Home » Que savez-vous sur notre profession ? Histoire d’un métier
00809961_PVI_0001_A026160_PS

Que savez-vous sur notre profession ? Histoire d’un métier

« Une idée pour une mission »

Il y a toujours un début à tout et la profession d’ambulancier n’échappe pas à cette règle. Tout commence donc en 1794 par l’invention d’un chirurgien fidèle collaborateur de Napoléon Bonaparte.

Oui, l’ambulance que vous conduisez au quotidien est une invention militaire qui a été utilisée par toutes les armées d’Europe. Ce moyen de transport n’a pas cessé d’évoluer avec le temps mais surtout les besoins de nos sociétés.

PortraitJeanDominiqueLarreySon inventeur s’appelle Jean-Dominique LARREY qui est confronté à la prise en charge des blessés sur les champs de bataille. Son idée serait d’aller chercher les victimes sur les lieux de conflits afin de les ramener vers des camps isolés des combats. A cette époque les traumatismes et les plaies sont liées à des explosions, des blessures d’épées, de baïonnettes. Les amputations sont légions, les estropiés prient pour voir se lever de nouveaux jours, les morts se comptent par centaines.

Dominique-Jean LARREY réfléchit donc à un moyen de transport efficace. Il mettra au point un chariot couvert tiré par deux ou quatre chevaux avec un système de brancard s’embarquant par l’arrière et coulissant sur des cylindre. Le confort du blessé était déjà une priorité.

Ce véhicule que les ambulanciers utilisent encore aujourd’hui a été amélioré mais l’idée du chirurgien napoléonien demeure. Si en 1794, l’ambulance volante voyait le jour les Despotats n’avait qu’une seule mission « secourir tout le monde sans distinction de provenance »

« Despotats ? Vous avez dit Despotats ? »

Ambulances-de-l-histoire-larreyd-ambulance-2Ces hommes ont deux fonctions, militaires avant tout et secouristes. Les Despotats sont les premiers ambulanciers. Leur mission est d’aller chercher les blessés. Ils conduisent les ambulances volantes puis partent, à pied, relever les victimes. Armés d’une lance, porteur d’un sac avec du matériel et des vivres ils ont aussi une toile pliée au fond de leur gibecière. Cette toile, une fois entre les deux lances, devenait une civière…

Le blessé était ensuite rapproché de l’ambulance puis installé sur le brancard pour être dirigé vers le camp de soins. Les norias sont aussi nées à cette période tout comme une autre invention.

Parmi les amis et confrères de J-D LARREY on trouve le  Dr PERCY. Ce militaire s’est penché sur le moyen de se déplacer avec le matériel utile à sa science, la chirurgie. On lui doit un drôle de véhicule équestre (ambulance de PERCY) qui est l’ancêtre du SMUR. Les médecins sont installés à califourchon sur un coffre dans lequel est remisé le matériel médical.

Les ambulances « publiques » ont vu le jour en 1880, à Paris et à la demande du Dr NATCHEL. Ces « ambulances Urbaines » étaient destinées aux victimes de la voie publique. En 1882, l’épidémie de variole qui sévit impose à la ville de Paris de réfléchir à un moyen de transport pour amener les malades vers l’Hôtel Dieu. Les « Ambulances Municipales » prennent place dans le paysage de la capitale.

« Et maintenant… »

L’évolution vous la connaissez un peu mieux… car plus récente ! L’hygiène, les lois sur les transports de malades, le secours aux blessés et prise en charge de femmes enceintes ont dessiné les compétences de la profession.

1941, le métier d’ambulancier peut être exécuté dans le privé. Le bistrotier du coin, le garagiste et même le « croque-mort » peut répondre aux attentes des personnes pour un transport sanitaire. En 1970, la professionnalisation s’enclenche avec la création du Certificat de Capacité d’Ambulancier (CCA), cette même année la « Croix de Vie » devient l’emblème de la profession. 1971, les agréments sont obligatoires, 1986 l’aide médicale d’urgence (AMU) prend forme suivie du CODAMUPS. La première décennie des années 2000 offre deux grande avancée, 2007 le Diplôme d’Etat Ambulancier est entériné par les instances gouvernementales et 2010 les Auxiliaires Ambulanciers doivent être attestés par l’AFGSU 2.

 

« Oui, mais demain ! »

La professionnalisation est terminée. Désormais les ambulanciers travaillent sur la reconnaissance de leur métier et de leurs compétences. Même si les matériels et les missions ont évolué pour répondre aux attentes sociétales les hommes et les femmes qui œuvrent auprès des malades, des blessés, des femmes enceintes savent que la route n’est pas entièrement finie. De bonnes volontés réfléchissent à ce que devrait être « demain ».Pour l’instant, si aujourd’hui les ambulances sonnent et illuminent les villes, les villages les ambulanciers et ambulancières continuent la volonté de Jean-Dominique LARREY « secourir tout le monde sans distinction de provenance … ».

 

Article rédigé par Quoi2neuf :

Je suis un Correspondant de Presse Indépendant (CdPI) qui, après 20 ans en qualité de travailleur social, s’est orienté vers le métier d’ambulancier. Tout d’abord Auxiliaire Ambulancier puis Ambulancier Diplômé j’écris dans plusieurs médias suivant des sujets imposés ou choisis avec une priorité fondamentale « INFORMER sans censure ». La collaboration avec « L’ ambulancier pour les nuls » me permettra de parler de tout ce qui fait le quotidien des ambulanciers. Compétences, attentes, coup de coeur ou coup de blues… Et si notre métier était bien plus qu’une profession ?…

2 comments

  1. Petit complement d’info :
    « C’est à la même époque que la croix bleue à six branches est instaurée comme signe distinctif pour les entreprises agréées. Aussi nommée « Croix de Vie », ce symbole a pour origine la rune Hagal, vieux caractère nordique. Considérée comme la rune de la sagesse, elle était la superposition de deux autres runes symbolisant la vie et la mort. Cette opposition entre la vie et la mort résume bien notre quotidien auprès des malades et la sagesse nécessaire face à nos responsabilités. »

    • Merci pour cette info elle a tout à fait sa place avec il va falloir que j’ajoute ce complément. En effet la symbolique prend tout son sens et illustre bien notre quotidien ! Un grand merci pour cet ajout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *