Home » PROFESSION » AMBULANCIER PRIVE » Ambulancier – fiche emploi
rampe_gyro

Ambulancier – fiche emploi

Ambulancier, la fiche emploi type

L’ambulancier assure essentiellement, sur prescription d’un médecin, le transport sanitaire des malades vers l’hôpital, les cliniques, les centres de traitement, les maisons de retraite, les maisons de convalescence, de rééducation… Il pratique l’intervention à domicile (contrairement aux pompiers qui interviennent sur la voie publique). Dans un SAMU, l’ ambulancier intervient lorsque la situation est plus grave et répond aux urgences, surtout la nuit. Il apporte parfois les premiers secours.

Si la plupart de ses déplacements se font sur un rayon de 100 km, il peut être amené à se déplacer sur toute la France, voire à l’étranger. 70% des transports qu’il effectue sont prévus à l’avance. Les 30% restant sont des transports « non prévus » tels que des rapatriements sanitaires de touristes accidentés qu’il faut ramener chez eux ou une intervention d’urgence au domicile du malade. L’ ambulancier prend en charge les blessés ou les malades avec toutes les précautions nécessaires. Durant le transport, il adapte sa vitesse selon l’état du malade. Il est amené à étudier les itinéraires pour effectuer le transport en un minimum de temps mais surtout afin que le trajet soit le plus confortable pour le malade ou le blessé.Il doit être capable d’estimer la gravité de l’état du malade pendant le trajet et peut être amené à prodiguer les premiers secours tels que la respiration artificielle, le massage cardiaque, la désinfection et le pansement du patient. Il remplit certaines tâches administratives (feuille de surveillance, facturation…) et aide à régler les problèmes d’admission et de sortie de l’hôpital. Il peut se trouver en contact avec les proches du malade et être amené à les réconforter. L’ ambulancier entretient son véhicule et son matériel : lavage extérieur, désinfection, remplacement de la literie, surveillance mécanique de la voiture.

Organisation et conditions de travail

Le travail se fait à la demande, en raison de l’urgence et de la gravité des cas. L’ambulancier doit être disponible de jour comme de nuit et effectue des gardes les dimanches et jours fériés… Les horaires sont très irréguliers et les semaines sont chargées. La vie privée est très bousculée. Les déplacements sont fréquents.  Cependant, la profession d’ambulancier reste un métier de contact humain et intéressant pour les personnes aimant beaucoup conduire.

Qualités requises
Avoir une bonne connaissance topographique
Grande disponibilité (horaires irréguliers)
Grande résistance nerveuse : interventions parfois longues et pénibles dans un contexte qui peut être dramatique – âmes sensibles, s’abstenir!
Contrôle de soi
Présence d’esprit et rapidité d’intervention dans la prise de décision : une erreur pendant les premiers secours peut avoir des conséquences graves.
Bonne résistance physique : l’ambulancier manipule, soulève et porte constamment les malades. L’ambulancier ne doit pas souffrir de problèmes de dos.

Salaire
Le salaire d’un ambulancier débutant est équivalent au SMIC, auquel s’ajoutent les heures supplémentaires. Les salariés du secteur privé ont des revenus irréguliers. Les conditions de travail dans les entreprises privée sont bien plus difficile que celles trouvées au sein des établissement public comme l’AP-HP.

Évolution de carrière
Le conducteur ambulancier peut devenir, après quelques années, « régulateur » (réception des appels, coordinations des demandes, établissements du planning des courses).
Il peut également se mettre à son compte et devenir chef d’entreprise.

Attention : le nombre d’ambulances par région est limité (tant de véhicules ambulances par nombre d’habitants). On ne peut donc pas forcément s’installer où on veut si le quota de véhicules en service est atteint dans la région en question.

Marché de l’emploi
La profession comptait en 2001 30 000 ambulanciers avec un « turn over » important puisque la durée moyenne d’exercice de la profession est de 5 ans.
Les employeurs à la recherche d’ambulanciers demandent presque exclusivement à ces derniers d’être titulaires du CCA (certificat de capacité d’ambulancier).
La concurrence entre les entreprises privées est de plus en plus vive et s’installer à son compte demande un investissement financier important.
Il faut 2 à 3 ans pour se faire une clientèle. Le secteur public propose peu de débouchés.

Employeurs
Le plus souvent, ce sont des entreprises privées de petite taille de type familial (environ 10 salariés et 5 véhicules).
Les établissements hospitaliers et établissements de soins et de cure.
Le SAMU ( service d’aide médicale urgente) et le SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation).
Les organismes comme la Croix Rouge.
Les hôpitaux publics ( ils dépendent alors de la Fonction Publique Hospitalière, le recrutement s’effectue par les hôpitaux eux-mêmes; les horaires sont plus réguliers et l’évolution de carrière plus intéressante mais le travail est plus répétitif et les postes sont rares).

source : http://www.ambulanciers-cnt.org/home/

 

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

monitorage

Ambulancier, un article de presse qui reflète enfin la réalité

Ambulancier et article de presse Voici un article de presse paru dans la presse, dans …

One comment

  1. à signaler que le personnel ambulancier est confronté à de nombreux risques professionnels à prévenir par une bonne formation : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=570

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *