Home » FORMATION » LE CONCOURS DE SELECTION » Oral ambulancier : bien se préparer
ambulance_park

Oral ambulancier : bien se préparer

L’oral ambulancier ça se prépare

capot_ambulance_3Vous allez vous présenter sous peu à l’oral de sélection du concours ambulancier pour entrer en école. Ne partez pas trop vite tête baissée et veillez à préparer cette sélection. Une bonne façon de limiter les surprises et aussi de mettre un maximum de chances de votre côté. On ne vient pas à un concours de sélection sans un minima de préparation. Voyons un peu le tour des conseils :

Respectez les exigences de l’épreuve

Les oraux comprennent en général un exposé du candidat sur un sujet donné par le jury, avec ou sans préparation préalable, puis une partie réservée aux questions libres du jury sur l’exposé qui vient d’être fait ou sur tout autre sujet. La première règle consiste à respecter scrupuleusement le temps alloué à l’exposé, et de ne jamais empiéter sur les minutes consacrées aux questions : ce serait en effet commettre une erreur sanctionnée, ou risquer d’être interrompu par des examinateurs vigilants, sans avoir la possibilité d’achever son propos. L’habitude est une alliée précieuse : entraînez-vous régulièrement à parler pendant la durée exacte exigée ; assez rapidement, cela deviendra une seconde nature. Le jour de l’épreuve, vous poserez en évidence sur votre table une montre ou un chronomètre qui vous permettra, d’un rapide regard, de vérifier le temps restant. De ce temps de parole découlera le découpage de l’exposé, en veillant à prévoir une introduction claire, deux ou trois parties équilibrées, une conclusion. Vous devez donc suivre un minutage précis de votre exposé. Si jamais vous deviez déborder, n’escamotez aucune partie : utilisez le temps (la minute !) qui vous reste pour en dire l’essentiel, et faites toujours une conclusion même rapide.

Soignez la préparation

Avant l’oral, vous disposez généralement d’un temps de préparation. C’est le moment de rassembler vos idées sur le sujet et de construire le plan. Ne rédigez jamais intégralement votre exposé : vous n’en auriez pas le temps, et vous ne devez jamais lire devant le jury (cf. plus bas). Vous devez plutôt :

– Rédiger un plan détaillé de votre exposé, où vous noterez les titres des parties, les idées force, les exemples. Ce plan vous servira de guide lors de votre intervention.
– Rédiger intégralement deux parties de votre exposé : l’introduction, déterminante pour attirer l’attention de votre auditoire, et la conclusion, qui doit achever de convaincre le jury, et qui, bien menée, peut faire oublier quelques incohérences ou erreurs dans vos propos ; il ne faut donc pas l’improviser.

Ces notes doivent être prises uniquement sur le recto des feuilles ; laissez le verso vierge, vous n’aurez donc pas à tourner vos pages. Numérotez de façon claire vos feuilles.

Faites un plan

La première qualité qu’on attend de votre exposé, c’est sa construction. Le défaut le plus rédhibitoire, c’est l’exposé brouillon, où l’on ne sait plus où l’on est. Vous devez donc impérativement faire un plan, et faire apparaître de façon claire ce plan. Combien de parties ? Trois sont attendues normalement, sauf dans les disciplines juridiques ou de sciences politiques, où l’habitude impose deux parties. Comment construire votre exposé ? Un principe de base est de toujours aller du général au particulier : commencez votre exposé par les idées force et ne faites pas comme ces candidats qui trop soucieux de montrer l’étendue de leur connaissance de détail d’une notion, oublient d’en donner les grandes idées. Cela est sévèrement sanctionné.

Pensez à la suite

N’oubliez pas que des questions suivront celui-ci : il est donc particulièrement astucieux de les suggérer au jury, en ménageant quelques oublis sur des points que vous connaissez bien : vous donnerez ainsi une impression de grande maîtrise, lorsque vous répondrez rapidement à ces questions. En règle générale, n’épuisez pas vos connaissances lors de l’exposé, vous risqueriez alors un mutisme total lors des questions.

Séduisez votre jury

L’oral est une épreuve de séduction : on juge autant votre capacité à vous exprimer publiquement à l’oral que vos connaissances. Soyez donc vif, charmeur, et veillez à respecter quelques conseils élémentaires : Ne lisez jamais : vous devez regarder le plus possible votre jury, à moins de citer un document. Parlez de façon claire, avec un débit assez soutenu : s’il est trop lent, l’attention de votre correcteur va chuter nettement. Evitez un ton monocorde qui invite à la somnolence. Aidez le jury à vous suivre : annoncez clairement à la fin de votre introduction le plan que vous comptez suivre. Précisez systématiquement la partie que vous allez commencer ou celle que vous venez de terminer : vos transitions doivent être appuyées, ne craignez pas d’en faire trop.

Répondre aux questions

Après l’exposé, vient le feu des questions du jury : comment y survivre ? Mon premier conseil est de ne jamais s’imposer de répondre immédiatement : il est normal, et même apprécié, de marquer un temps de réflexion, pour autant que ce temps soit raisonnable. Si la question est incompréhensible, demandez au jury de la reformuler ; ne risquez pas une réponse à côté. Si la réponse vous échappe, n’abandonnez pas trop vite : commencez votre propos par introduire la demande en situant son contexte, reformulez ensuite la question en l’enrichissant un peu, puis annoncez que cette information vous échappe momentanément, en faisant une hypothèse sur la réponse si vous le pouvez. Ainsi, à la question : “combien font 2 plus 2 ?” vous pourriez répondre : “il s’agit donc d’additionner deux nombres, deux et deux afin d’en donner la somme. On peut imaginer que cette somme sera bien inférieure à dix, et supérieure à deux” Le jury peut vous poser une question dont la réponse figurait dans votre exposé. En ce cas, soit il veut vous amener à corriger une erreur, ne négligez pas cette chance, soit votre réponse lui a échappé dans votre flux verbal : ne lui reprochez pas son inattention en signalant trop lourdement que vous y avez déjà répondu, redonnez simplement votre réponse.

Ces quelques conseils vous permettront d’éviter beaucoup d’erreurs commises par les candidats, sous le coup de l’émotion et du manque de préparation.

Bibliographie

Retrouvez les idées d’ouvrages pour préparer le concours sur cette page  :

raccourci librairie

Texte de référence

Le diplôme d’ambulancier est régi par le texte suivant : Arrêté du 26 janvier 2006 relatif aux conditions de formation de l’auxiliaire ambulancier et au diplôme d’ambulancier

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

serigraphie_ambulance

Oral ambulancier : quel sujet tombera ?

Oral ambulancier : sur quel sujet je vais tomber ? Pour beaucoup de futurs candidats …

One comment

  1. Merci pour le temps consacré a ce site. Cela ma permis d’éclaircir ce qui m’attendais au mois de novembre pour mon oral d’admission. Je vais m’y mettre a fond grâce au outils récupérer.
    Vanessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *