Home » COURS » REGLES ET VALEURS PROFESSIONNELLES » Ambulancier, tutorer un élève en formation
panneau ambulancier

Ambulancier, tutorer un élève en formation

Tutorer un élève en formation, le rôle de l’ambulancier

Un ambulancier diplômé est aussi formé à former des futurs professionnels. Mais qu’en est il au quotidien ? Je vais essayer au travers de cet article d’exposer ma vision du tuteur et surtout ma façon de procéder. Elle n’est pasentrée_ambulance parfaite mais se base une expérience professionnelle et aussi sur les clés que mes formateurs ont su me donner au cours de mon cursus. Je n’ai pas eu de guide tout prêt à proprement parler. La méthode fonctionne puisque jusqu’à présent les élèves que j’ai pu encadrer sont globalement satisfait de leur passage et obtiennent leur diplôme. Donc ça veut dire que, même si je suis une des nombreuses pièces du puzzle de la formation, j’ai activement participé à sa mise en oeuvre. Chaque tuteur possède le même rôle.

Qu’est ce que le tuteur

Le tuteur est un ambulancier au sein d’une société privée de transport sanitaire, titulaire du Diplôme d’Ambulancier. En règle général c’est souvent un ambulancier avec quelques années d’expérience derrière lui et donc  avec un vécu plus ou moins important. Pourtant l’expérience ne fera pas forcément de l’ambulancier un tuteur idéal. A la base le but est d’évaluer et de transmettre un savoir à un élève en situation d’apprentissage et encours de validation de ses acquis. Il est donc indispensable pour le tuteur d’avoir un minimum d’intérêt pour cette tâche. Pour être tuteur d’un élève en formation DEA il est impératif de maitriser le contenu de la formation, de connaitre les modalités d’évaluation (grille d’évaluation) pour utiliser comme il faut les outils à disposition et ainsi produire une évaluation de l’élève correcte.

Avoir la fibre pédagogique

Se voir nommer tuteur c’est une chose. Avoir envie d’assumer la fonction en est une autre. Il n’y a rien de pire pour un élève de se retrouver encadré par un ambulancier qui ne sait pas comment s’y prendre ou encore pour qui l’encadrement est une tâche qui ne le passionne pas du tout. C’est improductif et nocif pour l’apprenant. Le stage en entreprise est très court (15 jours) et il est donc important que cette durée soit optimisée. De cette façon l’élève peut acquérir ou valider ses acquis le plus rapidement possible. Il ne faut pas oublier qu’à l’issue de ces stages et après validation de toutes les compétences l’élève sera, si il est diplômé, un éventuel futur collègue. Pour lui faciliter l’entrée en matière dans son nouveau contexte professionnel il est important de lui enseigner le maximum de choses.

D’où l’importance d’avoir

  • un minimum d’intérêt pour le partage de connaissances : diffuser son savoir et son expérience
  • une attitude pédagogique lors de son encadrement : savoir être patient, savoir prendre du temps pour expliquer et corriger, savoir reformuler ses questions ou ses réponses en cas d’incompréhension.
  • Avoir un réel intérêt pour son métier. Un passionné sera toujours plus efficace en terme d’enseignement.

Bien entendu on ne possède pas tous cet intérêt, cette envie de transmettre. Elle peut être naturelle ou s’apprendre mais tout le monde n’apprécie pas forcément. Certains collègues adorent ça et d’autre fuient.

Comment effectuer une première évaluation

L’élève arrive en stage. Il est important le premier jour de l’aider à découvrir l’entreprise et le matériel avec lequel il va travailler. Commençons donc par une présentation à l’ensemble des collègues de l’entreprise afin de lui faciliter l’intégration au sein de l’équipe. Un tour complet des locaux et des véhicules lui permettra de découvrir quels matériels il aura à sa disposition. Avant de commencer quoi que ce soit il est impératif de connaitre un peu mieux l’élève. Il faut donc ne pas hésiter à faire un point de situation sur son parcours de formation et ainsi se positionner face au savoir acquis, en cours d’acquis ou encore qu’il n’a pas eu l’occasion de découvrir. Si vous êtes en capacité de savoir ce qu’ il maitrise ou non il vous sera alors plus simple d’adapter ce que vous allez devoir travailler avec lui. Un élève qui découvre à peine la manutention des patients on ne le lâchera pas sans éléments auprès d’un patient en attendant de lui qu’ il applique des gestes d’ergonomie non maitrisé : c’est dangereux et l’apprentissage ne sera pas bon. L’attitude sera donc différente en fonction des éléments qu’ il a appris en cours ou non. Chaque module doit être passé à la loupe et ainsi au final vous saurez ce que votre élève peut faire ou presque sous votre surveillance, ou encore que devrez vous lui apprendre. Pour évaluer rapidement un élève rien ne vaut une séance d’échange verbal ou encore une mise en situation concrète à l’aide des collègues. De cette façon une fois en situation vous serez plus attentif à ce que vous devrez montrer, sur les points auxquels vous devrez insister.

Evaluer ses objectifs de stage

En règle général un stagiaire DEA arrive en entreprise avec sa liste personnelle d’objectif : être capable de… C’est à vous de voir avec lui quels objectifs il s’est fixé et de mettre en oeuvre tout ce que vous pouvez pour lui permettre de les atteindre. Ces objectifs sont en général adaptés au lieu d’accueil. C’est très important et ça permet d’avoir une ligne directrice à suivre durant le stage : on a vu telle et telle chose, est ce que ça correspond à tes attentes, est ce que l’objectif est atteint etc.

Favoriser ses capacités d’observation et d’analyse : situation courante dans un cadre non-urgent

Personnellement j’utilise une méthode qui fonctionne systématiquement :  sur une situation courante (transport sanitaire en vue d’une hospitalisation, consultation etc.) , lorsque j’arrive chez les patients je présente mon élève en tant que tel. De cette façon le patient est au courant : un élève va participer à la prise en charge mais dans tous les cas de figure ce sera sous surveillance et sans aucunes prises de risques. La seule différence sera le temps un peu plus long pour la prise en charge. Les patients ne sont pas toujours rassurés enfin surtout la famille autour. A vous d’être fin diplomate pour expliquer que toute manipulation se fera en sécurité et que vous ne lâchez pas votre élève comme ça.

Donc arrivé au domicile ma question est la suivante : « comment tu évalues la prise en charge ? » Le but est que l’élève analyse en utilisant tous les moyens à sa disposition : évaluation des lieux, communication avec le patient (l’interroger sur sa pathologie, la localisation de douleurs si présente, son autonomie…), quel matériel, quel type de transfert effectuer, où le réaliser, les difficultés que l’on va rencontrer etc.

Il est important de laisser l’élève réfléchir sur le sujet. Une fois qu’il se sent capable de répondre on fait un point ensemble. Je le laisse me présenter ses réponses et on effectue une correction. Jamais je ne me contente d’un oui ou non basique sauf dans les cas où je veux l’inviter à trouver la réponse par lui même. Sinon j’explique systématiquement le pourquoi du comment. C’est plus constructif et j’apporte une réponse complète et adaptée. Je prends aussi le temps de répondre à ses questions. En règle général l’information est rapidement assimilée.

Second stade : la mise en situation. On se place aux côtés du patient et je lui détaille les gestes qu’il va devoir pratiquer. Où se placer, comment adapter sa posture pour ne pas se blesser, comment se placer avec le patient pour assurer le confort et la sécurité du transfert. Je prends le temps de décomposer chaque geste et je m’assure de sa totale compréhension. Si j’ai le moindre doute je vérifie. Je ne mets surtout pas mon patient en danger si je sens que l’élève n’a pas assimilé les choses.

Au fil des prises en charge je répète le mode opératoire qui va devenir presque un automatisme pour l’élève : il évalue la situation et est capable de donner une réponse de plus en plus rapide. Il trouve sa place et devient moins hésitant, prend confiance en lui. Il est bien entendu évident que l’échange entre le tuteur et l’élève reste permanent pour ne pas laisser de place au doute ou laisser des questions sans réponse.

Ainsi on le prépare doucement à sa future place d’équipier, on lui enseigne comment adapter sa prise en charge et évaluer tous les facteurs important :

  • Etre capable d’analyser les lieux à son arrivée (configuration de la maison ou immeuble) :
  • Comment se présentent les locaux et l’accessibilité entre le lieu où se situe le patient et l’ambulance (plain pied, étage, couloir étriqué, dangers potentiel comme des marches glissantes),
  • Quel matériel aura t’on besoin (chaise portoir au vu des petites ouvertures ou escaliers etc), quel matériel est disponible sur les lieux (lève malade par exemple),
  • Analyser et communiquer avec le patient pour adapter sa prise en charge en sécurité et avec le confort maximum,
  • Comment se situe le patient (au lit, au fauteuil, sur le canapé, par terre),
  • Quelle pathologie présente t’il et existe t’il, la présence de douleurs (trauma par ex), que dois je faire ou ne pas faire au vu de la pathologie,
  • Sa morphologie (corpulent, surcharge pondérale très importante etc), son autonomie (se met il debout, marche t’il un minimum avec ou sans aide, aucune autonomie),
  • Quelle technique mettre en oeuvre (transfert au drap, portage, brancard cuillère),
  • Comment évacuer le patient (où va t’on passer et avec quel type de matériel, où mettre le brancard),

Tous ces éléments sont pour beaucoup de professionnels des automatismes bien rôdés. Trop d’ailleurs car beaucoup oublient souvent que cette capacité de réflexion n’est pas naturelle mais se construit au fil du temps et de l’expérience. D’où l’importance d’être capable de se mettre à la place de l’élève et de lui permettre d’apprendre à mettre en oeuvre cette capacité de réflexion et d’apprendre à créer ces fameux automatismes.

De plus il est important de noter que tout le monde ne possède pas la même faculté à assimiler les choses. Certaines personnes sont promptes à apprendre et mettre en oeuvre rapidement et d’autres auront besoin d’un peu plus de temps pour le faire. Chaque être humain possède une capacité d’apprentissage différente. Ce n’est pas parce que celui qui sera le plus rapide à assimiler fera les choses de la meilleure façon. De plus certains individus avec plus d’assurance auront plus de facilité que les autres. A vous d’observer et de savoir où se situe votre élève et de savoir lui donner les clés nécessaires à sa réussite.

Favoriser ses capacités d’observation et d’analyse : situation d’urgence

Précédemment nous avons vu comment permettre à l’élève de s’adapter sur une prise en charge courante. On va tenter de voir ce qu’il en est sur une urgence. Donc au moment du départ il est important de présenter à l’élève sur quel  type d’intervention on part ou tout du moins les premiers éléments et lui inculquer le fait que ces éléments peuvent totalement être à l’opposé de ce que l’on va trouver. Ex : on peut partir sur une suspicion d’entorse et au final on se retrouve avec un trauma de type fracture avec déplacement ou encore une chute d’une échelle…

Rapidement on teste ses connaissances sur le sujet pour le préparer. On aura plus la même latitude en terme de temps une fois sur les lieux. Avec un élève présentant des acquis solide on pourra aller au coeur du problème en le laissant prendre les initiatives et donc assumer son rôle futur. Dans le cas où il possède des connaissances théoriques et peu d’expérience pratique il faudra agir soi même mais en essayant de prendre le temps quand même d’expliquer ses gestes, et laisser une certaine latitude à l’élève pour qui puisse oeuvrer et réaliser des choses par lui même. Toujours pareil on en revient à l’importance de l’aider à créer ses automatismes.

Donc arrivée sur les lieux, on se rend au chevet du patient, on évalue ensemble (patient+ ambulancier+élève) : circonstanciel, évaluation clinique, recherche d’antécédent etc. Dans cette procédure on laissera l’élève pratiquer le plus possible sauf cas particulier. Il faut qu’il assimile l’utilisation des appareils de mesures (tensiomètre, saturomètre, thermomètre, lecteur de glycémie capillaire si le médecin régulateur demande un dextro) et soit capable de faire le lien entre les résultats et le bilan clinique du patient. Ne pas hésiter à le laisser poser les questions au patient et compléter l’interrogatoire si vous jugez être en manque d’éléments.

De la même façon le stagiaire remplira la fiche d’intervention avec ou sans votre aide suivant sa connaissance et sa maitrise de ce type d’outil. Il faut lui apprendre à gérer rapidement les choses sans stress, sans panique. Si à un moment donné il perd le fil il ne faut pas hésiter à reprendre en main l’intervention et lui permettre de prendre le temps de se repositionner. Le rassurer sur le fait qu’il ne peut maitriser tout, tout de suite, comme un ambulancier plus expérimenté. Les difficultés qu’il rencontre sont normale et font partie intégrante du processus d’apprentissage. Une fois le patient techniqué et installé, je préfère laisser l’élève avec le patient et lui laisser la charge de la surveillance sauf, encore une fois, cas particulier. Dans le cadre d’un trinome je l’accompagne et j’en profite pour le mettre en situation.

Une fois arrivé au service des urgences, il est intéressant pour l’élève de faire les transmissions auprès de l’infirmière. Il est évident qu’informer l’IAO de sa qualité d’élève  facilitera grandement les choses. Elle/il pourra le guider au cours des transmissions et apporter des conseils, corrections.

Dans tous les cas de figures un debriefing de l’intervention sera systématique afin de voir si il a été capable d’évaluer tous les paramètres, si l’évaluation clinique fut bonne etc.  C’est aussi le moment de poser les choses au calme et de revenir sur des erreurs ou des oublis en expliquant pourquoi et comment les corriger à l’avenir. C’est aussi le moment des questions sur l’intervention. Pour ce genre de choses je laisse en général l’élève me donner son analyse personnelle sur ce qu’il a vu, fait, pas fait, oublié, trompé… et ensuite je lui donne mon évaluation, toujours de façon pédagogique et constructive. Le but est que l’erreur soit utile et qu’on échange ensemble sur les solutions à apporter.

Lui apprendre à conduire une ambulance

Le module 6 ne se valide qu’en en entreprise. Il est centré sur la conduite de l’ambulance, la mécanique de base, règles de circulation etc. Vous êtes donc là , entre autres, pour lui apprendre à conduire une ambulance. Certains élèves n’ont jamais conduit de véhicule plus gros qu’une voiture. A vous donc d’enseigner à l’élève comment s’adapter : prendre en compte le gabarit, apprendre à se servir des rétroviseurs extérieurs, prendre en considération le porte à faux de l’ambulance, sa longueur.

Ce sera aussi le moment de le former à sa conduite avec un patient à bord : les paramètres à prendre en compte : comportement hémodynamique, le confort et la sécurité du patient et de l’équipier dans la cellule, les astuces pour ne pas secouer le patient, passer les vitesses et freiner en douceur, savoir aborder un virage correctement et non pas sèchement etc.

Instruire sur l’attitude de conduite en cas d’urgence : anticipation, visibilité, distances de sécurité. Il est impératif de lui faire prendre en compte que la sécurité du patient, de l’équipage et des usagers prime sur tout le reste. Lui inculquer que la vitesse même en urgence n’est pas un paramètre indispensable pour arriver sur une intervention. Il conduit un véhicule de transport sanitaire et est donc soumis à des règles de prudence supplémentaire. Lui parler de la législation c’est bien mais il est indispensable qu’il comprenne qu’entre les textes et la réalité il existe un fossé. Qu’il ne doit pas transgresser les lois et ne doit pas non plus faire n’importe quoi. La vitesse tue et n’apportera pas une réponse d’intervention forcément plus courte. Une attitude responsable sera obligatoire ainsi qu’une capacité d’anticipation.

 Ne rien négliger

Au cours de son stage toutes les situations sont bonne pour favoriser l’évaluation des compétences.

Le lavage des mains à la solution hydro-alcoolique par exemple ; le lavage simple : maitrise t’il les gestes, les temps minimum ; la désinfection de l’ambulance que ce soit le mode hebdomadaire ou encore la désinfection entre chaque patient : le laisser réaliser les nettoyages, voir si il maitrise les techniques, s’il sait utiliser les produits, les temps de contact. Corriger les erreurs de techniques…

Il faut être en mesure d’avoir bien en tête le contenu des compétences à valider pour ne pas se retrouver le jour de l’évaluation finale avec la question : « est ce qu’on a vu ça ensemble ? Je ne sais plus ». Il faut favoriser les mises en situations à chaque moment qui se présente. Ne pas hésiter à lui donner quelques astuces et ficelles du métier. Celles qui ne s’apprennent que sur le terrain et qui ne s’apprennent pas en cours. Ces astuces sont importante et faciliteront ses premiers pas lorsqu’il sera diplômé.

Deuxième semaine ou comment l’élève doit s’imposer en tant qu’ambulancier

La dernière semaine de stage il est primordial de laisser l’élève et de l’aider, à prendre sa future place. C’est lui qui prend les commandes sous votre regard attentif bien entendu. Il évident que les deux premiers jours il faut lui laisser le temps de retrouver ses marques. Mais ensuite il doit se comporter comme un futur professionnel dans le but que vous soyez en mesure d’évaluer sa progression par rapport à la première semaine, évaluer la maitrise ou non des compétences. On essaie de sortir du cadre formateur/élève et on essaie d’évoluer e tant que binome. L’élève doit être capable de gérer les situations vues précédemment sans votre intervention. Reste qu’il faut rester modéré et que vous êtes quand même là pour le guider, corriger éventuellement. On ne l’abandonne pas seul sans aide. Ainsi, en plus de prendre confiance en lui il pourra montrer à quel niveau il se situe : les compétences sont elles maitrisées, ou acquises voire pas du tout acquises. Mais dans ce dernier cas de figure c’est autre problème.

Validation des compétences

L’air de rien on a survolé sur deux cas pratiques l’ensemble des données ou presque :

  • Module 2 : évaluer l’état clinique du patient, instrument de mesure etc
  • Module 3 : désinfection du véhicule et des matériels, hygiène des mains, circuit du linge..
  • Module 4 : ergonomie
  • Module 5 : communication (le triangle ambulancier-patient-soignant)
  • Module 6 : apprivoiser la conduite d’une ambulance, les règles de sécurité et de confort, les règles indispensables…
  • Module 7 : les transmissions
  • Module 8 : déontologie

Il est donc temps de procéder à l’évaluation. Pour ma part je fournis à l’élève à la fin de sa première semaine une évaluation temporaire pour qu’il puisse se situer sur son parcours d’apprentissage. Il sait quels éléments il doit travailler pour la prochaine fois et découvre l’opinion que j’ai de lui. C’est motivant et ça donne confiance en soi, ça permet aussi à l’élève de se remettre en question sur des points précis. A son retour à l’école il aura l’occasion de faire un bilan de son stage et permettra ainsi à ses formateurs de prendre en compte son évolution et ses difficultés éventuelles rencontrées lors du stage. Ils pourront donc mettre l’accent sur certains points défaillant si nécéssaire.

Et surtout avant de le laisser partir je fais systématiquement un bilan global de chaque semaine. Le premier reste très important afin de savoir si il est satisfait de son stage pour commencer, si il a jugé les conseils pertinents et si la méthode d’apprentissage fut correcte. Ce bilan n’est pas que pour lui mais aussi pour vous afin de savoir si vous avez su mettre en oeuvre les bonnes méthodes. Il est important de se remettre en question sur des points défaillant pour la semaine suivante et améliorer ainsi sa méthode pédagogique.

A la fin les choses se font assez naturellement. Mais si vous avez des doutes n’hésitez pas à relire le référentiel pour vous assurer de la cohérence de vos observations. Vous évaluerez donc votre élève avec les critères : Non évalué / en cours d’acquisition / acquis / maitrisé. Soyez prudent quand vous remplissez la fiche : pas de ratures, les croix seront bien positionnées. Faites une éval sur brouillon avant de remplir l’original. Soyez juste, et ne cochez pas les cases pour faire plaisir. On n’oublie pas qu’on évalue un futur collègue. Valider tout alors qu’il y a eu mise en danger du patient durant la dernière semaine ou encore que l’élève est blonde à forte poitrine… Si l’élève a travaillé avec d’autres collègues faites le bilan avec eux et demandez leur ressenti.

En conclusion

Chacun possède sa méthode et il serait intéressant de pouvoir échanger dessus. Certes cet article n’est pas un guide pédagogique complet et bien structuré. Certes il y a de vrais formateurs de formateurs et je ne fait pas partie de ces gens. Donc faute d’en être un j’espère malgré tout apporter quelques éléments clés pour vous aider dans vos démarches pédagogique ou encore vous permettre de comparer vos méthodes personnelles. N’hésitez pas à participer à un échange via les commentaires sur ce thème et échanger ainsi les astuces et les ficelles de cette fonction pas toujours évidente à assumer. N’oubliez pas non plus qu’être tuteur c’est aussi remettre son savoir en question ainsi que ses pratiques. Que cela reste un formidable moyen de remettre ses acquis à jour grâce à la présence des élèves qui apporteront avec eux les nouvelles informations, techniques et méthodes enseignées. A défaut d’avoir une remise à niveau officielle donc hors des CESU, malgré les formations en interne cela est un bon moyen de ne pas perdre pied avec des données actualisées. L’échange élève-tuteur se doit d’agir dans les deux sens et il ne faut pas se sentir gêné de voir un bleu nous apprendre quelque chose. On a tous à apprendre les uns des autres. C’est là l’intérêt de l’apprentissage et du métier d’ambulancier : le savoir s’acquiert tout au long de sa pratique via tous les acteurs qu’ils soient formateurs ou simple élève.

Annexes

  • Référentiel du diplôme d’état d’ambulancier
Télécharger le référentiel
  • Fiches d’évaluation du stage en entreprise de transport sanitaire
Télécharger la fiche d’évaluation Télécharger la plaquette de formation

 

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

Vous devriez lire

ambulancier_veste

Ambulancier, pourquoi une tenue professionnelle ?

La tenue de l’ambulancier c’est pas juste pour faire joli Durant de longues années il …

2 comments

  1. Bravo Franck,

    Je me lance dans le monde du tutorat et j’ai hâte de découvrir ce poste.
    Ton article m’a permis d’appréhender cette tache qui consiste a transmettre le savoir mais aussi de guider les futures ADE dans la quête du Graal.

    Ton article est très bien rédigé et structuré , il s’articule sur plusieurs aspect technique et préventif pour le tuteur et l’apprenant.

    Témoignage de qualité.
    Merci encore pour ton engagement auprès de la profession.

    Geo Bez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *