Home » COURS » HYGIENE » Ambulance et opération de désinfection

Ambulance et opération de désinfection

Ambulances, désinfection et modes opératoires

La désinfection est une opération courante que chaque ambulancier doit être à même de réaliser au quotidien. Opération protocolée suivant un ordre et une manière précise elle doit être mise en œuvre suivant certaines étapes précises. Cet article n’a pas pour but de faire un cours approfondi sur ce thème et n’apportera donc pas forcément d’éléments suffisamment complets sur le sujet. Cet article est là pour effectuer un rappel basique sur des méthodes acquises par chaque ambulancier lors de sa formation. Je ne prétendrais pas être en possession d’éléments suffisamment complets pour proposer un cours d’hygiène maitrisé. Je souhaite par le biais de cet article réveiller les notions acquises durant votre formation et souvent négligées/oubliées et vous rappeler l’importance extrême de ce sujet.

Mais qu’est-ce que veut dire désinfection ?

La désinfection est une opération d’élimination volontaire et momentanée de certains germes (sinon on parle de stérilisation), de manière à stopper ou prévenir une infection ou le risque d’infection ou surinfection par des micro-organismes ou virus pathogènes et/ou indésirables (une grande partie des germes le deviennent en cas de déplétion immunitaire).

La désinfection implique d’éliminer ou tuer les micro-organismes et/ou d’inactiver les virus pathogènes de milieux, matières ou matériaux contaminés en altérant leur structure ou en inhibant leur métabolisme ou certaines de leurs fonctions vitales (la filtration qui ne détruit pas les microbes n’est pas à elle seule un processus de « désinfection »).

Quels types de désinfection ?

En règle générale chaque entreprise est censée disposer de protocole précis adapté à leur mode de fonctionnement.

On retrouvera néanmoins certaines méthodes types que nous allons aborder rapidement.

  1. Désinfection simplifiée (entre deux transports)
  2. Désinfection journalière (à chaque fin de journée ou changement d’équipages)
  3. Désinfection complète (hebdomadaire, mensuelle)

La désinfection simplifiée

A réaliser entre chaque transport de patient. La désinfection simplifiée consistera au changement de la literie (draps tissu ou papier). Cette literie sera enlevée et isolée dans un sac ou un réceptacle adapté et surtout scellé pour limiter la propagation des germes et micro-organismes. Le brancard sera désinfecté à l’aide d’un détergent désinfectant  (spray) et d’une lingette en respectant le port des gants à usage unique et l’application des consignes d’utilisation du produit. Ces indications sont propres à chaque fabricant (respect du temps de contact, dilution, application etc.). L’essuyage se fera par dessin d’un « S » afin de respecter le sens propre vers sale et donc par ce fait éviter la contamination d’une zone nettoyée. Chaque élément ayant pu entrer en contact avec le patient ou l’ambulancier sera désinfecté : poignée, barrières, parois de l’ambulance etc. On appliquera la même procédure pour tout matériel utilisé lors de l’intervention : MID, collier cervical, appareil de mesures etc. etc.

La lingette et les gants utilisés (à usage unique) seront jetés dans une poche fermée destinée à faciliter l’évacuation dès le retour de l’ambulance au local ou dans la structure de soin dans les réceptacles dédiés à cet usage.

La désinfection journalière

Cette opération est à réaliser chaque jour dès la fin des transports au moment de parquer l’ambulance jusqu’à sa reprise le lendemain ou entre chaque changement d’équipage jour-nuit. On appliquera la même méthode que précédemment : brancard, matériels, parois, cabine (volant, levier de vitesse, portes). Chaque élément ayant pu rentrer en contact avec l’ambulancier ou le patient doit être nettoyé.

A ceci on ajoutera une opération de nettoyage des sols. On applique le principe des deux seaux que chaque ambulancier connait : un seau dit « rouge » et un seau dit « bleu ».

Le seau rouge recevra l’eau et le détergent désinfectant. Ce dernier sera conditionné soit en bidon soit un dose à usage unique. On verse d’abord l’eau puis le produit jamais l’inverse. On respecte le taux de dilution recommandé par le fabricant. On ne s’amuse pas à augmenter ce taux. Il est défini pour permettre une action chimique précise permettant un usage approprié et une efficacité bien précise. Ne pas respecter ces recommandations entrainerait une diminution voire une inefficacité du produit utilisé.

Pour ceux qui utilisent des produits à diluer et les seaux pour le nettoyage des parois, matériels etc. :

On trempe sa lingette dans le seau de produit (rouge), on applique le produit en « S » du propre vers le sale. On respecte toujours le sens de nettoyage. On ne revient pas sur une zone nettoyée pour éviter de recontaminer. La lingette est rincée dans le seau bleu pour éliminer les germes et les saletés avant de la tremper dans le seau de produit pour éviter ainsi de contaminer le seau de solution désinfectante. Une fois la désinfection par essuyage des parois et des matériels réalisée on termine par un balayage humide des sols. On commence par aspirer les saletés présentes au sol avec l’aspirateur. On conservera le moteur de l’appareil hors de la cellule pour éviter la contamination par les poussières produites par le moteur et les filtres. Même principe : en « S », et toujours dans le sens propre vers sale, d’avant vers l’arrière. On ne revient jamais en arrière pour éviter de recontaminer la zone désinfectée.

La désinfection hebdomadaire

Même principe que les deux opérations précédentes. A la seule différence que l’on va se dégager au moins une heure de temps au minimum à deux voire trois personnes. On va d’abord procéder au vide total de la cellule. Tout le matériel amovible sera sorti : placard, tiroirs, chaise portoir, MID, attelles etc. Tout sera évacué pour laisser la cellule entièrement vide.

Le brancard sera sorti pour une désinfection complète. On coupera l’alimentation électrique de la cellule. On utilisera la méthode des deux seaux ou à défaut avec les sprays de détergent désinfectant adaptés. On respecte une fois de plus le temps de contact du produit, son taux de dilution et les consignes du fabricant. On portera une tenue adaptée et des gants à usage unique que l’on changera de façon régulière. On débute le travail par les tiroirs et placards, les appareils fixes puis par les parois et enfin le sol. On s’occupera aussi de la cabine de conduite avec le même type de consignes.

On respecte TOUJOURS le sens : du haut vers le bas, du fond vers la sortie. On passera partout : plafond, porte perf, poignées, barres etc. : tout doit être désinfecté et pas une zone oubliée. Une fois le balayage humide de fin terminé on pourra appliquer une opération de désinfection par brumisateur (appareil amovible voire intégré suivant les modèles d’ambulance, voire aussi les bombes auto percutante). Le brumisateur est installé dans l’ambulance en respectant les consignes du fabricant et en utilisant un produit adapté à ce type d’opération. On lance la brumisation en respectant le temps indiqué pour une efficacité optimale portes fermées (et on ne reste pas dedans hein). Une fois l’opération terminée on aère la cellule et on évite de rester trop près. Respirer les produits utilisés peut être très nocif.

Pendant l’aération on occupe son temps à nettoyer les éléments sortis de la cellule avant rangement dans leurs tiroirs ou placard dédiés. On en profite pour effectuer une vérification du bon fonctionnement des matériels, des dates de péremptions.

Carnet de désinfection

Ce carnet est OBLIGATOIRE dans chaque véhicule et permet d’assurer une traçabilité complète des opérations de désinfection. Propre à chaque véhicule il comprend entre autre l’annotation de chaque opération réalisée chaque jour. Dessus sera noté le type de désinfection réalisée, à quelle heure et par quel équipage. Ce document est contrôlé par les ARS donc veuillez être rigoureux dans son remplissage.

Protocoles de désinfection

Toute entreprise un tant soit peu professionnelle se doit d’avoir un protocole de désinfection détaillé pour que chacun puisse être en mesure de le consulter et de l’appliquer. Ce document doit être accessible de façon pratique et affiché) à la vue de  tous. Pensez à vous rapprocher d’organismes spécialisés pour son établissement et ainsi disposer de méthodes efficaces.

La désinfection n’est pas une opération de simple « ménage » mais revêt une importance capitale pour la protection de patients transportés mais aussi des ambulanciers. On ne prend pas ce genre de discipline à la légère et on l’applique avec sérieux.

Rappels sur les transports spécifiques

On rappellera qu’on effectuera un transport de patient porteurs de BMR ou présentant un risque infectieux précis en fin de journée étant donné l’obligation d’immobilisation du véhicule pour une désinfection totale. Inversement on transportera un patient  en isolement protecteur nécessitant un environnement aseptisé en tout début de journée. La cellule aura été désinfectée de façon complète et totale afin de permettre de disposer d’un environnement le plus sain possible

Erreurs ou idée reçues

  • Non mettre une bombe auto percutante ou un brumisateur dans une cellule non vidée et non nettoyée ne représente pas une désinfection
  • Non on ne désinfecte pas comme on fait le ménage : le « S » du nettoyage a une utilité particulière et n’est pas là pour faire joli
  • Oui je dois désinfecter mon brancard entre chaque transport
  • Non je ne suis pas en mesure de dire que mon patient est « clean » malgré son apparence. Cela ne doit pas empêcher le changement de literie et la désinfection du brancard
  • Non je ne passe pas l’aspirateur avec le moteur dans la cellule. Le moteur dégage des poussières qui vont venir souiller la cellule et se déposer un peu partout.
  • Oui je dois mettre l’eau et après le produit et jamais l’inverse. On ne doit pas faire « mousser » une solution pour la rendre plus efficace.
  • Oui le fabricant a mis des étiquettes sur ses produits. Les désinfectants possèdent un spectre de désinfection précis sur certains types de germes, virus et autres microorganismes. Il est donc important de respecter les temps de contact et taux de dilution pour que ce spectre précis soit éradiqué. Des gens plus spécialisés que nous ont bossé dur pour trouver l’équilibre idéal de dilution pour une efficacité optimale
  • Non ce n’est pas parce que j’ai mis un drap sur le brancard que je ne dois pas aussi désinfecter mon brancard après chaque transport
  • Oui je dois porter des gants lors des désinfections. Ces produits sont adaptés pour des surfaces et peuvent se révéler nocives au contact de la peau.

Manques, erreurs, oublis

Je suis tout comme vous ambulancier. Il se peut que j’ai omis des détails important à vos yeux ou commis des erreurs. Ce sujet étant très complexe, difficile à détailler en tout point j’ai sûrement commis quelques fautes ou omissions. Je vous laisse donc apporter en commentaires toute réflexion, critique constructive destinée à améliorer cet article. Rappel : n’oubliez pas que ce n’est pas un cours réalisé par une infirmier hygiéniste ou formateur spécialisé dans ce domaine. Je l’ai surtout rédigé à titre de rappel en faisant ressortir les points les plus importants. Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet mais je suis resté volontairement simple étant donné que ce sujet est souvent jugé « soporifique ». L’hygiène n’est pas souvent la matière la plus vibrante du programme d’étude 😉 mais revêt une importance non négligeable.

About Franck - Webmaster

Ambulancier Diplômé, j'ai souhaité mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie à travers ce site; d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour.

5 comments

  1. Merci de tes conseils je viens de finir ma formation,je commence à travailler le mois prochain et je continuerai à consulter ton site régulièrement.

  2. ZIMMERMANN Ludivine

    Je viens de terminer aujourd’hui ma formation d’auxiliaire ambulancier et je me retrouve dans ce qui est écrit.
    Votre site est vraiment parfait, je croise les doigts pour trouver un employeur et ensuite passer mon DEA.

    Les seuls éléments vu en plus mais qui paraissent logique sont : le lavage des mains avant et après chaque opération de nettoyage, port de sur blouses si possible pour protéger la tenue.
    Il existe une méthode avec un seau unique et des lingettes qui sont changées a chaque fois mais la méthode des deux seaux me semble déjà plus économique et autant pratique !

    • Roooo merci pour les compliments ça fait toujours très plaisir 🙂

      Pour le lavage des mains bien vu ! En effet j’ai omis d’ajouter ce détail très important. A préciser donc lavage des mains avant et après même si port de gants.

  3. votre site est bien construit et interessant Avez vous arrete de faire les mises a jour …ou de nouvelles publications sur les points exposes ?
    je travaille actuellement sur une antenne regionale d’hygiene hospitaliere

    • Depuis le début de l’année je suis un peu au ralenti faute de temps mais surtout de ressources disponibles. Je compte me remettre en selle dès que j’aurais réussi à réunir assez pour rédiger des articles pertinent 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *