale est l’administration chargée de gérer l’envoi des moyens médicaux ainsi que les évacuations dans le cadre de l’aide médicale urgente. Elle prend en général la forme d’une salle de coordination avec desregulation personnels chargés des communications téléphoniques avec le public et les médecins, des communications radio avec les services de secours mobiles (smurs, sapeurs-pompiers), et d’un médecin régulateur. Le concept de régulation médicale est né en France en 1968, avec la création du premier service d’aide médicale urgente (Samu) à Toulouse par le professeur Lareng, afin de coordonner les efforts médicaux entre les équipes préhospitalières (Smur) et les services d’urgence hospitaliers. Les samus seront officialisés en 1976, mais il faudra attendre 1979 pour que le samu reçoive directement les appels du public. Le principe de base de la régulation médicale est le « tri médical » : il s’agit d’acheminer les moyens adéquats vers la victime, puis d’amener la victime directement au service médical compétent. Ainsi, un brûlé grave ira directement au service des grands brûlés le plus proche, un polytraumatisé ira directement au centre hospitalier disposant d’un salle d’opération disponible 24h/24 7j/7…

Naissance d’un concept

Le concept de régulation médicale est né en France en 1968, avec la création du premier service d’aide médicale urgente (Samu) à Toulouse par le professeur Lareng, afin de coordonner les efforts médicaux entre les équipes préhospitalières (Smur) et les services d’urgence hospitaliers. Les samus seront officialisés en 1976, mais il faudra attendre 1979 pour que le samu reçoive directement les appels du public. Le principe de base de la régulation médicale est le « tri médical » : il s’agit d’acheminer les moyens adéquats vers la victime, puis d’amener la victime directement au service médical compétent. Ainsi, un brûlé grave ira directement au service des grands brûlés le plus proche, un polytraumatisé ira directement au centre hospitalier disposant d’un salle d’opération disponible 24h/24 7j/7… Auparavant, la victime était amenée au service d’accueil des urgences le plus proche, puis évacué vers un autre centre hospitalier si le service ne pouvait pas le traiter, ce qui entraînait une perte de temps. La régulation médicale permet de respecter la règle des trois R du Dr. Trunkey :

« the right patient to the right place at the right time » (le bon patient au bon endroit et au bon moment).

Principe de fonctionnement

L’appelant formule une demande d’aide médicale urgente (damu), l’opérateur doit déterminer le besoin d’aide médicale urgente (bamu). Un des principaux problèmes est que l’urgence ressentie par l’appelant (damu) est souvent sans rapport avec l’urgence réelle (bamu), soit que l’appelant sous-évalue l’urgence (par exemple accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde ayant des signes en apparence bénins), soit, cas plus fréquent, qu’il la surévalue (mal bénin ayant des manifestations spectaculaires, panique, impact social élevé).

À la réception de l’appel, la régulation détermine :

  1. s’il y a une demande d’aide médicale urgente (damu) ; sinon (erreur), elle réoriente vers un autre service ;
  2. si oui, elle s’enquiert de la localisation et ouvre un dossier médical ;
  3. elle détermine s’il y a un besoin d’aide médicale urgente (bamu), par un diagnostic :
    •  recueillir la demande
    • télémanipulation de l’appelant pour affiner la vision de la situation (signes opérationnels de régulation)
  4. en fonction de l’urgence, elle détermine la réponse adaptée.

« La régulation » peut désigner ici une ou plusieurs personnes.

L’urgence (U) dépend :

  • de la gravité (G) de l’état ;
  • des soins (S) nécessaires ;
  • du temps (T) que l’on a avant une aggravation irréversible
  • de la valence sociale (V), c’est-à-dire de l’impact sur l’entourage ;

Si l’on pouvait quantifier chaque élément, on pourrait quantifier l’urgence par l’équation :

U = G × S × V / T

Cette quantité d’urgence est ce qui induit la décision de la part du médecin régulateur (choix de la réponse graduée). On note que la valence sociale V a un impact très important alors qu’il est tout sauf médical. Par exemple un décès, qui n’est pas une urgence (il n’y a plus rien à faire), a un fort impact, notamment dans le cas d’un nourrisson. Cette valence sociale prend aussi en compte l’identité de la victime (entre un inconnu et la princesse de Galles), la présence de média, la manière dont est habillée la personne (un SDF par exemple), l’impact social des antécédents médicaux connus (maladies de peau, sida)…

Au commande de la régulation : le centre 15

En France, la régulation médicale est faite par le Service d’aide médicale urgente (ou SAMU), et plus précisément par son Centre 15, également appelé centre de réception et de régulation des appels (CRRA). Le Centre 15 est au cœur du dispositif d’urgence français. Il comporte des permanencières et permanenciers d’aide à la régulation médicale (Parm) et un médecin régulateur. Les parm reçoivent les appels, récoltent les informations principales (lieu d’où la personne appelle, nature de l’appel) et les transmettent éventuellement au médecin régulateur et aux autres services concernés (police, gendarmerie, sapeurs-pompiers). Le médecin régulateur est chargé d’évaluer la gravité de l’état de la victime en posant des question à la personne qui appelle. Il détermine la suite de l’appel : simple conseils (70 % des appels ne donnent lieu à aucune intervention à domicile) ou bien envoi de moyens

  • médecin de garde
  • ambulance privée
  • véhicule de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) des sapeurs-pompiers
  • VSAV + infirmier sapeur-pompier
  • unité mobile hospitalière (UMH) du SMUR.

 On a ainsi une réponse graduée en fonction de la gravité et de l’urgence de l’affection. Le Centre 15 détermine également vers quel centre hospitalier (CH) ou clinique doit être évacuée la victime (en fonction des places disponibles et du plateau technique). Il gère aussi les transports inter-hôpitaux. Le Centre 15 est en communication constante avec le sapeurs-pompiers (via leur CTA) et les forces de l’ordre (police, gendarmerie). Ce système permet de gérer au mieux les moyens d’intervention disponibles. Avant de se rendre elle-même aux urgences d’un hôpital, une personne a tout intérêt à appeler le 15 pour savoir si cela est vraiment nécessaire, et à quel centre hospitalier se rendre (le moins encombré, celui disposant du plateau technique adapté).

En chiffres

Les centres 15 reçoivent environ 10 millions d’appels par an (en 2004), avec une progression d’environ 10 % par an. Les appels au 15 proviennent (statistiques sur les appels pour douleur thoracique) :

  • 51 % : public (témoin d’un malaise, d’un accident)
  • 30 % : sapeurs-pompiers (ayant été appelés sur une intervention) ;
  • 9 % : médecin généraliste.

Concernant les suites données aux appels :

  • 48 % des appels se concluent par un simple conseil médical. Ceci permet de réduire considérablement les hospitalisation (personnes qui se présenteraient spontanément aux urgences).
  • 15 % des appels donnent lieu au départ d’un SMUR.

Source : SMUR Pédiatrique de Robert Debré http://smur-rd.com

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

Stage de conduite d’urgence sur le circuit du Mans

Stage de conduite d’urgence Franck en avait déjà parlé dans l’ambulancier pour les nuls en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *