Home » PROFESSION » AMBULANCIER PRIVE » Ambulances privées : immersion dans une société
capot_ambulance

Ambulances privées : immersion dans une société

Ambulances privées, immersion dans une société

Voici un article de presse qui dans ce rare cas évoque la réalité d’un métier souvent passée sous silence au détriment de l’actualité des soi disant fraudes et autres problèmes récurrent.

Ambulancier un métier mal ou peu reconnu

SEZANNE (Marne) Encore mal connu et peu reconnu, le métier d’ambulancier privé comprend plusieurs facettes qui impliquent la connaissance des premiers gestes de secours, une grande réactivité et la conduite. A Sézanne, l’activité est assez intense.

SYLVIE a son métier dans la peau. Passée ambulancière il y a deux ans grâce à l’obtention du diplôme d’Etat d’ambulancier (DEA), à 44 ans, après avoir démarré comme chauffeur de taxi médicalisé* dans la société de Michel Destailleur, elle se sent enfin utile. « Ce travail est riche en émotion et très humain. Je ne laisserais ma place à personne. »

 Hôpitaux, domiciles, maisons de retraite

Aujourd’hui, le travail a commencé à 11 heures, par le nettoyage de l’ambulance. « D’habitude, on fait ça le soir », précise-t-elle. A 13 h 20, les courses démarrent. Première mission : chercher une dame de 80 ans à l’hôpital de Sézanne pour l’emmener à la maison de retraite de Villiers-Saint-Georges. On trouve la personne dans un état délirant. « Ça arrive, et c’est pour ça que je reste aussi à côté d’elle pendant le trajet. » Comme elle possède le brevet de secourisme, elle est sur le qui-vive, prête à réagir. « Mais de toute façon, s’il y a le moindre souci, on ne prend pas de risque et on appelle le Samu. On ne s’occupe que des personnes non prises en charge par le Smur, pour des déplacements entre hôpitaux, maisons de retraite et domiciles ou encore des accompagnements de malades à des consultations médicales », explique l’ambulancière. Des trajets de ce type, elle en fait parfois jusqu’à une sept ou huit par jour. Elle reste souvent dans le secteur de la Marne, entre les divers établissements qui ont un contrat avec son entreprise.

« Mais il arrive aussi qu’il faille aller plus loin. La semaine dernière, je suis allée jusqu’en Bretagne dans le cadre des courses en taxi médicalisé », se souvient Sylvie. « On travaille beaucoup avec l’hôpital de Sézanne, comme ils n’ont pas d’ambulance », développe Michel Destailleur, chef de l’entreprise qui embauche maintenant autant de femmes que d’hommes. D’autres hôpitaux ont également des contrats avec l’entreprise. « Parfois, on ne peut pas honorer la course de particuliers qui nous réclament. »

Gardes de 15

Mais certaines courses restent obligatoires. « On est tenu, dès lors que l’on possède une ambulance agréée d’obéir à la préfecture et d’exécuter des gardes de 15 sur notre secteur. On les partage avec Mouquet et Sanitaxi, les autres ambulanciers du territoire, selon un emploi du temps très rigide », précise l’entrepreneur. Quand Sylvie est de garde, elle répond donc au centre d’appel du Samu qui l’envoie là où le Smur ne va pas ou ne peut pas aller immédiatement.

« Nous sommes les yeux et les mains des médecins. On est là pour observer puis rapporter toute information au corps médical. Nous sommes un peu comme les pompiers, sauf qu’on n’intervient pas sur les lieux d’accidents. On fait les premiers gestes d’urgence. Pas plus. »

Taxi médicalisé : les courses concernent la prise en charge de personnes qui nécessitent une surveillance médicale.

 

http://www.lunion.presse.fr/article/social/immersion-dans-une-entreprise-dambulances-privees

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

franc_comtois

AMBULANCIERS FRANCS COMTOIS – OCTOBRE 2013

L’ actu des associations ambulancières continue avec aujourd’hui les Ambulanciers Francs Comtois : L’association Face …

3 comments

  1. « Nous sommes les yeux et les mains des médecins. On est là pour observer puis rapporter toute information au corps médical. ok

    Mais la ?!!!!

    * Nous sommes un peu comme les pompiers, sauf qu’on n’intervient pas sur les lieux d’accidents. On fait les premiers gestes d’urgence. Pas plus. »

    Taxi médicalisé : les courses concernent la prise en charge de personnes qui nécessitent une surveillance médicale.

    N’importe quoi !! On est comme les pompiers ! Et on intervient largement sur les lieux d’accidents !! Mais, pas sur la voie publique . On fait les gestes d’urgence. Pas plus. Car les pompiers font plus ???!!

    Le taxi  » médicalisé  » reste un simple taxi, il est conventionné par la CPAM pour être payé avec une prescription médicale de transport. Les courses concernent la prise en charge de personnes qui nécessitent une surveillance médicale faut pas abuser non plus dans ce cas la pourquoi les ambulances ?

    Encore mal connu et peu reconnu, le métier d’ambulancier privé ….
    c est sur ! Avec un article comme ça que l on ne sera pas reconnu !! Merci de nous faire passer pour des débiles qui font pimpon sur les routes !!!!

    vraiment déçu !

    • Franck - webmaster

      A ce jour des articles de presse mieux renseignés, avec l’appui d’ambulanciers commencent très doucement à voir le jour. Donc ne soyons pas trop sévère les choses peuvent évoluer et la profession sortir de la pénombre. Mais c’est un travail de chacun de faire les bons retours aux journalistes pour apporter les corrections.

    • Entièrement d’accord. J’allais commenter exactement la même chose, juste en apportant une précision : nous sommes habilités à intervenir sur les AVP, comme les pompiers, mais l’équipement requis n’est malheureusement pas obligatoire, du à la différence « privé/public ». Et pour être aussi pompier volontaire, je peux préciser aussi que nous ne sommes pas « comme les pompiers », que la formation d’ambulanciers est beaucoup plus poussée sur certains aspects (notamment les bilans), et que les ambulanciers sont plus formés à penser par eux-mêmes et non à obéir à un protocole militaire comme chez les pompiers. Ce sont deux métiers différents. Et là réflexion « gestes de premiers secours pas plus » est vraiment degradante pour les ambulanciers « urgentistes » qui aiment leur métier. Je suis aussi extrêmement déçu par cet article et la prise de parole de cette ambulancière. Apparemment d’après la CATSUF un reportage sur la profession serait en prévision pour des émissions comme « appel d’urgence » ou « révélations ». J’espère vraiment que pour une fois le côté urgences de la profession sera mis en avant, que les gens voient les ambulanciers autrement comme des taxis pour les personnes âgées. Et c’est pas la future émission d’Hanouna qui va aider je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *