Home » COURS » EVALUATION CLINIQUE » La maladie d’Alzheimer
personne_agee

La maladie d’Alzheimer

Petite révision aujourd’hui d’une pathologie que les ambulanciers rencontrent au quotidien, pas forcément dans le cadre d’une intervention urgente mais plus dans le cadre d’un transport classique. Il est important de revoir les mécanismes pour favoriser la compréhension, mais aussi de revoir les bonnes attitudes et gestes à adopter pour adapter son comportement face à un patient souffrant de ce type de maladie. Le contenu de cet article est issu de l’exposé que j’avais crée lors de la présentation de mon module de communication lors de la certification de mon module 5 ,durant ma formation d’ambulancier. Je me suis dit que cela pourrait vous intéresser et vous être utile. Cet article n’a pas pour vocation d’être un cours magistral mais plus de brosser les grandes lignes

Définition de la maladie

« Pour l’O.M.S., c’est une altération progressive de la mémoire suffisamment marquée pour handicaper les activités de la vie de tous les jours. Apparue au moins depuis six mois et associée à un trouble d’au moins l’une des fonctions suivantes : le calcul, le langage, le jugement, l’altération de la pensée abstraite, les praxies (lorsque la personne ne peut plus faire les gestes), la gnosie (les personnes ne sont pas conscientes de leurs troubles) et puis les modifications de la personnalité. »

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative, c’est-à-dire que les neurones dégénèrent et meurent. Les neurones servent à programmer certaines actions qui en disparaissant font disparaitre en même temps les capacités liées. Pour le grand public la maladie d’Alzheimer fait souvent référence à la perte de mémoire; qui en effet est le signe précurseur étant donné que les premiers neurones atteints sont issu de la région du cerveau appelée hippocampe qui est le siège de la mémoire. Cependant, d’autres zones du cerveau verront leurs neurones disparaitre au fur et à mesure de la maladie touchant ainsi différentes fonctions comme le langage, reconnaitre un objet, réfléchir…

Là où un jeune enfant progresse dans la vie pour apprendre et devenir autonome c’est le phénomène inverse qui va se produire chez le malade qui perdra petit à petit son autonomie. Attention tout de même à ne pas confondre la maladie d’Alzheimer avec les troubles identiques qui surviennent à partir d’un certain âge. C’est un abus de langage fréquemment utilisé. La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées concernent le champ médical de la neurologie et appartiennent à une entité appelée démence.

La mémoire

«  Selon le Vulgaris-Médical La mémoire est une fonction qui permet de conserver et de faire revenir à l’esprit, à la conscience, une connaissance, une trace d’un savoir, une expérience acquise antérieurement »

Au départ les faits récents vont poser problème dans les pertes de mémoire et vont se trouver totalement oubliés, puis au fur et à mesure les souvenirs s’effaceront de plus en plus loin suivant un processus d’évolution de l’effacement de la mémoire.Certains souvenirs pourtant même ancien seront totalement préservés en comparaison d’autres qui disparaitront totalement. Mais si la personne malade oublie 20 années de souvenirs elle se croit 20 ans en arrière. Cela explique les demandes un peu originales étant donné qu’elle se croit dans son quotidien il y a 20 ans. Le processus évoluant cela explique le fait qu’elle perde conscience de la réalité au fil de la maladie

L’apraxie

«  Selon Wikipédia l’apraxie est un signe clinique qui décrit une incapacité à effectuer un mouvement ou une série de mouvements sur consigne. Ce ou ces mouvements sont par ailleurs bien exécutés spontanément. C’est un déficit neurologique qui se situe au niveau de la conceptualisation et de l’exécution programmée d’un mouvement. Les fonctions motrices et sensitives de base qui permettent ce ou ces mouvements doivent être intactes. Le mot apraxie découle du terme praxie qui désigne les fonctions de coordination et d’adaptation des mouvements volontaires de base dans le but d’accomplir une tâche donnée. Praxie vient du mot grec praxis qui signifie action. »

Notre cerveau possède un processus qui va nous permettre de recevoir des informations en lien avec un objet (quel est il, à quoi sert). L’apraxie ce sera le processus qui rendra le malade incapable de faire les liens avec ces mêmes objets. Cela va donc entrainer le patient dans une spirale qui l’empêchera de se rappeler comment exécuter certains gestes complexes mais aussi basique. Pour servir d’exemple l’écriture sera d’abord un problème puis au fur et à mesure cela pourra aller jusqu’aux gestes comme mâcher ou avaler de la nourriture. Un exemple pour imager : on donne une brosse à dent au patient pour qu’il se lave les dents il cherchera dans quel sens la tenir et l’utiliser. il la retournera dans tous les sens mais ne trouvera pas forcément à quoi elle sert.

L’aphasie

«  Selon Wikipédia l’aphasie, parfois appelé mutisme dans le langage populaire, est une pathologie du système nerveux central, due à une lésion caractéristique d’une aire cérébrale. Le mot « aphasie » vient du grec « phasis » (parole) et signifie « sans parole ». Ce terme a été créé en 1864 par Armand Trousseau. Depuis cette époque, le mot a pris du sens, en désignant un trouble du langage affectant l’expression ou la compréhension du langage parlé ou écrit survenant en dehors de tout déficit sensoriel ou de dysfonctionnement de l’appareil phonatoire. »

L’aphasie est un trouble du langage comprenant les capacités de compréhension et de production des mots.

Le langage :

–      La personne cherche ses mots au fur et à mesure jusqu’à perdre complètement la capacité à parler.

–      Le patient parle beaucoup dans un jargon incompréhensible sans aucun sens.

La compréhension :

–      Des phrases complexes ou des termes précis qui poseront des soucis au malade, puis à terme ce seront les phrases simples puis les mots basiques qui deviendront incompréhensibles

–      Dans le cas d’une personne avec une langue maternelle autre ou patois utilisé avant sa vie d’adulte  il n’est pas rare que le patient ne puisse que parler et/ou comprendre uniquement dans cette langue

Les troubles du comportement

Le comportement d’un être vivant et, plus généralement, de tout autre système est la partie de son activité qui se manifeste à un observateur. Le comportement des animaux, humains et non-humains, peut être décrit comme l’ensemble des actions et réactions (mouvements, modifications physiologiques, expression verbale, etc.) d’un individu dans une situation donnée.

Il ne faudra pas confondre certains comportement tels que la déambulation par exemple dû aux troubles de la mémoire entre autre et les troubles du comportement qui eux seront engendrés par une lésion frontale. La partie frontale du cerveau est la zone la plus évoluée, elle nous permet d’avoir le sens des convenances. C’est aussi ce qui nous permet de décider de faire ou de ne pas faire, dire ou ne pas dire. Si cette zone est lésée, le fonctionnement est beaucoup plus primaire. On répond à ses impulsions. Ces comportement auront une influence sur les personnes autour du malade qui se comporte de manière assez peu courante. Ces troubles peuvent se répercuter sur tous les aspects de la vie : alimentation, hygiène, parole, sexualité, etc. C’est la partie la plus difficile dans l’accompagnement du malade étant donné que le passage à des actes violents existe.

Epidémiologie

Approximativement 860.000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer en France (chiffres 2007) et 225.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. La maladie d’Alzheimer concerne également près de 3 millions de personnes qui ont dans leur entourage proche un malade. La Maladie d’Alzheimer est la 4ème cause de mortalité en France. Elle touche 5% de la population âgée de plus de 65 ans et 15% de la population des personnes de plus de 85 ans. Selon l’INSEE, 1,3 millions de français de plus de 65 ans (soit 1 personne sur 4) pourraient être atteints en 2020 si aucun traitement n’est découvert d’ici là.

Seulement un malade sur deux est correctement diagnostiqué. De plus, une étude européenne montre que le délai moyen entre les premiers symptômes et le diagnostic est de 24 mois en France, soit le délai le plus long après la Grande Bretagne. Nos voisins Allemands, Italiens, Espagnols et Polonais connaissent des délais beaucoup plus réduits. La France n’est pas le seul pays à être touché par la maladie. Chaque pays qui a vu sa durée de vie augmenter a vu également augmenter le nombre de patients atteints par la maladie d’Alzheimer. La maladie d’Alzheimer est devenue tragiquement courante.

On compte 25 millions de malades dans le monde. D’ici à 2020, on estime à 30 millions le nombre de personnes qui seront affectées par cette maladie à travers le monde et d’ici à 2050, ce chiffre pourrait dépasser 50 millions.

Prise en charge par les ambulanciers

La prise en charge de ce type de pathologie par des ambulanciers ne requiert aucune méthodologie précise comme par exemple pour un traumatisme ou une détresse médicale  sauf si une pathologie autre est associée à la maladie

Il faudra à l’ambulancier faire preuve de qualités humaines et surtout d’un grand sens de la communication verbale et non verbale pour pouvoir s’occuper au mieux de son patient :

  • Se renseigner auprès de l’équipe soignante ou l’entourage de l’état du patient et son comportement, réactions habituelles, existence ou non de comportement violent,
  • Entrer en contact verbal avec le patient sur un ton doux, le timbre de la voix posé, en faisant des phrases courtes,
  • L’écouter avec attention,
  • Ne pas hésiter à reformuler ou à changer de mode de communication en cas d’incompréhension de la part du patient,
  • Prendre le temps de lui expliquer le transport et s’assurer qu’il accepte afin d’éviter de créer une situation de conflit,
  • Veiller à anticiper la réponse motrice pour prévenir les chutes,
  • Surveiller les mimiques, elles sont souvent plus parlantes que n’importe quel mot.

En deux mots:

Utiliser ses connaissances relatives aux pathologies rencontrées par la personne âgée

-Être humain

Remerciements et sources

Aux formateurs de l’IFA d’Angoulême pour la qualité de leur conseils sur la réalisation de cet exposé, à Monsieur LAENGY, ambulancier D.E pour ses conseils avisés et le partage de son vécu professionnel.

www.wikipédia.org   www.infirmier.com   www.vulgaris-medical.com  www.francealzheimer.org/   www.google.fr

 

Je rappelle juste que cet article est issu de mon cursus en tant qu’élève ambulancier il y a bientôt 5 ans et qu’il est livré dans son « jus » tel que présenté.

 

 

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

monitorage

Angor et infarctus du myocarde

Infarctus du myocarde et angor : vulgarisation Le contenu qui va suivre se veut une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *